Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Le Pays des Collines est une région naturelle sise entre l'Escaut et la Dendre (Belgique), caractérisée par son aspect vallonné. Topographiquement elle est la même que la région appelée « Ardennes flamandes » de la Région flamande immédiatement voisine. Son sommet, le Pottelberg (157 mètres) se trouve sur la commune de Flobecq, juste à la frontière entre les deux régions linguistiques. Administrativement parlant, le Pays des Collines se trouve dans la province de Hainaut (Région wallonne de Belgique).

Les collines

Sommaire

DescriptionModifier

Le Pays des Collines regroupe les communes de Flobecq, Ellezelles, Frasnes-lez-Anvaing, Mont-de-l'Enclus, ainsi que trois villages d’Ath : Ostiches, Houtaing et Mainvault. Vraie région de bosquets et de bocages, le Pays des Collines cultive une tradition rurale enjouée de sorcelleries. Avec un passé riche, cette région bénéficie d’une morphologie géographique propre lui donnant toute sa spécificité. Située dans la partie nord-ouest du Hainaut, en bordure de la région flamande, elle se détache entre les vastes plaines du sud de Bruxelles et de l’est du Tournaisis.

Parc naturelModifier

Article détaillé : Parc naturel du Pays des Collines.

À l’origine, des précurseurs un peu visionnaires comme Théo Mercenier, Jacques Vandewattyne ou l'abbé Delcour lancèrent, dans les années 1970, l’idée de créer un Parc naturel dans la Région des Collines. Cette région, par son caractère et ses richesses, dispose aujourd'hui de nombreux moyens pour préserver son patrimoine paysager et culturel. La création d’un parc naturel constitue «le label d’une région». Il doit pouvoir offrir, à ses habitants et aux visiteurs, des paysages préservés et entretenus, et un artisanat vivant.

La superficie totale du Parc naturel est de 23 327 hectares pour 25 572 habitants (au 1er janvier 2005).

 
Les collines

Les fermes pédagogiquesModifier

Dans la région du Pays des Collines se trouvent trois fermes pédagogiques : la ferme de Cambronchaux, la ferme Dorlou et la ferme du Harby. Chacune de ces fermes proposent aux plus jeunes de s’initier aux secrets de la ferme et de ses animaux. De plus, ces fermes proposent des ateliers divers comme la fabrication de pain, de beurre… Elles ouvrent leurs magasins bios et produits du terroir.

L'Asinerie du Pays des CollinesModifier

L'Asinerie du Pays des Collines est une entreprise familiale d'élevage d’ânes et de production de lait d'ânesse. L'entreprise est située dans le Château des Mottes, à Frasnes-lez-Buissenal dans le parc naturel du Pays des Collines. Il est le premier lieu de production de lait d’ânesse du pays et l'un des plus importants d'Europe[1].

L'asinerie, fondée par Marie Tack, existe depuis juillet 1999. Elle possède un troupeau de plus de 120 ânes qui sont élevés dans les pâturages du Pays des Collines. L'activité a débuté avec la mise en vente de cures de lait d'ânesse congelé pour consommation humaine aux vertus curatives, riche en vitamines, en minéraux et en immunoglobulines.

À partir de 2002, l'asinerie propose des crèmes de soin, savons, et autres produits de beauté qui sont commercialisés par internet dans toute l'Europe et dans certains pays asiatiques comme le Japon[2].

Les moulinsModifier

Le moulin du Cat Sauvage est un des monuments caractéristiques du pays des Collines. Dressé sur une crête de 116 mètres d'altitude, il ne passe pas inaperçu.

Article détaillé : Moulin du Cat Sauvage.

Ce moulin à vent, à corps tournant, a été construit entièrement en bois pour la Comtesse de Rohan-Soubise, en 1750. La Comtesse possédait 99 moulins grandeur naturelle, le centième, quant à lui, était une miniature en or qui ornait sa cheminée. En 1960, le moulin fut classé comme monument. Le propriétaire actuel est la commune d'Ellezelles.

Les moulins du Cat Sauvage, du Tordoir, du Moufflu, du Marais des Sœurs, Saint Pierre et le Blanc moulin d’Ostiches pourront être aperçus le long de la route des collines.

Les artisans et producteursModifier

Lors de la promenade, il est toujours possible de faire une petite pause gastronomique auprès de boulangeries, pâtisseries, chocolateries, chèvreries, maraîchers bio, brasseries et encore bien d’autres. Pour les plus manuels, les artisans ouvrent leurs portes aussi : asinerie, rempailleur, céramique, sculpteur, et bien d’autres.

La maison du sucreModifier

Ce petit musée, qui était installé dans l’ancienne gare de Frasnes-lez-Anvaing, illustrait la place de choix qu’a pris cette « substance alimentaire » dans nos vies. Films, vitrines et panneaux didactiques contaient son épopée à travers les âges et ses multiples interventions dans la BD, la publicité, le cinéma, la musique…

Le musée se complètait par une boutique originale où se mêlaient notamment personnages en sucre, liqueur d’orange et produits du terroir.

La rentabilité n'étant plus assurée, il a été fermé fin décembre 2013. Les locaux de l'ancienne gare sont maintenant occupés par l'ensemble des services accessibles au public du CPAS de Frasnes-lez-Anvaing[3]

 
Les collines du côté de Dergneau

L’écomuséeModifier

L'Écomusée de Lahamaide permet de redécouvrir les gestes du travail, de la terre et la vie rurale. Il a été créé en 1974, sous le nom de Musée Vivant. Au départ, le musée avait pour objectif de sauvegarder d'anciens outils et des machines agricoles. À mi-chemin entre tourisme et éducation permanente, L'Ecomusée constitue donc un lieu phare de l'équipement touristique du Pays des Collines.

Les hangars agricoles des années 1950 abritent les thèmes de la moisson et du travail de la terre selon les saisons. Les lieux se composent de différents bâtiments. Après un passage par l'Estaminet, les visiteurs partent à la découverte des salles présentant la vie quotidienne et l'artisanat de nos campagnes. Vient ensuite l'exposition des objets trouvés sur le site du Château du comte Lamoral d'Egmont.

L'Ecomusée dispose également d'un espace destiné aux expositions temporaires, sur des thèmes liés à la vie rurale, comme les moulins ou le pain, sans oublier une salle de conférence, une bibliothèque et le jardin qui permet de s'intéresser aux essences indigènes anciennes.

Différentes activités pédagogiques sont également proposées autour des thématiques, des produits laitiers, de la vie quotidienne, de la laine… Au cours d'une journée, les jeunes visitent le musée, un atelier et se rendent chez des artisans et producteurs. Des séjours de plus longue durée sont également possibles. Il faut dire que l'Ecomusée a tissé des liens solides avec le Réseau des Producteurs du Pays des Collines: fromager, brasseur, forgeron ou encore meunier.

La Maison du pays des collinesModifier

Une mise en scène exceptionnelle et unique pour découvrir toutes les richesses des collines de l’étrange. Un parcours-spectacle de 40 minutes qui conte l’histoire de la région, ses traditions, les richesses de sa nature et son artisanat ; entre initiations et spectacles, laissez-vous entraîner dans une visite pour le moindre surprenante. À travers différentes salles, on peut découvrir les traditions et les vieux métiers, toujours exercés dans le terroir, les richesses du paysage bocager. Tout en se plongeant bien évidemment dans l’univers troublant des contes et légendes qui peuplent la région.

Le Sentier de l’ÉtrangeModifier

En 1974, le peintre Jacques Vandewattyne lança le manifeste du folk art; Mouvement destiné à mettre en valeur et à transmettre les traditions populaires dont une des initiatives sera le Sentier de l’Étrange. En 1984, il vit le jour, mais vaut-il mieux parler de la nuit, tant les personnages qui jalonnent le sentier font partie du monde de la nuit: sorcières, loup-garou, diable, et d’autres monstres sortis tout droit de l’imaginaire et des traditions populaires. Sculptures, bas-reliefs et autres œuvres vous attendent dans ce musée en plein air où l'insolite côtoie l’extraordinaire…

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Asinerie du Pays des Collines » (voir la liste des auteurs)
  • Dépliant sur Le Sentier de l’Etrange, Parc du pays des collines
  • Dépliant sur La Maison du sucre, Parc du pays des collines
  • Dépliant sur L’écomusée, Parc du pays des collines
  • Roger Cantaine et Jean-pierre Ducastelle, "Ath et le pays des collines", Paul Legrain édition à Bruxelles, 1988
  • Michel Fischer et Benoit Urbain, "Petites fugues dans le pays des collines", Michel Fischer Éditions, 1999
  • Guide Homme et Paysage, "Itinéraire du Pays des collines", Société Royale Belge de Géographie, Bruxelles, 1988

Liens externesModifier