Aurélien de Courson

Aurélien de Courson (né à Port-Louis dans l'actuelle île Maurice le mort à Bayonne le ) est un archiviste et historien français et l'un des initiateurs du renouveau de l'historiographie bretonne au XIXe siècle

Aurélien de Courson
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
BayonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Aurélien Marie de Courson de La VilleneuveVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

BiographieModifier

Aurélien de Courson ou Aurélien Marie de Courson de la Villeneuve, doit abandonner sa carrière militaire à la suite d’une chute de cheval Il se tourne alors vers les études historiques. Sous la férule de François Guizot et d’Augustin Thierry, il vient en 1835 à Rennes, puis à Nantes pour étudier les chartes et les autres sources d’archives. Il s’installe ensuite à Quimper et publie en 1840, à Paris un Essai sur l'histoire, la langue et les institutions de la Bretagne Armoricaine, remarqué.

Aurélien de Courson est de 1841 à 1845 , archiviste adjoint des Archives départementales du Finistère. En 1842 il fonde la « Revue de l’Armorique » avec son beau-père Jean Alexandre Le Jumeau de Kergaradec. (1787-1877) membre de l'Académie de médecine. Il participe ensuite à la fondation de « Revue archéologique » en 1844 et devient Secrétaire de la Société archéologique du Finistère. Il est ensuite successivement Conservateur de la Bibliothèque du Louvre, puis de la Bibliothèque nationale dont il sera le sous-directeur adjoint.

Il laisse une vaste production qui s'étend sur plus d'une trentaine d'années.

Le il avait épousé à Quimper Pauline-Marie Le Jumeau de Kergardec (1821-1885) qui lui donne quatre enfants: Trois fils qui feront carrière dans l'armée et une fille. Il est le grand-père du général Maurice de Courson de La Villeneuve

Lien interneModifier

Liens externesModifier


ŒuvresModifier