Lance

arme d'hast dotée d'un fer allongé et tranchant emmanché sur une hampe ou long bois

La lance est un type d'arme d'hast, apparue dès le paléolithique, dotée d'un fer ou d'une pierre taillée emmanché(e) sur une hampe ou long bois et qui s'est déclinée en de très nombreuses variantes au cours de la préhistoire et de l'histoire humaine. Certaines d'entre elles sont munies d'un talon métallique qui sert en général à équilibrer l'arme tenue en main et à la planter dans le sol. C'est une arme à la fois utilisée pour la chasse et pour la guerre. La lance (et ses variantes) fut l'arme tranchante principale de l'ensemble des armées depuis la préhistoire jusqu'à l'apparition du fusil à baïonnette[1] qui constitue son prolongement historique.

Une lance et plusieurs javelots. Les pointes sont en fer forgé et les manches en frêne.

Vocabulaire et terminologieModifier

Le lance est un terme souvent générique qui peut être utilisé en lien avec d'autres appellations. Ces dernières viennent préciser l'usage ou encore caractérise la période ou la culture qui la produite.

Il est possible de relever les termes suivants :

Usages et descriptionModifier

 
Le fer est constitué d'une douille qui s'emboîte sur la hampe par pression, rivet, ou clous, d'un empennage et d'une pointe.
 
La lance longue, appelée pique fut un moyen de faire face à une charge de cavalerie.

À la différence du javelot, la lance est une arme d'assaut mixte qui est utilisée comme arme d'estoc. La pique est une longue lance d'estoc uniquement destinée à porter des coups.

La lance est une des plus anciennes armes de chasse et peut-être de guerre. Des bâtons affutés datant de près de 400 000 ans ont ainsi été retrouvés sur le site de Schönigen en Allemagne[2]. La lance a servi comme arme principale dans des formations d'infanterie, notamment la phalange grecque et la phalange macédonienne (armée de sarisses), des formations de piquiers en carrés au XVIe siècle.

Au Moyen Âge, la lance est ou bien portée sous le bras du chevalier ou bien équipe des unités d'infanterie spécialisées, comme les piquiers, car elle peut passer entre les mailles de la cote du combattant. Dans les joutes, les lances utilisées ont une pointe émoussée ou se terminent par une griffe afin d'accrocher l'armure de l'adversaire avec le minimum de pénétration[3]. De plus, elles sont conçues pour se briser facilement afin, d'une part, d'éviter une sur-pénétration, et, d'autre part, de permettre le décompte des points (une lance brisée valant un point). Les décès y sont accidentels, dus à une mauvaise chute ou à un choc particulièrement violent.

La lance comme formation militaireModifier

 
Piquiers au Festival de Wallenstein à Memmingen, Allemagne.

Le terme de lance peut aussi désigner une petite formation de combattants montés. Ainsi, au Moyen Âge, une lance comprenait de quatre à dix hommes.

Lors de la création des compagnies d'ordonnance, première ébauche d'une armée nationale française, une lance était composée d'un homme d'arme, d'un page, d'un valet, de deux archers, et d'un coutilier, tous à cheval mais combattant à pied ; soit pour cent lances, six cents hommes par compagnie.

Charles le Téméraire avait le projet d'organiser son armée en 1 250 lances de neuf hommes : un chevalier, sept combattants et un page non combattant ; soit 10 000 combattants divisés en dix compagnies. Il n'eut pas le temps de le mettre lui-même en application et le projet fut abandonné.

IconographieModifier

AntiquitéModifier

 
La Lance de Pallas, musée du Vatican à Rome.

Dans la mythologie grecque, la lance était l'un des attributs d'Athéna.

Dans la mythologie nordique, la lance était l'attribut d'Odin et des Walkyries.

Dans la mythologie celtique, la lance de Lug est une lance de feu qui cause des blessures mortelles et qui garantit la victoire.

Art chrétienModifier

Dans l'art chrétien, il y avait la Sainte Lance, attribut positif du centurion chrétien Longin, qui sous forme de lance brisée devient ensuite l'attribut négatif de la synagogue accusée de déicide[4].

La lance était aussi l'attribut de certains saints :

Prénoms comportant le mot lanceModifier

De nombreux anthroponymes germaniques ou d'origine germanique (incluant les prénoms nordiques) sont composés avec l'élément ger qui signifie « lance » en vieux haut allemand (ger ou geir dans les langues scandinaves) : Ásgeir/Asger, Bérenger/Bérengère, Gérald (Gerold, Gerald), Gérard (Gerhard), Gerbald/Gerbold, Gerbrand (en), Germund, Gersende, Gertrude (Gertraud, Gertrud, Gertrudis…), Gerwin (en), Holger, Roger (Rüdiger, Rutger), Torgeir, etc.

Types de soldats utilisant une lanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Weir, William. 50 Weapons That Changed Warfare. The Career Press, 2005, p 12.
  2. Condemi, Silvana. et Clarys, Benoît., Néandertal, mon frère : 300.000 ans d'histoire de l'homme (ISBN 978-2-08-142252-0 et 2-08-142252-2, OCLC 1104225421, lire en ligne)
  3. Sébastien Nadot, Rompez les lances ! : Tournois et chevaliers au Moyen Âge, Paris, Autrement, coll. « Mémoires », , 216 p. (ISBN 978-2-7467-1444-1)
  4. L'image des Juifs dans l'art chrétien

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • A. Alföldi, « Hasta summa imperii. The spear as embodiment of sovereignty in Rome », American Journal of Archeology, 63, 1959, p. 1-27.

Articles connexesModifier