Assassinat de Shinzō Abe

attentat contre l'ancien premier ministre japonais Shinzō Abe le 8 juillet 2022

Assassinat de Shinzō Abe
Image illustrative de l’article Assassinat de Shinzō Abe
La gare de Yamato-Saidaiji en 2012. L'attentat a lieu en 2022 à proximité.

Localisation Près de la gare de Yamato-Saidaiji, Nara, préfecture de Nara (Drapeau du Japon Japon)
Coordonnées 34° 41′ 39″ nord, 135° 47′ 02″ est
Date
11 h 30 (UTC+09:00)
Type Assassinat, fusillade, attentat
Armes Fusil de chasse improvisé[1]
Morts 1 : Shinzō Abe
Auteurs présumés Tetsuya Yamagami
Géolocalisation sur la carte : Japon
(Voir situation sur carte : Japon)
Assassinat de Shinzō Abe

L’assassinat de Shinzō Abe, ancien Premier ministre du Japon, survient le . Il est atteint de deux balles tirées avec un fusil artisanal alors qu'il prononce un discours de campagne près de la gare de Yamato-Saidaiji à Nara, dans la préfecture de Nara, au Japon, vers 11 h 30 UTC+9[2],[3]. Grièvement blessé et en arrêt cardio-respiratoire, il est héliporté à l'hôpital universitaire de Nara à Kashihara, où il est déclaré mort quelques heures plus tard des suites de ses blessures[4],[1].

ContexteModifier

Contexte électoralModifier

L'attentat se produit à la fin de la campagne électorale pour les élections à la Chambre des conseillers du Japon de 2022 (ou sénatoriales), prévues pour le surlendemain.

Contexte sécuritaireModifier

Peu de violences politiques dans le Japon des années 2000Modifier

Cet assassinat est considéré comme exceptionnel dans le contexte sécuritaire du Japon. En effet, depuis la fin des années 1970, les violences politiques et les assassinats commis dans la rue sont devenus particulièrement rares dans le pays[5].

Aucun ancien Premier ministre japonais n'avait été assassiné depuis l'incident du au cours duquel Takahashi Korekiyo (Premier ministre de 1921 à 1922 et par intérim en 1932) et Saitō Makoto (Premier ministre de 1932 à 1934) sont tombés sous les balles des insurgés de la faction de la voie impériale[6],[7].

Peu de violences par arme à feu dans le Japon des années 2000Modifier

Le Japon disposant de l'une des législations les plus strictes au monde en matière de contrôle des armes à feu[8], les affaires criminelles en impliquant sont particulièrement rares : en 2021, on en a dénombré dix, dont une seule s'est soldée par la mort d'une personne[9]. Au total, seulement 14 personnes ont été tuées par balle dans le pays depuis 2017[10]. Plus globalement, le Japon affichait en 2019 le deuxième plus faible taux de mortalité attribuable aux armes à feu (incluant aussi les suicides) derrière Singapour[11].

Contexte social et économiqueModifier

Bien que l'attentat soit sur le coup considéré comme un acte individuel isolé, les sociologues japonais ont noté une augmentation des tensions dans la société japonaise depuis la pandémie de Covid-19 et la hausse des inégalités socio-économiques qu'elle a provoquée (encore accentuée, les semaines précédant l'assassinat, par les conséquences économiques de l'invasion de l'Ukraine par la Russie)[12]. La forme prise par cet acte reste cependant inhabituelle, car jusque-là ces tensions se sont surtout manifestées par une augmentation des suicides, et non par une augmentation des actes violents[12].

AssassinatModifier

 
Shinzō Abe en 2022.
 
Carrefour à proximité de la gare de Yamato-Saidaiji, quelques heures après les coups de feu.
 
Positions de Shinzō Abe et de l'assassin au moment des faits.

Le , Shinzō Abe prononce un discours à Nara en faveur du conseiller Kei Satō, membre du Parti libéral-démocrate candidat à sa réélection, avant les prochaines élections à la chambre haute prévues le dimanche (sénatoriales). Abe est la cible d'une attaque par balles tirées par derrière, avec une arme artisanale similaire à un fusil de chasse à double canon[1],[13] mais de la taille d'une arme de poing, et s'effondre[14],[15],[16].

Juste après avoir été touché, Abe est initialement conscient et capable de parler. Il est transporté à un hôpital local par un hélicoptère d'urgence, blessé à la poitrine et au cou, et ne présente plus aucun signe vital à son arrivée à l'hôpital de l’université de médecine de Nara à Kashihara[2],[17],[18]. Inconscient, il est en état d'arrêt cardio-respiratoire[19]. Cette expression est souvent utilisée au Japon avant une confirmation formelle du décès par un médecin[20]. Lors d'une conférence de presse tenue à 14 h 45 UTC+9, le Premier ministre Fumio Kishida déclare qu'Abe est dans un état critique et que « les médecins font tout ce qu'ils peuvent, en ce moment »[21]. L’ancien Premier ministre Shinzo Abe meurt à 17 h 3 des suites de ses blessures, à l’hôpital de Kashihara, à l’âge de 67 ans[22],[23]. Hidetada Fukushima, professeur de médecine d'urgence à l'hôpital, a déclaré que la cause de la mort était une hémorragie, malgré quatre heures de transfusions sanguines au cours desquelles 100 unités de sang ont été administrées[24],[25].

Auteur de l'assassinatModifier

Tetsuya Yamagami (山上 徹也, Yamagami Tetsuya?), un homme de 41 ans de la ville de Nara et ancien membre de la Force maritime d'autodéfense de 2002 à 2005, est immédiatement arrêté par la police préfectorale de Nara[26],[22],[27] et transféré au poste de police de Nara Ouest.

L'homme, qui est décrit comme calme et ne fait aucune tentative de se soustraire aux autorités[26],[22],[27], n'a pas d'antécédent judiciaire[28]. Il est sans emploi au jour de l'assassinat[29] : il a quitté son dernier poste (conducteur de chariot élévateur dans un entrepôt de la préfecture de Kyoto) en après avoir exprimé qu'il « ne se sentait pas bien »[29],[30].

Bien que la police n'ait pas révélé le nom de l'organisation religieuse, la Fédération de la famille pour la paix et l'unification mondiales (nom désormais utilisé par l'Église de l'Unification) a confirmé que la mère de Yamagami en était membre. Lors de son interrogatoire, Yamagami déclare aux enquêteurs qu' « il était mécontent de l'ancien Premier ministre et avait l'intention de le tuer[31] » avant d'ajouter que « ce n'était pas une rancune contre les convictions politiques de l'ancien Premier ministre »[32]. Il précise qu'il a consulté l'agenda détaillé de sa journée sur son site internet[33]. Il affirme en outre qu'il en veut à un « groupe religieux particulier » et qu'il a tiré sur Abe parce qu'il le pense lié à ce groupe[34],[35],[33],[36] et non pas en raison des convictions politiques de l'homme d'État[34]. Les médias rapportent que l'homme était en colère contre la secte Moon, à laquelle sa mère avait donné de larges sommes d'argent, et qu'il s'en est pris à Shinzo Abe en raison de ses liens avec l'organisation religieuse[37],[38],[39],[40],[41].

Lors d'une perquisition à son domicile, la police de la préfecture de Nara saisit plusieurs éléments d'explosifs et de fusils artisanaux similaires à l'arme du crime[42],[43],[44]. Son historique de navigation en ligne montre qu'il a consulté plusieurs sites sur la fabrication d'armes[45].

Fausses informationsModifier

Plusieurs médias ont identifié à tort le développeur de jeux vidéo Hideo Kojima comme étant l'assassin[46],[47],[48],[49]. Les informations erronées proviendraient de plaisanteries sur le forum en ligne 4chan et sur Twitter qui ont été prises pour des faits et publiées par le politicien français d'extrême droite Damien Rieu[48],[49], la chaîne de télévision grecque ANT1 et le site iranien Mashregh News (en)[46],[50]. ANT1 a également rapporté que le suspect était « passionné par Che Guevara »[51]. L'émission d'ANT1 a d'abord été téléversée sur son compte YouTube, avant d'être retirée par le diffuseur[52]. Damien Rieu a retiré son tweet et a présenté ses excuses pour ses commentaires[53]. Après l'incident, la société de Kojima, Kojima Productions, a condamné les fausses informations et a menacé de poursuites judiciaires ceux qui perpétuaient la rumeur[46],[54].

Évaluation du dispositif de sécuritéModifier

L'Agence Nationale de la Police a créé un comité d’évaluation de la protection de Shinzo Abe le jour de son assassinat. Quatre policiers étaient responsables de la surveillance directe autour de l'homme politique, trois de la zone devant lui, un de la zone derrière, qui était parcourue par divers véhicules, ce qui a empêché l'identification directe du risque représenté par le tireur[55].

ConséquencesModifier

Un centre de gestion de crise est créé au cabinet du Premier ministre[56]. Le Premier ministre Fumio Kishida, qui se trouve dans la préfecture de Yamagata pour la campagne électorale, annule son emploi du temps restant afin de retourner à Tokyo[17]. Tous les autres membres du cabinet, à l'exception du ministre des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi, qui s'est rendu en Indonésie pour les réunions du G20, sont rappelés à Tokyo, déclare le secrétaire en chef du cabinet Hirokazu Matsuno[57].

La télévision publique NHK et quatre des cinq grandes chaînes privées ont interrompu leur programmation pour diffuser des informations en direct pour le reste de la journée[58],[59]. Parmi les émissions touchées, la diffusion du deuxième épisode de la série d’animation Teppen—!!! (en) a été entièrement annulée car l'intrigue de l'épisode tournait autour d'un complot d'assassinat[60].

FunéraillesModifier

Une veillée funèbre a lieu le au temple bouddhiste Zōjō-ji de Tokyo et les funérailles au même lieu le lendemain, dans l’intimité des proches[39],[61].

Des funérailles publiques sont prévues le au Nippon Budōkan[62].

MonumentModifier

En août 2022, un débat a lieu sur l’opportunité ou non de construire un monument commémoratif à l'endroit de l’assassinat[63].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Chang-Ran Kim, « Shinzo Abe shot while making election speech in Japan », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  2. a et b (en) « Man taken into custody after former Japanese PM Abe Shinzo collapses », NHK World,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  3. (en) « Former Japanese PM Abe Shinzo showing no vital signs after apparently being shot » [archive du ], sur NHK World (consulté le ).
  4. (en) AFP, « Ex-Japan PM Shinzo Abe feared dead after apparent shooting – local media », Hong Kong Free Press,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  5. « Mort de Shinzo Abe : un acte isolé dans une société japonaise sous le choc • FRANCE 24 » (consulté le ).
  6. (en) Syed Iftikhar et Islam Uddin, « Shinzo Abe murder: Timeline of political assassinations in Japan », Agence Anadolu, (consulté le ).
  7. (en) « Shinzo Abe’s killing: the history of political violence in Japan », sur TheConversation.com, (consulté le ).
  8. « Japon : l’ex-Premier ministre Shinzo Abe est décédé après son attaque par balle », Sud Ouest, (consulté le ).
  9. (en) Yuri Kageyama, « Japan’s tight gun laws add to shock over Abe’s assassination », Associated Press, (consulté le ).
  10. (en) Daisuke Wakabayashi, Ben Dooley et Hikari Hida, « Assassination Shocks a Nearly Gun-Free Japan », The New York Times, (consulté le ).
  11. (en) Nurtih Aizenman, « Décès par violence armée: comment les États-Unis se comparent au reste du monde », NPR, (consulté le ).
  12. a et b « Mort de Shinzo Abe : un acte qui reflète les tensions de la société japonaise • FRANCE 24 » (consulté le ).
  13. (en) John Ismay et C. J. Chivers, « An improvised firearm was used to assassinate Abe. », The New York Times,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  14. (en) « Japan ex-leader Shinzo Abe apparently shot, in heart failure », Associated Press,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  15. (en) « Shinzo Abe, former Japan prime minister, shot during speech – report » [archive du ], sur The Guardian, (consulté le ).
  16. (en) Walter Sim, « Japan's ex-PM Shinzo Abe collapses in Nara after being shot, shows no vital signs: Media » [archive du ], sur The Straits Times, (consulté le ).
  17. a et b (en) Ryotaro Nakamaru, « Former Japan PM Abe Unconscious After Shooting; Man in Custody », Bloomberg News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  18. (en) Tom Tapp, « Former Japanese Prime Minister Shinzo Abe Shot & Critically Wounded At Campaign Event, Suspect Arrested », Deadline,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  19. (en) « Japan's ex-PM Shinzo Abe shot in Nara: Reports » [archive du ], sur aljazeera.com (en) (consulté le ).
  20. (ja) « 心肺停止とは - コトバンク », sur コトバンク (consulté le ).
  21. (en) « Shinzo Abe shot: former Japan prime minister in critical condition, says PM Kishida – live updates » [archive du ], sur The Guardian, (consulté le ).
  22. a b et c (ja) 日本放送協会, « 安倍元首相銃撃 41歳男"殺そうと思って狙った"【速報中】 | NHK » [« Former Prime Minister Abe Shooter, 41-year-old man, “I intended to kill him.” »] [archive du ], sur NHKニュース (consulté le ).
  23. (ja) « 安倍氏は午後5時3分に死亡確認 », sur nordot.app, 共同通信,‎ (consulté le ).
  24. (en) « Shinzo Abe: Former Japanese prime minister dies after being shot while giving speech » [archive du ], Sky News (consulté le ).
  25. (en-US) Motoko Rich, « Abe received over 100 units of blood in transfusions over four hours as he hemorrhaged from a wound in the heart, said Hidetada Fukushima, the professor in charge of emergency medicine at Nara Medical University Hospital. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  26. a et b (en) Kyodo News, « Former Prime Minister Shinzo Abe unconscious after being shot in Nara », Japan Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  27. a et b (ja) « 【速報】山上徹也容疑者は元海上自衛隊員 安倍首相、心肺停止 » [« [Breaking news] Tetsuya Yamagami is a former Maritime Self-Defense Force member Prime Minister Abe, cardiopulmonary arrest »] [archive du ], sur FNN (en), Fuji News Network (en),‎ (consulté le ).
  28. (ja) « 【速報】41歳の山上徹也容疑者を殺人未遂で逮捕 犯罪歴確認なし », FNNプライムオンライン,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  29. a et b (ja) « 「夜にギコギコという音が聞こえた」 銃撃事件容疑者の隣室の男性:朝日新聞デジタル », 朝日新聞デジタル (Asahi Shimbun),‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  30. (en) Kyodo News, « Abe murder suspect quit most recent job after he felt 'tired' », The Japan Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  31. (en) NHK, « Police: Suspect 'intended to kill' former PM Abe », NHK,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  32. Maxime Gil, « Tetsuya Yamagami : qui est l'assassin présumé de Shinzo Abe ? », sur linternaute.com (consulté le ).
  33. a et b (ja) « 銃撃の容疑者「安倍氏、特定団体につながりと思い込み」 », 日本経済新聞 (Nikkei),‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  34. a et b (ja) « 安倍元首相銃撃で山上容疑者「ある特定の宗教団体に恨み」 | FNNプライムオンライン », FNNプライムオンライン,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  35. (ja) « 「特定の団体に恨みがあり犯行に及んだ」 | 共同通信 », 共同通信 (Kyodo News),‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  36. (ja) « 「特定の宗教団体に恨み。近い安倍元首相を狙った」 容疑者が供述 », Asahi Shinbun,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. B. Lutaud, « Assassinat de Shinzo Abe : que sait-on de l'homme qui a tiré sur l'ancien premier ministre japonais ? », sur Le Figaro, .
  38. (en) M. Penn, « The Crime That Killed Shinzo Abe », sur Shingetsu News Agency, .
  39. a et b (en) Justin McCurry, « Shinzo Abe killing: ‘Moonies’ church confirms suspect’s mother is member », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. P. Mesmer, Shinzo Abe, l’ancien premier ministre japonais, assassiné pour ses liens avec la secte Moon, Le Monde (12 juillet 2022).
  41. AP, EXPLAINER: The Unification Church's ties to Japan's politics, The Mainichi (15 juillet 2022).
  42. (ja) « 容疑者の元海上自衛隊員 供述は 安倍元首相 演説中に銃撃 | FNNプライムオンライン », FNNプライムオンライン,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  43. (ja) « 容疑者宅から手製の銃のようなもの数丁押収 | 共同通信 », 共同通信 (Kyodo News),‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  44. (ja) « 山上徹也容疑者の自宅マンションから不審物を運び出す奈良県警の警察官=8日午後6時32分、奈良市(沢野貴信撮影) » [archive du ], sur Sankei shinbun, SANKEI DIGITAL INC,‎ (consulté le ).
  45. (ja) « 【速報】自作の銃について「銃1丁には3本の筒、1本の筒には6発の弾」「複数作った」と説明 山上容疑者 | FNNプライムオンライン », FNNプライムオンライン,‎ (lire en ligne).
  46. a b et c (en) Adam Bankhurst, « Kojima Productions Threatens Legal Action Against Those Who Claim Hideo Kojima Was Linked to Shinzo Abe Assassination » [archive du ], sur IGN, (consulté le ).
  47. (en) Zack Zwiezen, « Hideo Kojima Misidentified As Shinzo Abe Assassin By News Channel, Politicians » [archive du ], sur Kotaku, (consulté le ).
  48. a et b « Assassinat de Shinzo Abe : Damien Rieu attaqué en justice pour diffusion de fausses informations ? », sur TF1 INFO, (consulté le ).
  49. a et b Elsa de La Roche Saint-André, « Damien Rieu a-t-il publié des photos d’un créateur de jeux vidéo « d’extrême gauche » en l’accusant d’être l’assassin de Shinzo Abe ? », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. (en) Matthew Gault, « News Outlets Mistakenly Identify Abe Assassin as Hideo Kojima » [archive du ], sur Vice, (consulté le ).
  51. (en) Stephen Michaels, « The Awful Reason Hideo Kojima Is Trending » [archive du ], sur SVG.com, (consulté le ).
  52. (en) Lynzee Loveridge, « Hideo Kojma's Kojima Production Company Condemns 'Fake News' » [archive du ], sur Anime News Network, (consulté le ).
  53. (en) Lynzee Loveridge, « French Politician Damien Rieu Apologizes For Falsely Identifying Hideo Kojima as Shinzo Abe's Killer » [archive du ], sur Anime News Network, (consulté le ).
  54. Pierre Monnier, « Mort de Shinzo Abe : présenté comme l'assassin sur le Web, Hideo Kojima menace de suites judiciaires », sur bfmtv.com, Tech & Co, (consulté le ).
  55. Naritake Machida, Buntaro Saito, Policeman guarding Japan ex-PM Abe distracted by bicycles and missed suspect: source, The Mainichi (14 juillet 2022).
  56. (en) Motoko Rich et Ben Dooley, « Suspect Is in Custody After Shinzo Abe Is Wounded », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  57. (ja) « 東京に戻るよう閣僚に指示と官房長官 » [« Directed ministers to come back to Tokyo - Chief Cabinet Secretary »], Kyodo News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  58. (ja) « 民放各局が報道特番 ドラマ、バラエティー延期 安倍氏銃撃受け », Mainichi shinbun,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  59. (en) Mark Schilling, « Japanese Media Ditch Schedules to Focus on Shinzo Abe Shooting », sur variety.com, (consulté le ).
  60. (en) Crystalyn Hodgkins, « Teppen—!!!!!!!!!!!!!!! Laughing 'til you Cry Anime Cancels Airing of 2nd Episode », sur Anime News Network, (consulté le ).
  61. « Japon : large victoire électorale du PLD, veillée funèbre pour Shinzo Abe », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  62. (en) Justin McCurry, « Plan for Shinzo Abe state funeral faces growing opposition », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  63. Agence Kyodo, Abe's fatal shooting continues to ripple through Japan a month on, The Mainichi (8 août 2022).