Bataille de Konya

Bataille de Konya

Informations générales
Date
Lieu Konya, Empire ottoman
Issue Victoire égyptienne
Belligérants
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottomanFlag of Egypt (1844-1867).svg Égypte
Commandants
Coat of arms of the Ottoman Empire (1882–1922).svg Mehmet Rechid Pacha (capturé)Coat of arms of the Egyptian Kingdom 2.png Ibrahim Pacha
Forces en présence
53 000 Ottomans et irréguliers
100 canons
15 000 Égyptiens et Syriens
48 canons
Pertes
3 000 tués et blessés et 5 000 prisonniers262 tués et 530 blessés

Première Guerre égypto-ottomane

La bataille de Konya est une bataille de la Première Guerre égypto-ottomane qui a lieu le à Konya dans l'actuelle Turquie entre l'Empire ottoman, du sultan Mahmoud II, et l'Égypte, de Méhémet Ali. La bataille fut remportée par l'Égypte.

Les forces en présenceModifier

  • Ottomans : l'armée de Rechid Pacha comptait 80 000 hommes dont une bonne partie d'irréguliers venant de l'Empire comme des Albanais.
  • Égyptiens : l'armée d'Ibrahim Pacha forte de 50 000 hommes était constituée de nouvelles recrues enrôlées lors de cette avancée en Grande Syrie. Le cœur des unités se formait autour d'une brigade de garde expérimentée ; 15 000 furent engagés dans cette bataille.

Le déroulementModifier

L'armée égyptienne est dos à Konya et face au nord en trois rangs. Le premier est constitué des 13e et 18e brigades d'infanterie sous le commandement de Selim Elmanstery, le second par les 12e et 14e brigades d'infanterie sous le commandement du colonel Sève et le troisième par la garde sous le commandement d'Ibrahim Pacha.

L'armée ottomane est sur quatre rangs, avec les irréguliers sur le quatrième.

La journée est très brumeuse. Lors d'une contre-offensive, la réserve égyptienne perce les rangs de la gauche ottomane et capture Mehmet Rechid Pacha. Il en résulte une grande confusion dans l'armée ottomane qui se débande, laissant de nombreux prisonniers et canons sur le champ de bataille.

ConséquencesModifier

La grande différence de pertes apporte une grande popularité à Ibrahim Pacha. La route vers Constantinople étant ouverte, Les puissances européennes allaient entrer en jeu pour stopper l'avance égyptienne.