Élections législatives bulgares de novembre 2021

Élections législatives bulgares de novembre 2021
240 sièges de l'Assemblée nationale
(Majorité absolue : 121 députés)
Corps électoral et résultats
Inscrits 6 946 852
Votants 2 669 863
38,43 % en diminution 2

Votes blancs et nuls 11 315
Кирил Петков (screenshot).png PP – Kiril Petkov
Voix 673 170
25,32 %
en augmentation 25,3
Sièges obtenus 67 en augmentation 67
Boyko Borissov 2017-11-03.jpg GERB - SDS – Boïko Borissov
Voix 596 456
22,44 %
en diminution 1,1
Sièges obtenus 59 en diminution 4
Мустафа Карадайы.jpg DPS – Mustafa Karadayi
Voix 341 000
12,83 %
en augmentation 2,1
Sièges obtenus 34 en augmentation 5
Kornelia Ninova in 2013.jpg BSPzB – Korneliya Ninova
Voix 267 817
10,07 %
en diminution 3,3
Sièges obtenus 26 en diminution 10
Снимка на Слави Трифонов.jpg ITN – Slavi Trifonov
Voix 249 743
9,39 %
en diminution 14,7
Sièges obtenus 25 en diminution 40
Atanas Atanasov 2011-06-19 portrait.jpg DB – Atanas Atanasov / Hristo Ivanov
Voix 166 968
6,28 %
en diminution 6,4
Sièges obtenus 16 en diminution 18
Костадин Костадинов снимка.jpg Renaissance – Kostadin Kostadinov
Voix 127 568
4,80 %
en augmentation 1,8
Sièges obtenus 13 en augmentation 13
Premier ministre
Sortant
Stefan Yanev (transition)
Indépendant

Les élections législatives bulgares de ont lieu de manière anticipée le afin de renouveler les 240 membres de l'Assemblée nationale de la Bulgarie. Le premier tour d'une élection présidentielle est organisé simultanément.

Le scrutin est rendu nécessaire par l'échec de la formation d'un gouvernement à la suite des élections d'avril et de juillet 2021.

Créée deux mois plus tôt, la coalition Nous continuons le changement fait une percée inattendue en tête du scrutin, profitant des reports de voix dû à l'effondrement d'Il y a un tel peuple, jugé responsable de l'échec des négociations de juillet. Hormis le Mouvement des droits et des libertés de la minorité turque et le parti nationaliste Renaissance, qui fait son entrée à l'assemblée, l'ensemble des autres partis subissent un recul. Ces résultats provoquent notamment la démission des dirigeants de Bulgarie démocratique et du Parti socialiste bulgare, tandis que la coalition Debout.BG ! Nous arrivons ! perd toute représentation à l'assemblée.

Le co-dirigeant de Nous continuons le changement, Kiril Petkov, est pressenti pour tenter de former un gouvernement, la formation arrivée en tête bénéficiant de la première tentative en ce sens.

ContexteModifier

Les élections législatives du 11 juillet 2021 engendrent un résultat quasi identique à celui des élections du 4 avril — qui n'ont pas permis de former un nouveau gouvernement —. Comme trois mois plus tôt, les tentatives de formation d'un gouvernement échouent rapidement, tout en étant marquées par la tentative vivement décriée de Trifonov d'imposer un gouvernement minoritaire d'ITN, excluant toute coalition[1]. Dés le lendemain du scrutin, le dirigeant d'ITN propose à la tête du gouvernement l'ancien ministre de l'Économie Nikolay Vasilev, ex-membre du parti centriste Mouvement national pour la stabilité et le progrès, à la tête d'un « gouvernement d'experts », lors d'une intervention surprise qui prend notamment de cours Bulgarie démocratique (DB) et Debout ! Mafia dehors ! (ISMV) qui s'attendaient à l'ouverture de négociations. Cette décision, « aux allures de chantages » pour DB et ISMV, est de l’avis général jugée peu démocratique, ITN prétendant gouverner seul avec pour légitimité moins d’un quart des voix d'un scrutin où seuls 40 % des Bulgares ont voté. Boïko Borissov accuse ainsi Trifonov de ne pas vouloir en réalité d'un gouvernement et d'« abuser de la confiance des gens », tandis que le co-président d'ISMV juge la proposition non démocratique et propice à de nouvelles élections[2]. La coalition ISMV change par ailleurs de nom, devenant Debout.BG ! Nous arrivons ! (IBG-NI) le 20 juillet[3],[4].

Face à ces critiques, Trifonov annonce trois jours plus tard retirer sa proposition, puis le 30 juillet propose à nouveau un gouvernement minoritaire avec Plamen Nikolov pour Premier ministre[5],[6]. Faute de soutien parlementaire, le parti retire le 10 août la composition du gouvernement désigné, signant l'échec de la première tentative d'investiture. Deux jours plus tard, son échec est entériné par un vote du parlement[7]. Comme en mai 2021, le président désigne pour deuxième mandataire le parti arrivé en seconde place, à savoir le GERB, représenté par Daniel Mitov[8]. Ce dernier reçoit le mandat le 20 août, et le retourne le jour même, tout en se déclarant prêt à participer à un gouvernement proposé par un autre parti[9]. Le 27 août, la socialiste Korneliya Ninova est chargée de former un gouvernement[10]. Le 8 septembre, échouant à former un gouvernement, elle rend son mandat, ouvrant la voie à la tenue de nouvelles élections en novembre.

Le système bulgare prévoit un maximum de trois tentatives de formation d'un gouvernement à la suite des élections. Le président confie ainsi en premier lieu cette responsabilité au parti arrivé en tête, puis au deuxième et enfin à un parti de son choix, avec, en cas d'un triple échec successif, la nomination par le président d'un gouvernement d'intérim et la convocation de nouvelles élections anticipées dans les deux mois, ce que fait le président Radev le 11 septembre. Il annonce alors la tenue de celles ci pour le 14 novembre, en même temps que le premier tour de l'élection présidentielle, avancé d'une semaine sur la date prévue, afin d'en réduire les coûts[11],[12]. Yanev est reconduit le 16 septembre à la tête d'un gouvernement presque identique au précédent[13].

Système électoralModifier

L'Assemblée nationale (en bulgare : Народното събрание) est composée de 240 sièges pourvus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal dans 31 circonscriptions électorales de quatre à seize sièges. Les listes sont ouvertes, avec la possibilité pour les électeurs d'effectuer un vote préférentiel envers un candidat de la liste choisie afin de faire monter sa place dans celle-ci. Après décompte des suffrages, la répartition est faite au plus fort reste de Hare entre les listes de candidats ayant atteint le seuil électoral de 4 % des suffrages exprimés au niveau national[14].

Forces en présenceModifier

Partis Idéologie Chef de file Résultats en juillet
Il y a un tel peuple
Ima takŭv narod (ITN)
Centre
Populisme, démocratie directe, lutte contre la corruption
Slavi Trifonov 24,08 % des voix
65 députés
Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie
Graždani za evropejsko razvitie na Bǎlgarija (GERB)
Centre droit
Conservatisme, démocratie chrétienne, europhilie
Boïko Borissov 23,51 % des voix
63 députés
Union des forces démocratiques
Sayuz na demokratichnite sili (SDS)
Centre droit
Conservatisme, démocratie chrétienne, national-conservatisme
Roumen Hristov
BSP pour la Bulgarie
BSP za Balgarija (BSPzB)
Centre gauche à gauche
Social-démocratie, socialisme démocratique
Korneliya Ninova 13,39 % des voix
36 députés
Bulgarie démocratique
Demokratichna Balgariya (DB)
Centre droit
Libéral-conservatisme, europhilie, écologie politique
Atanas Atanasov / Hristo Ivanov 12,64 % des voix
34 députés
Mouvement des droits et des libertés
Dvizhenie za prava i svobodi (DPS)
Centre
Social-libéralisme, défense des Turcs de Bulgarie
Mustafa Karadayi 10,71 % des voix
29 députés
Debout.BG ! Nous arrivons !
Izpravi se.BG! Nie idvame! (IBG-NI)
Gauche
Lutte contre la corruption, europhilie
Maya Manolova / Nikolay Hadzhigenov 5,01 % des voix
13 députés
Nous continuons le changement
Prodŭlzhavame promyanata (PP)
Centre
Lutte contre la corruption, europhilie
Kiril Petkov / Asen Vasilev Nouveau
Renaissance
Vazrazhdane (V)
Droite
National-conservatisme, euroscepticisme
Kostadin Kostadinov 2,97 % des voix
0 députés

CampagneModifier

La campagne de novembre 2021 a lieu comme les précédentes en pleine pandémie de Covid-19, mais devient cette fois-ci un facteur aggravant en raison du manque d'engagement des partis en faveur de la vaccination. Marquée par la montée du variant Delta, la pandémie est en effet facilitée par le taux très bas de vaccination, la Bulgarie étant en septembre 2021 le pays le moins vacciné de l'Union européenne avec seulement 20 % de la population adulte, contre 69 % en moyenne dans l'UE[15]. Le pays est alors sujet à un « scepticisme généralisé » à l'égard du vaccin, une situation aggravée par l'absence d'une réelle campagne de santé publique sur le sujet et le silence de la classe politique. Redoutant de s'engager en pleine campagne électorale sur un sujet dont la population se méfie, aucun responsable politique au sein du gouvernement comme de l'opposition n'appelle ainsi la population à se faire vacciner. L'aggravation de la situation sanitaire conduit finalement le gouvernement a resserrer à partir du 7 septembre les restrictions imposées aux évènements et lieux publics[16]. L'introduction à partir du 21 octobre d'un passe sanitaire — obligatoire pour l'accès aux écoles, restaurants ainsi que pour rendre visites aux patients des hopitaux — provoque une ruée sur les vaccins, mais également des manifestations d'une partie de la population opposée à cette mesure, encouragée par les critiques de l'ensemble des principaux partis politiques à l'encontre du passe, dont notamment GERB, le BSP et ITN, dont le dirigeant Slavi Trifonov évoque un risque de « ségrégation » de la population[16],[17],[18],[19].

La campagne voit les partis anti corruption, Il y a un tel peuple (ITN), Bulgarie démocratique (DB) et Debout.BG ! Nous arrivons ! (IBG-NI) tenter de reproduire leur bons résultats du scrutin de juillet. Les soutiens d'ITN s'étiolent cependant, à la suite de sa tentative polémique de formation forcée d'un gouvernement minoritaire. Outre la dégradation des relations avec les autres partis de l'opposition, cet évènement provoque une forte baisse des intentions de votes en faveur d'ITN au cours des mois qui s'ensuivent, le parti perdant plus de la moitié de ses résultats dans les sondages par rapport aux 24 % obtenus dans les urnes en juillet[20].

La perte de vitesse d'ITN se produit dans le contexte de l'arrivée sur la scène politique d'une nouvelle coalition anti-corruption, Nous continuons le changement (PP). Cette dernière est menée par Kiril Petkov et Asen Vasilev, ancien ministres respectivement de l'Économie et des Finances dans le premier gouvernement transitoire de Stefan Yanev ayant perdu leurs ministères lors d'un remaniement en juillet. Nouveaux sur la scène politique, les deux hommes s'étaient fait connaître pour leur vives critiques des pratiques de corruption de l'ancien gouvernement de Boïko Borissov. Nous continuons le changement axe ainsi sa campagne sur les effets bénéfique pour l'économie du pays d'une lutte affirmée contre la corruption et une gestion transparente des ressources de l'État. Placée au centre de l'échiquier politique, la nouvelle coalition se donne alors pour but de faciliter la formation d'un gouvernement par les différentes formations anti-corruption, et se hisse rapidement en deuxième position dans les intentions de vote[21],[22]. Outre leur ancrage au centre et leur campagne contre la corruption, Petkov et Vasilev défendent l'ancrage de la Bulgarie au sein de l’Union européenne et de l’OTAN. Tous deux entrepreneurs et hommes d'affaires, les deux anciens ministres bénéficient d'une bonne image en matière d'économie[23].

La baisse d'ITN profite cependant principalement au parti Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB) de Borissov, qui retrouve sa position en tête des sondages, ce qui lui permettrait si ces résultats se traduisaient dans les urnes d'être en position de force pour retrouver son poste de Premier ministre. Espérant tirer parti de la frustration des électeurs devant le blocage institutionnel, GERB fait ainsi campagne sur l'incapacité de ses opposants à s'entendre pour former une gouvernement[20].

Au niveau économique, la campagne électorale bulgare intervient en période de forte inflation, cette dernière atteignant un niveau record de 4,8 % en septembre 2021, jamais atteint depuis neuf ans[24],[25]. La campagne se déroule également en pleine flambée des prix du gaz naturel à l’approche de l'hiver. Les prix records conduisent une partie croissante de la population à se retrouver dans l'incapacité de chauffer adéquatement son logement, alors même qu'une étude de l'Observatoire européen sur la précarité énergétique avait conclu en 2020 que celle ci touchait déjà 33,7 % de la population bulgare[26],[27]. Dans ce contexte, la Bulgarie bénéficie d'une réduction surprise du prix de son approvisionnement en gaz par le géant russe Gazprom, qui le fixe a 46,5 euros le mégawatt-heure, soit moitié moins que les tarifs en vigueur en Europe, et ce alors même que la compagnie publique Bulgargaz tablait sur une augmentation de 32 %. Qualifiée de « remise préélectorale », ce rabais inattendu profite particulièrement au gouvernement transitoire ainsi qu'au président Roumen Radev, fortement critiqué par le GERB sur le sujet de la crise des prix de l'énergie. Perçu comme un échange de bon procédé en vue des négociations sur le renouvellement en 2022 du contrat de Gazprom, la décision de la compagnie met en difficulté Borissov, qui avait cherché lorsqu'il était au pouvoir a créer une compagnie pétrolière nationale[28],[29],[30].

SondagesModifier

RésultatsModifier

Résultats des élections législatives bulgares de [31]
 
Partis ou coalitions Voix % +/- Sièges +/-
Nous continuons le changement (PP) 673 170 25,32 Nv. 67   67
Coalition GERB-SDS 596 456 22,44   0,77 59   4
Mouvement des droits et des libertés (DPS) 341 000 12,83   2,26 34   5
BSP pour la Bulgarie (BSPzB) 267 817 10,07   3,15 26   10
Il y a un tel peuple (ITN) 249 743 9,39   14,39 25   40
Bulgarie démocratique (DB) 166 968 6,28   6,20 16   18
Renaissance (V) 127 568 4,80   1,83 13   13
Debout.BG ! Nous arrivons ! (IBG-NI) 60 055 2,26   2,69 0   13
VMRO - Mouvement national bulgare (VMRO-BND) 28 322 1,07 -[a] 0  
Parti social-démocrate bulgare 13 710 0,52 N/a 0  
Union nationale Attaque (Ataka) 12 153 0,46   0,01 0  
Société pour une nouvelle Bulgarie 11 627 0,44 Nv. 0  
Voix du peuple 11 546 0,43   0,26 0  
Union nationale de la droite 11 239 0,42 N/a 0  
Front patriotique[b],[a] (PF) 8 584 0,32 N/a 0  
Volya 7 067 0,27 -[a] 0  
Russophiles pour le renouveau de la patrie 6 803 0,26 -[c] 0  
Pravoto 6 712 0,25 Nv. 0  
Autres partis[d] 22 081 0,83 - 0  
Indépendants 182 0,01   0  
« Aucun de ces choix » 35 745 1,34   0,07
Suffrages exprimés 2 658 548 99,58
Votes blancs et nuls 11 315 0,42
Total 2 669 863 100 - 240  
Abstentions 427 698 61,57
Inscrits / Participation 6 946 852 38,43

AnalyseModifier

 
Parti en tête par circonscription électorale.
 
Sièges par parti par circonscription électorale.

Le scrutin est une nette victoire pour Nous continuons le changement (PP) de Kiril Petkov et Asen Vasilev. Arrivée en tête, la coalition provoque la surprise en réunissant un peu plus d'un quart des suffrages pour sa première participation à des élections. A l'annonce des résultats, Petkov annonce son intention d'entamer des négociations « transparentes » avec ITN et DB[32]. Une coalition élargie à BSPzB, qui permettrait à un gouvernement soutenu par ces quatre formations d'obtenir la majorité absolue à l'assemblée, est attendue[33].

Principal perdant du scrutin, Il y a un tel peuple recule de la première à la cinquième place, grévé par l'échec de Slavi Trifonov à former une coalition[34],[35]. Le 17 novembre, ce dernier s'annonce favorable à une coalition avec Nous continuons le changement[36].

Face aux mauvais résultats obtenus par Bulgarie démocratique, qui perd plus de la moitié de ses sièges, son dirigeant Hristo Ivanov ainsi que l'ensemble du bureau politique du parti présentent leur démission au lendemain des élections[37],[34].

Pour la première fois de son histoire, le Parti socialiste bulgare ne figure pas dans le trio de tête aux législatives. Devant ce résultat qu'elle qualifie de « catastrophique », sa dirigeante Korneliya Ninova déclare en prendre l'entière responsabilité et annonce le 16 novembre sa démission prochaine, effective après l'élection d'un nouveau dirigeant lors d'un congrès attendu en janvier 2022[38].

SuitesModifier

En pleine tractations pour la formation d'un gouvernement, Nous continuons le changement est confortée par la nette victoire du président Roumen Radev au second tour de l'élection présidentielle le 21 novembre. Fortement engagé sur le thème de la lutte contre la corruption, celui ci recueille près de deux tiers des suffrages exprimés contre son opposant, le candidat du GERB Anastas Guerdjikov[39],[40]. Kiril Petkov et Assen Vassilev félicitent le soir même Radev pour sa réélection, annonçant être prêt à travailler avec lui[41].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a b et c Au sein de la coalition Patriotes bulgares lors des dernières élections.
  2. Composé notamment du Front national pour le salut de la Bulgarie (NFSB).
  3. Au sein de la coalition Union de gauche pour une république propre et sainte lors du dernier scrutin.
  4. partis, moins de 0,25% chacun.

RéférenceModifier

  1. « Bulgarie: le chanteur anti-système Trifonov cherche à composer un gouvernement minoritaire », sur rfi.fr, (consulté le ).
  2. « En Bulgarie, le chanteur anti-système Trifonov fait cavalier seul », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  3. (en) « “Stand Up! Thugs Out!” is changing its name to “Stand Up.BG! We are coming!” », sur bnr.bg (consulté le ).
  4. « Les partis de la contestation: Slavy Trifonov a “brûlé” le 3e mandat pour former un gouvernement », sur bnr.bg (consulté le ).
  5. (bg) Екип на Дневник, « "Новите варвари" по Слави Трифонов: сценарият с правителството », sur dnevnik.bg,‎ (consulté le ).
  6. (bg) Capital.bg, « Първо правителство, първа засечка: до какво доведе грешката на Слави Трифонов », sur capital.bg (consulté le ).
  7. « Bulgarie: Proposition de gouvernement retirée, de nouvelles élections se profilent », sur fr.news.yahoo.com (consulté le ).
  8. (en) « Bulgaria Edges Closer to Third Election in a Year », sur balkaninsight.com, (consulté le ).
  9. (en) « Bulgaria's Former Ruling Gerb Party Returns Mandate, Awaits Comeback », sur balkaninsight.com, (consulté le ).
  10. « Bulgarie : consultations de la dernière chance pour former un gouvernement », sur LEFIGARO, lefigaro (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  11. (en) « Bulgaria’s President: Parliamentary and presidential elections will be ‘2 in 1’ on November 14 », sur The Sofia Globe, (consulté le ).
  12. « Sans majorité, la Bulgarie retourne aux urnes », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  13. (tr) TRT World, « Incumbent PM Yanev to lead Bulgaria to elections », sur Incumbent PM Yanev to lead Bulgaria to elections (consulté le ).
  14. (en) « Electoral system for national legislature - Bulgaria », sur idea.int (consulté le ).
  15. (en) « Bulgaria battles surge in COVID-19 cases amid vaccine opposition », sur euronews, (consulté le ).
  16. a et b « Covid-19 : lanterne rouge européenne de la vaccination, la Bulgarie reprend des restrictions », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  17. « Covid-19: fortement touchée par la pandémie, la Bulgarie adopte le passe sanitaire », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  18. « Covid-19 : l'Ukraine et la Bulgarie face à la dégradation inquiétante de la situation sanitaire », sur Franceinfo, (consulté le ).
  19. (en) Reuters, « Hundreds protest against Bulgaria's COVID health pass », sur Reuters, (consulté le ).
  20. a et b (en) Reuters, « Bulgaria's GERB has strong lead into Nov. 14 election, opinion polls show », sur Reuters, (consulté le ).
  21. « Deux diplômés d’Harvard à l’assaut du pouvoir et de la corruption », sur La Presse, LaPresseFB, (consulté le ).
  22. (en) « Former caretaker ministers Kiril Petkov and Assen Vassilev to announce their political project today », sur bnr.bg (consulté le ).
  23. « En Bulgarie, un parti anticorruption crée la surprise aux législatives », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  24. (en) bne IntelliNews, « Bulgaria’s inflation reaches nine-year peak in September », sur www.intellinews.com, (consulté le ).
  25. « En Europe centrale, « l’inflation va durement pénaliser les ménages plus pauvres » », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  26. (en) « Amid soaring prices, millions in Europe could struggle to heat homes », sur euronews, (consulté le ).
  27. « Étude de l'observatoire européen sur la précarité énergétique », sur righttoenergy.org (consulté le ).
  28. (en) Reuters Staff, « Bulgaria lowers November gas prices after Gazprom deal », sur U.S., Reuters, (consulté le ).
  29. Réseau EURACTIV, « La Bulgarie a bénéficié d’une remise préélectorale de la part de Gazprom », sur www.euractiv.fr, (consulté le ).
  30. (en) « Gazprom increases gas supplies to Bulgaria at reduced prices », sur 112.international, (consulté le ).
  31. (bg) « Резултати от избори », sur results.cik.bg (consulté le ).
  32. « En Bulgarie, un duo anti-corruption crée la surprise lors des élections législatives », sur SudOuest.fr (consulté le ).
  33. (bg) « Социолозите предричат четворна коалиция - По света и у нас - БНТ Новини », sur bntnews.bg (consulté le ).
  34. a et b https://www.facebook.com/RFI, « Élections en Bulgarie: un mouvement anti-corruption passe devant les conservateurs », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  35. « Elections en Bulgarie : un nouveau mouvement anticorruption donné en tête des législatives », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  36. (en) « TISP Leader Slavi Trifonov Expressed Full Support for Forming a Government with WCC - Novinite.com - Sofia News Agency », sur www.novinite.com (consulté le ).
  37. (en) M3 Web - http://m3web.bg, « Elections: Hristo Ivanov and the Entire Management of "Yes, Bulgaria" Resign - Novinite.com - Sofia News Agency », sur www.novinite.com (consulté le ).
  38. (it) Administrator, « Kornelia Ninova si dimette da leader del BSP », sur www.bulgariaoggi.com (consulté le ).
  39. « La Bulgarie réélit le président sortant Roumen Radev pour poursuivre la lutte anticorruption », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  40. « En Bulgarie, le président sortant réélu pour poursuivre le changement », sur LEFIGARO, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  41. (en) « Kiril Petkov: Radev is the president who will continue the change », sur bnr.bg (consulté le ).

Articles connexesModifier