Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arcade et Bourges.
Arcade de Bourges
Fonctions
Évêque
Évêque catholique
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Mère
Autres informations
Étape de canonisation

Arcade ou Arcade de Bourges († vers 549) est un sénateur clermontois qui devient en 538 suite à un exil forcé le 22e évêque de Bourges, en Berry ; il est fêté le 1er août[1],[2]. Il est le fils du comte d'Auvergne d'allégance wisigothique Apollinaire de Clermont.

BiographieModifier

Né à Clermont au début du VIe siècle, Arcade est issu de la famille auvergnate des Avitii. Il le fils du comte d'Auvergne Apollinaire de Clermont qui gouverne alors le territoire auvergnat et sa capitale Clermont pour le compte du roi wisigoth Alaric II et donc également le petit fils du poète Sidoine Apollinaire. Devenu sénateur à Clermont, Arcade va à l'instar de son père d'allégeance wisigothique, appeler les Auvergnats à se soulever contre les Francs croyant que le roi Thierry Ier est mort en Thuringe[3]. Ce dernier bien vivant apprend la nouvelle et prend l'Auvergne et la met à feu et à sang en prenant soin néanmoins de laisser une sauveté de 8 milles autour de la cité de Clermont. Cette défaite amène à des conséquences immédiates du pouvoir mérovingien. Sa mère Placidina et la tante d'Arcade sont arrêtées à Cahors et condamnées à l'exil ; leurs biens sont confisqués. Quant à Arcade lui-même, il parvient à se réfugier à Bourges – qui appartient à Childebert qui était son allié contre Thierry Ier ; plus tard, il devient évêque de la cité biturige et finit même par être honoré localement sous le nom de saint Arcade[4].

BibliographieModifier

Ouvrages  

Références

  1. Nominis : Saint Arcade de Bourges
  2. Forum orthodoxe.com : saints pour le 1er août du calendrier ecclésiastique
  3. (en) Ian N. Wood, « Clermont and Burgundy: 511–534 », Nottingham medieval studies, Brepols, vol. 32,‎ , p. 119-125 (ISSN 0078-2122)
  4. (en) Arnold Hugh Martin Jones, J. R. Martindale, J. Morris, « Arcadius », Prosopography of the Later Roman Empire, Cambridge University Press,‎ , p. 131-132 (ISBN 978-0-521-20159-9, lire en ligne)