Bataille d'Almagro

Informations générales
Date
Lieu Almagro, Espagne
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire françaisDrapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Commandants
Anne-François-Charles TrelliardPablo Morillo
Forces en présence
300 à 400 cavaliers
1 à 2 canons
2 000 à 5 500 hommes
5 canons
Pertes
élevées

Guerre d'indépendance espagnole

Batailles

Campagne de Castille (1811-1812)
Coordonnées 38° 52′ 44″ nord, 6° 58′ 01″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Espagne
(Voir situation sur carte : Espagne)
Bataille d'Almagro

La bataille d'Almagro s'est déroulée le à Almagro, dans la province de Ciudad Real en Espagne. Elle oppose la cavalerie française du général de division Anne-François-Charles Trelliard à l'armée espagnole du général Pablo Morillo. L'affrontement se solde par une victoire française.

ContexteModifier

Le général Rowland Hill, qui commande l'armée espagnole sur les frontières du Portugal, quitte ses positions pour opérer une diversion sur Mérida. À la suite de ce mouvement, le général espagnol Pablo Morillo traverse rapidement La Serena (es) et pénètre jusque dans la Manche à la tête de 2 000 hommes pour y lever des contributions[1]. Une autre source fait état d'un corps de 5 000 fantassins et 500 cavaliers accompagnés de 5 pièces d'artillerie[2].

Déroulement de la batailleModifier

Le , Morillo paraît devant Almagro et s'avance pour forcer la ville. Cependant, la résistance de la garnison, qui l'accueille à coups de fusil, donne le temps au général Anne-François-Charles Trelliard, averti de la présence de l'armée espagnole, de marcher au secours des assiégés. Son contingent se compose de 400 cavaliers avec deux pièces d'artillerie[3], mais il est également fait mention d'une troupe plus faible de 300 cavaliers et un canon[2].

Arrivée sur place au petit matin, la cavalerie française charge les Espagnols de flanc et les met en complète déroute[2]. Les Français lancent la poursuite, si bien que les vaincus quittent précipitamment La Serena (es) et se replient au Portugal après avoir subi de lourdes pertes[4].

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Collectif, Dictionnaire historique des batailles, sièges, et combats de terre et de mer, qui ont eu lieu pendant la Révolution française, t. 1, Paris, Ménard et Desenne fils, , 519 p. (lire en ligne).  
  • Antoine Vincent Arnault, Antoine Jay et Victor Joseph Étienne Jouy, « Trelliard (le comte Anne-François-Charles) », dans Biographie nouvelle des contemporains, vol. 20, Paris, Librairie Historique, , 468 p. (lire en ligne).