Anton Cañellas

homme politique espagnol

Anton Cañellas
Illustration.
Antón Cañellas, en .
Fonctions
Síndic de Greuges de Catalogne

(11 ans)
Prédécesseur Frederic Rahola
Successeur Rafael Ribó
Sénateur aux Cortes Generales

(3 ans, 9 mois et 15 jours)
Circonscription Catalogne
Législature Ire et IIe
Groupe politique UCD (1980-82)
Mixte (1982-84)
Député aux Cortes Generales

(2 ans, 8 mois et 21 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Barcelone
Législature Constituante et Ire
Groupe politique Minorité catalane (1977-79)
Centriste (1979-80)
Successeur José Pujadas
Biographie
Nom de naissance Antón Cañellas Balcells
Date de naissance
Lieu de naissance Barcelone (Espagne)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Sant Cugat del Vallès (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique UDC (1947-1978) UCD (1979-1983)
Diplômé de Université de Barcelone
Profession Avocat

Anton Cañellas Balcells, né à Barcelone le et mort à Sant Cugat del Vallès le , est un avocat, bijoutier, éditeur et homme politique catalan centriste.

Élu député au Congrès des députés lors des élections générales de 1977 et 1979, il est membre de la commission qui rédigea l'avant-projet de statut d'autonomie de la Catalogne de 1979. Il est Síndic de Greuges de Catalogne entre 1993 et 2004.

BiographieModifier

DébutsModifier

Il est né le à Barcelone et il étudia à l'école Virtèlia de Barcelone[1]. Diplômé en Droit par l'Université de Barcelone, il rentre au cours 1945-1946 et fait partie du Groupe Torras et Bages où coïncida avec Jordi Pujol et Joan Reventós, entre d'autres.[pas clair][style à revoir][2]

Sous le franquismeModifier

Il s'est opposé depuis le début au franquisme et a toujours défendu la démocratie et les droits humains. Il a commencé son activité politique en 1947 au parti politique Union démocratique de Catalogne, dont il fut le secrétaire général et le leader pendant la transition espagnole[pas clair][réf. nécessaire].

Il été membre de l'Équipe Démocrate Chrétien de l'État Espagnol[3] et membre de l'Union européenne démocrate-chrétienne. Il a tissé un vaste réseau de relations internationales avec des figures éminentes de la démocratie chrétienne[non neutre] (Helmut Kohl en Allemagne, Arnaldo Forlani et Aldo Moro en Italie, Rafael Chaudière à Venezuela, August de Schryver et Leo Tindemans en Belgique, Eduardo Frei au Chili, etc.)[réf. nécessaire][4]. Pour ses étroites relations politiques et amicales avec plusieurs hommes politiques italiens, il a été décoré en 1980 Grand Officier de l'Ordre du Mérite de la République italienne[5].

Il participa au Conseil de Forces Politiques de Catalogne, mais il s'opposa à la participation de l'UDC à l'Assemblée de Catalogne. Pendant l'année 1976 il participa comme représentant de la démocratie chrétienne espagnole dans la commission négociatrice de la réforme politique du gouvernement d'Adolfo Suárez (Commission des Neuf)[6].

Quatre mandats aux Cortes GeneralesModifier

Il fut élu député à l'assemblée constituante espagnole en pilotant la candidature Union du Centre et la Démocratie Chrétienne de Catalogne dans les premières élections démocratiques en 1977. En 1978, en représentation de son parti, il fut un des membres de la Commission des Vingt que au parador de Sau, Fermes de Roue, il rédigea l'avant-projet du Statut d'Autonomie de Catalogne de 1979[7].

Partisan d'un pacte pour un grand centre avec le Union du Centre Démocratique d'Adolfo Suárez, il resta en minorité lors du congrès interne de l'UDC célébré en , dans lequel s'a décidé de se joindre avec CDC de Jordi Pujol. En conséquence, il abandonna de l'Union Démocratique de Catalogne accompagné de 300 adhérents fidèles, avec lesquels fonda Union Démocratique de Centre Large (UDCA) qu'après se constituerait dans UCD.

Fut aussi choisi député par les listes de UCD au Congrès des Députés dans les suivantes élections de 1979, en abandonnant cette chambre en 1980 pour conduire la liste de Centristes de Catalogne-UCD au Parlement de Catalogne. Dans ces premières élections au Parlement de Catalogne, le de 1980, après la restauration de la Généralité de Catalogne, Cañellas a rattrapé 18 députés, 286.922 voix et le 10,61 %, en quatrième position. Ses députés ont facilité l'investiture du président de la Généralité de Catalogne Jordi Pujol, leader de Convergence et Union. Après de la crise électorale d'UCD aux elections générales de 1982, il va abandonner la politique active.

Après de la politiqueModifier

En 1985, il a été nommé président du Conseil Social de l'Université Autonome de Barcelone. En 1987 a reçu la Croix de Saint Jordi, l'une de plus hautes décorations de Catalogne, et France l'a nommé Officier de l'Ordre de la Légion d'Honneur en 1997[8] et Officier de l'Ordre National du Mérite en 1994. En 2004 il a obtenu le Prix Justice de Catalogne.

Síndic de Greuges de CatalogneModifier

Il fut choisi Síndic de Greuges de Catalogne (Défenseur du peuple) en , sous proposition de Pasqual Maragall et Jordi Pujol. Pendant ses onze années au capdavant, il va stimuler l'institution et le papier des dénommés ombudsman (défenseurs du village, en anglais). A substitué Frederic Rahola à la Sindicatura de Greuges et il va être pris la relève de par Rafael Ribó en 2004. A atteint être président de l'Institut Européen de l'Ombudsman (2000-2002) et vice-président de la Fédération Ibéro-américaine de l'Ombudsman (1999-2001).

Décorations et médaillesModifier

Il est décoré de:

Notes et référencesModifier

  1. Anna Roig Llort pàgina 36 del llibre "Generació Virtèlia" Editorial L'Arquer Barcelona 2011
  2. (ca) « Convergència Democràtica i la construcció de l'hegemonia », Ara.cat,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2018)
  3. (es) « Equipo Demócrata Cristiano del Estado Español », Wikipedia, la enciclopedia libre,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2018)
  4. (es) La Vanguardia Aldo Moro avec Anton Cañellas en campagne électorale à Barcelone, « Edición del miércoles, 08 junio 1977, página 1 - Hemeroteca - Lavanguardia.es », sur hemeroteca.lavanguardia.com, (consulté le 3 mai 2018)
  5. a et b (it) Segretariato generale della Presidenza della Repubblica-Servizio sistemi informatici- reparto web, « Le onorificenze della Repubblica Italiana », sur Quirinale (consulté le 3 mai 2018)
  6. (es) Jesús Rodríguez Cortezo, Desde la calle : la transición, cómo se vivió, Editorial Visión Libros, (ISBN 978-84-9983-187-9, lire en ligne)
  7. Article d'Andreu Mayayo "Els parlamentaris (i la parlamentària) de la Comissió del Vint" Barcelona 1999
  8. (es) La Vanguardia Digital, « Edición del martes, 17 junio 1997, página 6 - Hemeroteca - Lavanguardia.es », sur hemeroteca.lavanguardia.com (consulté le 2 mai 2018)
  9. (es) La Vanguardia Digital, « Edición del martes, 17 junio 1997, página 6 - Hemeroteca - Lavanguardia.es », sur hemeroteca.lavanguardia.com (consulté le 3 mai 2018)
  10. (es) « BOE.es - Documento BOE-A-1995-15099 », sur www.boe.es (consulté le 3 mai 2018)
  11. ABC, « Fallece Anton Cañellas, impulsor de la figura del Síndic de Greuges | Cataluña | Cataluña - Abc.es », sur ABC (consulté le 3 mai 2018)
  12. (ca) « El Govern concedeix el Premi Justícia de Catalunya a Anton Cañellas-Sala de premsa. Generalitat de Catalunya », sur premsa.gencat.cat (consulté le 3 mai 2018)
  13. (es) La Vanguardia, « Un millar de personas acude a la cena conmemorativa del 75 aniversario de Unió Democràtica de Catalunya », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2018)
  14. (es) « Distinguidos año 2005 – Fundación de Fomento Europeo » (consulté le 31 mai 2019)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Fiche sur le site du Congrès des députés : Constituante et Ire législatures.
  • Fiche sur le site du Sénat : Ire et IIe législatures.