Ouvrir le menu principal

Bataille d'Iconium (1069)

La bataille d'Iconium (Konya) de 1069 ne doit pas être confondue avec la Bataille de Konya de 1832.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Iconium.
bataille d'Iconium

Informations générales
Date 1069
Lieu Iconium (l'actuelle Konya), Turquie
Issue Victoire byzantine
Belligérants
Labarum.svg Empire byzantinSultanat seldjoukide
Commandants
InconnuAlp Arslan
Forces en présence
InconnuesInconnues
Pertes
Inconnuesinconnues

Guerres byzantino-seldjoukides

Batailles

La bataille d'Iconium qui se déroula en 1069 fut une tentative infructueuse des Seldjoukides de prendre la ville d'Iconium (Konya).

BatailleModifier

Après le sac d'Ani et Césarée, respectivement en 1063 et 1067, l'armée byzantine d'Orient n'a pas les forces nécessaires pour stopper la vague turque, malgré les futurs efforts de Romain Diogène en 1071 lors de la bataille de Mantzikert. Malgré cette faiblesse, une contre-attaque réussit à repousser les Turcs d'Iconium[1].

ConséquencesModifier

Mais ce répit fut court, après la bataille de Mantzikert, des problèmes internes apparurent dans l'Empire byzantin et une des conséquences de ces dissensions fut la prise par les Turcs de la ville d'Iconium[2]. Après un bref retour dans le giron chrétien à la suite de la première Croisade. Elle retomba définitivement aux mains des Turcs en 1101 et devint sous le nom de Konya la capitale d'un des sultanats les plus dangereux pour l'avenir de Byzance.

Notes et référencesModifier

  1. Louis Bréhier, Vie et mort de Byzance, Albin Michel, , 634 p. (ISBN 978-2-226-22331-9, lire en ligne), p. 231
  2. Jean-Paul Roux, Histoire des Turcs: Deux mille ans du Pacifique à la méditerranée, Fayard, , 494 p. (ISBN 978-2-213-64065-5, lire en ligne)

Voir aussiModifier