Ouvrir le menu principal

Combat d'Arroyomolinos

combat de la guerre d'Espagne
Combat d'Arroyomolinos

Informations générales
Date 28 octobre 1811
Lieu Arroyomolinos
Issue Victoire anglo-espagnole
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire françaisDrapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Commandants
Jean-Baptiste GirardRowland Hill
Pertes
600 à 900 tués ou blessés
700 à 1 300 prisonniers
37 tués
64 blessés

Guerre d'Espagne

Batailles

Campagne de Castille (1811-1812)

Le combat d'Arroyomolinos, ou combat d'Arroyo Molinos, se déroule le 28 octobre 1811 à Arroyomolinos en Espagne. Le général Hill y détruit la division française du général Girard.

ContexteModifier

Article détaillé : Guerre d'Espagne (Empire).

Après l'abandon de Badajoz et la bataille de Fuentes de Oñoro, les Anglais se sont repliés au Portugal[1]. Le général Drouet d'Erlon commande le 5e corps regroupé autour de Merida[2], face au corps anglais du général Hill[3].

À la fin du mois d'octobre 1811, la division du général Girard se porte sur Caceres pour y lever des contributions[4]. L'apprenant, le général Hill s'avance vers les Français et les rejoint dans la nuit du 27 au 28 octobre près du village d'Arroyomolinos[4].

DéroulementModifier

L'arrivée des Anglais surprend complètement les Français[2]. La première offensive anglaise a lieu sur la gauche française, à 8 heures du matin[4]. Les Britanniques parviennent à tourner les Français et les somment de se rendre[4]. Ceux-ci s'ouvrent un passage à la baïonnette à travers les rangs anglais vers le col de Montanchez[4]. Arrivé au col, ils doivent le prendre de vive force car les Anglais l'ont atteint les premiers[4]. Ces derniers n'abandonnent la poursuite que lorsque la division Girard gagne les hauteurs de San Hernando[5].

ConséquencesModifier

La division Girard subit de lourdes pertes. Thiers cité par Alain Pigeard indique qu'elle compte 600 morts et blessés[5], tandis que Nicole Gotteri donne 900 morts[2]. De plus, les Anglais font entre 700[3] et 1 300[5] prisonniers dont le général de brigade Bron de Bailly et le duc d'Arenberg[2],[3]. Ce dernier est une prise importante en tant que prince souverain d'un des états de la Confédération du Rhin[3]. Les Anglo-espagnols, eux, ne comptent que 37 tués et 64 blessés[5].

Notes et référencesModifier

  1. Gotteri 2000, p. 444
  2. a b c et d Gotteri 2000, p. 445
  3. a b c et d d'Arjuzon 1999, p. 190
  4. a b c d e et f Pigeard 2004, p. 63
  5. a b c et d Pigeard 2004, p. 64

BibliographieModifier

  • Antoine d'Arjuzon, Wellington, Perrin, (ISBN 2-262-01253-9)
  • Nicole Gotteri, Le Maréchal Soult, Bernard Giovanangeli Éditeur, (ISBN 2-909034-21-6)
  • Alain Pigeard, Dictionnaire des batailles de Napoléon, Paris, Tallandier, (ISBN 2-84734-073-4)
  • María Sánchez (Director); Daniel Bote (Director), El disparo que rompe el silencio. Arroyomolinos 1811. (Youtube, 2015) (en espagnol avec sous-titres anglais). ISAN:0000-0003-DB83-0000-L-0000-0000-B.