Bataille de Bir Anzarane

bataille de la guerre du Sahara occidental
Bataille de Bir Anzarane

Informations générales
Date
Lieu Bir Anzarane, Sahara occidental
Issue Victoire à la Pyrrhus marocaine[1]
Belligérants
Drapeau du Sahara occidental RASDDrapeau du Maroc Maroc
Commandants
Drapeau du Sahara occidental Lahbib Ayoub
Drapeau du Sahara occidental Banna Ould Baha  (b)
Drapeau du Maroc Ali Mzerd Ouzine
Forces en présence
2 500 à 3 000 hommes
500 véhicules
800 à 950 hommes
3 chasseurs F-5A
Pertes
50 à 500 morts
4 à 117 véhicules détruits
92 à 125 morts
40 à 250[L 1] blessés
100 à 175 prisonniers

Guerre du Sahara occidental

Batailles

Coordonnées 23° 53′ 36″ nord, 14° 33′ 10″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Sahara occidental
(Voir situation sur carte : Sahara occidental)
Bataille de Bir Anzarane

La bataille de Bir Anzarane, livrée le , est un affrontement militaire opposant la République arabe sahraouie démocratique ou plus simplement le Front Polisario, aux forces armées marocaines dans l'oasis de Bir Anzarane, au Sahara occidental revendiqué par les deux camps.

ContexteModifier

La province du Río de Oro, abandonnée par la Mauritanie le , est en train d'être rattachée au Maroc. L'attaque aurait eu pour but de permettre au Polisario l'accès à cette province, et notamment Dakhla[2].

DéroulementModifier

La colonne indépendantiste est formée par 2 500 à 3 000 combattants et 500 véhicules, dont des blindés légers BRDM-2[3], des lance-roquettes multiples BM-13 et des véhicules tout-terrain équipés de canons sans recul de 106 mm, de mitrailleuses lourdes de 14,5 ou de canons de 20 mm. La garnison de Bir Anzarane, dirigée par le chef de bataillon Ali Mzerd Ouzine, est constituée de 800 hommes du 3e régiment d'infanterie motorisée[4], soit deux bataillons[L 1].

Les combats ont duré de h 30 à 16 h[4]. L'aviation marocaine (3 chasseurs F-5A[L 1]) serait intervenue en soutien dès h 30. Des affrontements à l'arme blanche auraient eu lieu dans certaines positions. Vers midi, une contre-attaque menée par les AML-90 marocaines bloque une attaque en tenailles des forces mobiles du Polisario. Les attaques des indépendantistes baissent alors en intensité, puis cessent complètement[3]. Banna Ould Baha, chef de la 4e région militaire du Polisario, est blessé pendant les combats[5].

Le 6e régiment d'infanterie motorisée de l'armée marocaine, sous les ordres du lieutenant colonel Mohamed Ghoujdami, est appelé en renfort mais arrive à la fin des combats[6][réf. à confirmer].

Bilan et conséquencesModifier

Si le Maroc déplore 125 morts, les pertes du Polisario seraient beaucoup plus lourdes avec plus de 500 tués et 60 véhicules détruits selon les annonces du roi Hassan II[7]. Un journaliste venu sur les lieux mentionne la présence sur place de 50 tués et de 4 véhicules détruits parmi le Polisario[1]. Le Polisario revendique « plus de deux cents morts »[8] et 175 prisonniers[9] parmi les Marocains. Un membre du Congrès américain a pu rencontrer une centaine de prisonniers faits pendant la bataille[8]. Les indépendantistes capturent également du matériel[L 2]. Seuls 13 corps de combattants du Polisario sont restés sur le terrain[L 1].

Le chef de la garnison, le commandant Ali Mzerd Ouzine, est nommé au grade de lieutenant-colonel après la bataille[L 3].

La marine royale marocaine a donné le nom de cette bataille au patrouilleur Bir Anzarane (OVP70), entré en service en 2011.

AnnexesModifier

NotesModifier

Sources bibliographiquesModifier

  1. a b c et d Clodfelter, p. 555.
  2. Tobji, p. 37.
  3. Merini, p. 434.

RéférencesModifier

  1. a et b Bernard Guetta, « À Biranzaran, où l'armée marocaine a tenu.. », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Le Maroc a engagé pour la première fois des Mirage F-l contre le Polisario à Smara », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2018)
  3. a et b Roger Holeindre, « Les nouveaux renards du désert », Paris Match,‎ , p. 82-85 et 96
  4. a et b AFP, « Le Polisario peut attaquer partout au Sahara, admet l’armée marocaine », Le Devoir,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  5. Haddamin Moulud Said, « Bir Enzarán: 17 de Ramadán de 1979 »,
  6. (ar) « Bataille de Bir Anzarane », sur Sahara-question.com (consulté le 12 avril 2018)
  7. « Après la conférence de presse du roi Hassan II, la Mauritanie exprime son " indignation" », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. a et b « Un membre du Congrès américain a rencontré les dirigeants du Polisario », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. Bernard Guetta, « Le Maroc a annexé le territoire évacué par la Mauritanie », Le Monde,‎ (lire en ligne)

BibliographieModifier