Ouvrir le menu principal

Armement préhistorique

La notion d'armement durant la Préhistoire regroupe aussi bien les armes destinées à la chasse qu'à la guerre. La question des armes spécifiques à la guerre est délicate car la période durant laquelle la guerre serait apparue dans l'histoire humaine fait l'objet de discussions[1]. L'armement évolue largement en fonction des principales périodes préhistoriques considérées : Paléolithique, Mésolithique, Néolithique, Âge du bronze, Âge du fer.

PaléolithiqueModifier

 
Éclat Levallois - Muséum de Toulouse.

L'utilisation de lances et d'épieux en bois travaillés pour la chasse est attestée au Paléolithique inférieur (Clacton-on-Sea, Angleterre) et au Paléolithique moyen (Lehringen et Schöningen, Allemagne). À Lehringen (Basse-Saxe) a été mis au jour un fragment d'épieu en if fiché dans le thorax d'un éléphant (env. 125 000 ans BP)[2]. Dans le même site, ont été découverts des éclats Levallois ayant servi à découper de la peau et de la viande. À Schöningen, des épieux en bois datant d'environ 400 000 ans ont été découverts dans une mine de charbon[3].

 
Pointe à cran (Solutréen) - Muséum de Toulouse.
 
Pointe de sagaie, Magdalénien, Muséum de Toulouse.

La domestication du chien, attestée dès 33 000 ans BP[4], modifie les techniques de chasse[5],[6]. L'utilisation de sagaies en os ou en bois de cervidé, de propulseurs et de harpons est attestée à partir du Paléolithique supérieur[7]. Pour certains[Qui ?], la petite taille de certaines pointes de la Gravette (Gravettien)[8] ou de certaines pointes à cran (Solutréen)[9] démontrerait que l’arc existe depuis au moins 20 000 ans.

Épipaléolithique et MésolithiqueModifier

L'utilisation de l'arc et de la flèche, parfois munie d'armatures microlithiques, est attestée par différentes découvertes dont une flèche datant de -10 800 ans (Stellmoor, Allemagne du Nord)[10],[11].

NéolithiqueModifier

L'apparition du stockage des aliments et la constitution de réserves ont eu pour effet indirect un début de hiérarchisation de la société, avec la mise en place progressive d'une classe de guerriers pour protéger les champs et les réserves de la convoitise des groupes voisins. Le niveau supérieur de l'hypogée de Roaix (Vaucluse), daté de 2 090 +/- 140 av. J.-C., a livré les squelettes imbriqués d'une quarantaine d'individus, hommes, femmes ou nouveau-nés, dont certains présentaient des pointes de flèches fichées dans les os du bassin ou au milieu du thorax : il s'agit de l'une des plus anciennes preuves d'inhumation collective à la suite d'un massacre et de l'un des premiers témoignages de guerre[12],[13].

L'utilisation d'outils agricoles dans le cadre de conflits peut être envisagée mais est difficile à prouver.

Liste des armes préhistoriquesModifier

 
Préforme de hache avant polissage.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Guilaine, Jean Zammit, Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique, Seuil, Paris, 2001 (ISBN 2020409119)
  2. Thieme H. (1997) - « Lower palaeolithic hunting spears from Germany », Nature, t. 385, n° 27, pp. 807-810.
  3. Dennell R. (1997) - « The world's oldest spears », Nature, t. 385, n° 27, pp. 767-768.
  4. Druzhkova AS, Thalmann O, Trifonov VA, Leonard JA, Vorobieva NV, et al. (2013) Ancient DNA Analysis Affirms the Canid from Altai as a Primitive Dog. PLoS ONE 8(3): e57754. doi:10.1371/journal.pone.0057754
  5. La domestication du chien aurait-elle aidé sapiens à supplanter Néandertal ?, Maxisciences, 16 mai 2012.
  6. Shipman, P., « Dog domestication may have helped humans thrive while Neandertals declined », American scientist, mai-juin 2012, vol. 100, n° 3, p. 198
  7. Pétillon, J.-M. (2006) - Des Magdaléniens en armes. Technologie des armatures de projectile en bois de Cervidé du Magdalénien supérieur de la grotte d'Isturitz (Pyrénées-Atlantiques), CEDARC, 302 p.
  8. O'Farrell, M. (2004) - « Les pointes de La Gravette de Corbiac (Dordogne) et considérations sur la chasse au Paléolithique supérieur ancien », in: Approches fonctionnelles en Préhistoire, Bodu, P. et Constantin, C., (Éds.), XXVème Congrès Préhistorique de France, Nanterre 24-26 novembre 2000, pp. 121-128.
  9. Plisson, H. et Geneste, J.-M. (1989) - « Analyse technologique des pointes à cran solutréennes du Placard (Charente), du Fourneau du Diable, du Pech de la Boissière et de Combe-Saunière (Dordogne) », Paléo, n° 1, pp. 65-106.
  10. Barbaza, M. (1999) - Les Civilisations postglaciaires. La vie dans la grande forêt tempérée, Histoire de la France préhistorique, La Maison des Roches, 128 p.
  11. Ghesquière, E. et Marchand, G. (2010) - Le Mésolithique en France - Archéologie des derniers chasseurs-cueilleurs, La Découverte, Inrap, 177 p.
  12. J. Courtin, 1974, Le Néolithique de la Provence, Paris, Mémoires de la Société Préhistorique Française, t. 11, 359 p.
  13. « Des Pierres et des morts », passage d'une interview de J. Courtin consacré à l'hypogée de Roaix.
  14. Claud, É. (2008) - Le statut fonctionnel des bifaces au Paléolithique moyen récent dans le Sud-Ouest de la France. Étude tracéologique intégrée des outillages des sites de La Graulet, La Conne de Bergerac, Combe Brune 2, Fonseigner et Chez-Pinaud / Jonzac, Université de Bordeaux 1, Thèse de Doctorat, 546 p.

Article connexeModifier

Lien externeModifier