Ouvrir le menu principal
Peuples slaves vers le VIe siècle.
Fermoir d'or germanique (gépide ?) découvert dans une tombe de Hongrie comportant l'inscription grecque ANTIKOY (« conquérant des Antes »). Elle appartenait probablement à un homme qui avait participé à une campagne militaire contre les Antes.

Les Antes (en latin : Antae ; en grec : Áνται) sont un peuple slave qui, selon Jordanès[1], habitait au VIe siècle le pays compris entre le Dniestr et le Dniepr jusqu'à la mer Noire. Leur nom paraît être synonyme de Wendes ou Vénètes ; il pourrait même en être une forme grecque si on se souvient qu'en grec classique le son /w/ et la lettre archaïque ϝ n'étaient plus ni écrits ni prononcés.

Selon Procope de Césarée « les Antes et les Slavons ne reconnaissent qu'un seul Dieu, celui qui a créé le monde et qui lance le tonnerre, à qui ils sacrifient des bœufs et d'autres victimes »[2].

Soumis tour à tour aux Goths et aux Huns, ils prirent souvent, dès le règne de l'empereur Justinien (527-565), du service dans les troupes byzantines. Au début des guerres gothiques en Italie, Procope de Césarée signale la présence de mercenaires antes parmi les troupes du général byzantin Bélisaire[3]. Au VIIe siècle, ils participent à l'expansion slave dans les Balkans. Soumis par les Avars, les Bulgares et les Hongrois, ils disparaissent au Xe siècle pour se fondre dans le peuple polane.

Il est vraisemblable[4] que les Antes n'étaient pas de « purs » Slaves (Procope distingue les Antes des Slavons tout en précisant qu'ils se ressemblent et parlent la même langue), mais étaient mêlés à une population d'origine iranienne, probablement sarmate, et que l'ensemble adopta les coutumes et la langue slaves. Le recoupement des témoignages archéologiques et des écrits des auteurs byzantins irait dans ce sens.

Les Antes sont assimilés par des archéologues au groupe (ou culture) de Pen'kovka[4], dont plus de soixante sites ont été identifiés au sud-est de l'Ukraine, notamment aux environs de Tcherkassy, Krementchouk et entre Dnipropetrovsk et Zaporijia.

Voir aussiModifier

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jordanès, Histoire des Goths, V.
  2. Procope de Césarée, Histoire de la guerre contre les Goths, XIV, 3.
  3. Procope de Césarée, Histoire de la guerre contre les Goths, XXVII, 1.
  4. a et b Francis Conte, Les Slaves, Albin Michel, 1986, 1996. (ISBN 2226087389) (ISBN 9782226087386)