Ouvrir le menu principal

Athanase Conen de Saint-Luc

personnalité politique française
Athanase Conen de Saint-Luc
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
QuimperVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille

Athanase Conen de Saint-Luc ou Athanase Marie Stanislas François de Sales de Saint-Luc, né à Rennes le et décédé à Quimper le fut à 5 reprises député entre 1815 et 1830 et à six reprises préfet entre 1811 et 1830.

Sommaire

BiographieModifier

Descendant de la famille des Conen de Saint-Luc originaire de la région de Saint-Brieuc, Athanase Conen de Saint-Luc est le plus jeune des sept enfants de Gilles de Conen de Saint-Luc (1721-1794), conseiller au Parlement de Bretagne, et de Françoise Marie du Bot (née le au château du Bot en Quimerc'h, décédée en 1794). Ses parents, son frère ainé et sa sœur Victoire de Saint-Luc, religieuse au couvent des Dames de la Retraite à Quimper, furent guillotinés le [1]. Un autre frère fut fusillé le à Vannes. Athanase, émigré, hérite du château du Bot, qu'il va habiter après son retour d'émigration[2].

Article détaillé : Conen de Saint-Luc.

Il se marie le à Quimper avec Jeanne Rose de Plœuc (née le à Plobannalec, décédée le au manoir du Bot en Quimerch). Le couple a eu deux enfants : Fortuné Athanase Jean Marie (né le au château du Bot en Quimerch, décédé le à Nantes) et Henri Marie (né le à Saint-Brieuc, décédé le à Château-Gontier).

Sa carrière politique et administrativeModifier

Après avoir servi comme officier de marine, être rentré d'émigration et s'être tenu dans l'expectative sous l'Empire, Athanase de Conen de Saint-Luc fut nommé préfet du Finistère sous la Restauration. Il est aussi élu député du Finistère le , par 92 voix (170 votants, 240 inscrits), siégeant dans la majorité de la Chambre introuvable. Pendant les règnes de Louis XVIII et de Charles X, il est à nouveau nommé préfet, successivement des Côtes-du-Nord (), du Lot (), du Loir-et-Cher (), de la Creuse (), et de la Mayenne (). D'autre part, il appartint, de 1820 à 1830, au côté droit de la Chambre des députés. Le , le collège de département des Côtes-du-Nord l'avait une première fois élu par 145 voix sur 219 votants et 238 inscrits : le même collège lui confirma ce mandat le 6 mars 1824. Aux élections du 17 novembre 1827, le comte Conen de Saint-Luc devint député du 3e arrondissement électoral du Finistère (Châteaulin), avec 65 voix sur 94 votants, et 104 inscrits) contre 23 à M. Legogal-Toulgoët. Il venait d'être réélu, le par 47 voix (54 votants, 83 inscrits), quand survint la Révolution de Juillet. Athanase de Conen de Saint-Luc se démit à la fois de ses fonctions administratives et de son mandat de député. Il se retira alors à Quimper et rentra dans la vie privée[3].

HonneursModifier

  • Chevalier de Saint-Louis ;
  • Officier de la Légion d'Honneur[4]

TombeModifier

  • La chapelle funéraire de la famille Conen de Saint-Luc à Quimerc'h, construite en 1880, contient la pierre tombale d'Athanase Conen de Saint-Luc, mort en 1844[5].

Notes et référencesModifier

  1. http://patrimoine.landudec.free.fr/Fr/Themes/victoire-de-saint-luc.html
  2. site patrimoine.region-bretagne.
  3. A. Robert et G. Cougny, "Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889", consultable http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=11466
  4. Alexandre Mazas, Histoire de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, depuis son institution en 1693, jusqu'en 1830, Didot 1861, p 171 à lire en ligne
  5. site patrimoine.region-bretagne.

SourcesModifier