Ouvrir le menu principal

Union nationale Attaque

parti politique bulgare
(Redirigé depuis Ataka)
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Union nationale Attaque
(bg) Национално обединение Атака
Image illustrative de l’article Union nationale Attaque
Logotype officiel.
Présentation
Président Volen Siderov
Fondation
Siège ul. Vrabcha 1, 1000 Sofia (Bulgarie)
Organisation de jeunesse Organisation nationale de la jeunesse Ataka
Journal Journal Ataka
Chaîne TV Alfa TV
Religion Église orthodoxe de Bulgarie
Positionnement Droite à extrême droite[1],[2],[3],[4]
Idéologie Nationalisme[1],[2],[5],[6],[7]
Populisme de droite[5],[8]
Russophilie[9]
Euroscepticisme
Antimondialisme[10]
Anti-islam
Couleurs Blanc, vert, rouge (couleurs nationales bulgares)
Site web www.ataka.bgVoir et modifier les données sur Wikidata
Présidents de groupe
Assemblée nationale Volen Siderov
Représentation
Députés
8 / 240

L'Union nationale Attaque (en bulgare Национално обединение Атака (Nacionalno Obedinenie Ataka), abrégé en Ataka (Атака)), est un parti politique bulgare nationaliste fondé et dirigé par Volen Siderov.

Histoire du partiModifier

 
Manifestation d'ATAKA en mars 2011 à Sofia.

Ataka a été créée en avril 2005 par le journaliste Volen Nikolov Siderov. Cette coalition a été constituée par le Mouvement national pour le salut de la patrie, le Parti patriotique national bulgare et l'Union des forces patriotiques et des militaires réservistes pour la défense.

Aux élections législatives du , la coalition nationaliste obtient 9 % (21 députés sur 240 suite aux alliances, puis 12 après une scission) ; lors de l'élection présidentielle du dimanche , Volen Nikolov Siderov est présent au second tour avec 21,5 % des suffrages. Au second tour, le national-populiste Volen Siderov, confronté au président socialiste sortant, Gueorgui Parvanov, est battu par 75 % des votants[réf. nécessaire].

En , Ataka a envoyé une délégation à la fête des Bleu-blanc-rouge, fête annuelle du Front national, en vue d'une coalition au Parlement européen réunissant d'autres formations nationalistes ou populistes en Europe.

N'étant pas opposé à une adhésion à l'Union européenne, le parti est cependant ouvertement anti-américain et antisioniste[réf. nécessaire]. Il est également opposé à la corruption, aux communautés minoritaires (en particulier les Turcs[2],[4],[5],[6],[11] et les Roms[11], mais aussi les Juifs[11] et les musulmans[11]) et à l'OTAN[5]. Il propose d'instaurer le christianisme orthodoxe comme religion officielle du pays.

Le parti est classé par la plupart des universitaires à l'extrême droite[2],[3],[4], mais d'autres le placent à l'extrême gauche ou considèrent qu'il est une synthèse entre la gauche et la droite[12],[13]. Les dirigeants du parti décrivent l'Ataka comme n'étant « ni de gauche ni de droite, juste bulgare »[4].

Les opposants à Ataka le considèrent comme un parti de tendance fasciste, voire xénophobe[réf. nécessaire].

Le , Dimitar Stoyanov fonde le Parti national-démocrate, une scission d'Ataka[réf. nécessaire].

Le , Ataka n'obtient que 66 210 voix (2,96 %), soit une baisse de 9 points, et perd donc ses deux députés européens.

ProgrammeModifier

Le parti, qualifié de nationaliste par de nombreux observateurs[1],[14], dénonce le déficit démographique de la société bulgare et le risque d'une « dé-bulgarisation » de cette dernière, face à l'abandon de la politique de bulgarisation héritée de la période communiste à destination des minorités turque et rom[14]. Le parti se montre dès lors très hostile face à la Turquie, accusée de visée impérialiste, et à l'Occident qui encourageraient les revendications des minorités ethniques[14]. Ataka adopte également une rhétorique antisémite relativement rare en Bulgarie[14].

Programme officielModifier

Son programme vise à :

  • Stopper la corruption ;
  • Interdire les partis ethniques et les émissions dans les langues minoritaires à la télévision publique ;
  • Sortir de l'OTAN (la Bulgarie a rejoint l'Organisation atlantique en avril 2004).
  • Interdire toute base militaire étrangère sur le territoire bulgare ;
  • Réviser les accords avec l'Union européenne ;
  • Rouvrir les réacteurs 3 et 4 de la centrale nucléaire de Kozlodouy (fermés à la demande de l'UE) ;
  • Accorder une préférence aux entrepreneurs bulgares sur leurs concurrents étrangers ;
  • Réexaminer les conditions dans lesquelles ont été effectuées les privatisations ;
  • Instaurer un capitalisme social ;
  • Préserver et réinstaurer certains éléments du système de sécurité sociale qui existait sous le régime communiste ;
  • Restaurer la peine de mort ;
  • Stopper la « vente de la terre bulgare aux étrangers ».

PolémiquesModifier

En , Dimitar Stoyanov[15], député européen bulgare (qui siégeait en tant qu'observateur) d'Ataka, compare Lívia Járóka[16], députée européenne hongroise d'origine rom et nommée « Meilleur parlementaire 2006 », à une prostituée rom[17], ce qui provoquera les protestations des eurodéputés et la condamnation par le premier ministre et le président du Parlement bulgare.

En 2013, le parti apporte un soutien tacite[18] au gouvernement socialiste du fait de l'absence de quorum[19] à l'issue des élections législatives anticipées du 12 mai 2013. Le dirigeant du parti, Volen Siderov, est par la suite nommé par les socialistes à la tête de la commission parlementaire d'éthique et de lutte contre la corruption.

Résultats électorauxModifier

Élections parlementairesModifier

Année Votes % Rang Députés Gouvernement
2005 296 848 8,1 4e
21 / 240
Opposition
2009 395 707 9,4 4e
21 / 240
Opposition
2013 258 481 7,3 4e
23 / 240
Soutien tacite
2014 148 262 4,5 7e
11 / 240
Opposition
2017 au sein de OP
 / 240
Soutien tacite

Élections européennesModifier

Année Députés Votes % Rang
2007
3 / 18
275 237 14,2 4e
2009
2 / 17
308 052 12,0 4e
2014
0 / 17
66 210 3,0 4e
2019
 / 17

Élections présidentiellesModifier

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
2006 Volen Siderov 597 175 21,5 2e 649 387 24,1 2e
2011 Volen Siderov 122 466 3,6 4e
2016 soutien à Krassimir Karakatchanov

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 6 juillet 2015).
  2. a b c et d Stefanos Katsikas, « Negotiating Diplomacy in the New Europe: Foreign Policy in Post-Communist Bulgaria », I.B. Tauris,‎ , p. 64
  3. a et b Michael Meznik et Tom Thieme, « Against all Expectations: Right-Wing Extremism in Romania and Bulgaria », The Extreme Right in Europe: Current Trends and Perspectives, Vandenhoeck & Ruprecht,‎ , p. 205–207
  4. a b c et d Lars Rensmann, « "Against Globalism": Counter-Cosmopolitan Discontent and Antisemitism in Mobalizations of European Extreme Right Parties », Politics and Resentment: Antisemitism and Counter-Cosmopolitanism in the European Union, Brill,‎ , p. 133
  5. a b c et d José M. Magone, « Comparative European Politics: An Introduction », Routledge,‎ , p. 386
  6. a et b James L. Hopkins, « The Evolution of Nationalism Within the Bulgarian Orthodox Church », World Christianity in Local Context: Essays in Memory of David A. Kerr, Continuum, vol. 1,‎ , p. 149
  7. Robert Bideleux et Ian Jeffries, « The Balkans: A Post-Communist History », Routledge,‎ , p. 120
  8. Ruzha Smilova, Daniel Smilov et Georgi Ganev, Democracy and the Media in Bulgaria: Who Represents the People?, Palgrave Macmillan, , 48–49 p.
  9. Rusofili: Volen, we are with you!, Ataka,
  10. « Left Wing, Right Wing, Everything: Xenophobia, Neo-totalitarianism and Populist Politics in Contemporary Bulgaria », Offnews (consulté le 31 octobre 2013)
  11. a b c et d Kristen Ghodsee, Muslim Lives in Eastern Europe: Gender, Ethnicity, and the Transformation of Islam in Postsocialist Bulgaria, Princeton University Press, (ISBN 1400831350), p. 111
  12. Yordan Mateev, « Кой е ляв и кой десен в България? », Capital,‎ (lire en ligne)
  13. Kristen Ghodsee, « Left Wing, Right Wing, Everything: Xenophobia, Neo-totalitarianism and Populist Politics in Contemporary Bulgaria », Academia.edu (consulté le 9 juin 2013)
  14. a b c et d Antonela Capelle-Pogacean et Nadège Ragaru, « La dérive contestataire en Roumanie et en Bulgarie », Le Courrier des pays de l'Est,‎ , p. 44–51 (ISSN 0590-0239, lire en ligne, consulté le 10 août 2016)
  15. « Dimitar Stoyanov », sur la base de données des députés au Parlement européen.
  16. « Lívia Járóka », sur la base de données des députés au Parlement européen.
  17. Dans un courriel adressé à l'ensemble des parlementaires, il écrit en effet : « Dans mon pays il y a des dizaines de milliers de filles tziganes plus belles que cette honorable-là (...) Les meilleures d'entre elles sont chères - jusqu'à 5 000 euros pièce, Wow ! »..
  18. « La fièvre monte dans la capitale bulgare », sur Le Figaro, .
  19. « Bulgarie: des manifestants empêchent le Parlement de tenir séance », sur Libération.fr, .

Liens externesModifier