Anurognatus ammoni est un genre éteint de petits ptérosaures, appartenant à la famille des Anurognathidae. Il a vécu au Tithonien (fin du Jurassique supérieur), c'est-à-dire il y a entre 150,8 et 148,5 millions d'années[réf. nécessaire].

ÉtymologieModifier

Son nom signifie en grec « sans queue ni mâchoire ». Le nom de la seule espèce rattachée au genre A. ammoni a été créé pour honorer le géologue Ludwig von Ammon.

DescriptionModifier

Le genre est basé sur l'holotype BSP 1922.I.42 (Bayerische Staatssammlung für Palaeontologie und Geologie), trouvé dans le Calcaire de Solnhofen près d'Eichstätt. Il se compose d'un squelette écrasé mais relativement complet sur une dalle. La contre-dalle est manquante et avec elle la plupart des os de l'animal.

Anurognathus avait une tête courte avec des dents en forme d'épingle, lui servant à attraper les insectes, et bien qu'il soit traditionnellement attribué au groupe de ptérosaures à longue queue "Rhamphorhynchoidea", sa queue était relativement courte, ce qui lui permet plus de maniabilité pour la chasse[1]. Selon Döderlein, la queue réduite d'Anurognathus était similaire au pygostyle des oiseaux modernes. Ses caractères "rhamphorhynchoïdes" plus typiques incluent son cinquième orteil allongé et ses métacarpiens et son cou courts. Avec une envergure estimée à 50 centimètres et un corps de 9 centimètres de long (crâne inclus), son poids était limité: en 2008, Mark Paul Witton a estimé une masse de 40 grammes pour un spécimen d'une envergure de 35 centimètres[2]. L'holotype a été redécrit par Peter Wellnhofer en 1975.

Plus tard, un deuxième spécimen plus petit a été trouvé, probablement d'un individu subadulte.Sa dalle et sa contre-dalle sont séparées et toutes deux ont été vendues à des collections privées ; aucun n'a d'enregistrement officiel. Il a été décrit par S. Christopher Bennet en 2007. Ce deuxième exemplaire est beaucoup plus complet et mieux articulé. Il montre des impressions d'une grande partie de la membrane de vol et sous la lumière UV les restes des muscles de la cuisse et du bras deviennent visibles. Il a fourni de nouvelles informations sur de nombreux points de l'anatomie. Il a été démontré que le crâne était très court et large, plus large que long. Il s'est avéré que Wellnhofer avait incorrectement reconstruit le crâne en 1975, confondant les grandes orbites avec les fenestrae antorbitales, les ouvertures du crâne qui dans la plupart des ptérosaures sont plus grandes que les orbites mais à Anurognathus sont petites et avec les narines placées à l'avant de l'appartement museau. Les yeux, de très grande taille, pointaient vers l'avant à un certain degré, offrant une vision binoculaire. La majeure partie du crâne était constituée d'entretoises en os. Le pygostyle présumé était absent; une étude des véritables vertèbres à neuf queues au lieu d'impressions a montré qu'elles n'étaient pas fusionnées, bien que très réduites[Quoi ?]. Le doigt d'aile n'avait pas la quatrième phalange. Selon Bennett, une membrane, visible près du tibia, montrait que l'aile était en contact avec la cheville et était donc plutôt courte et large. Bennett a étudié à nouveau l'holotype, interprétant les bosses sur les mâchoires comme une indication que des poils étaient présents sur le museau[3].

RéférencesModifier

  1. (en) Unwin, David., Pterosaurs : from deep time, Pi Press, (ISBN 0-13-146308-X et 978-0-13-146308-0, OCLC 61710476)
  2. (en) Witton, M.P. (2008) "A new approach to determining pterosaur body mass and its implications for pterosaur flight". Zitteliania B28: 143-159
  3. (en) S. Christopher Bennett, « A second specimen of the pterosaurAnurognathus ammoni », Paläontologische Zeitschrift, vol. 81, no 4,‎ , p. 376–398 (ISSN 0031-0220 et 1867-6812, DOI 10.1007/bf02990250, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2020)

(de) « Döderlein : Anurognathus ammoni ein neuer Flugsaurier », Sitzungsberichte der Mathematisch-Naturwissenschaftlichen Abteilung der Bayerischen Akademie der Wissenschaften zu Munchen, 1923, p. 306-307.

Liens externesModifier