Les Antes (en latin : Antae ; en grec : Áνται) étaient une fédération ou confédération de tribus slave qui, selon Jordanès[1], habitait au VIe siècle le pays compris entre le Dniestr et le Dniepr jusqu'à la mer Noire. Leur nom paraît être synonyme de Wendes ou Vénètes ; il pourrait même en être une forme grecque si on se souvient qu'en grec classique le son /w/ et la lettre archaïque ϝ n'étaient plus ni écrits ni prononcés.

Peuples slaves vers le VIe siècle.
Fermoir d'or germanique (gépide ?) découvert dans une tombe de Hongrie comportant l'inscription grecque ANTIKOY (« conquérant des Antes »). Elle appartenait probablement à un homme qui avait participé à une campagne militaire contre les Antes.

D’autre part il n’est pas exclu, que les Antes, à la fin du IVe siècles., fassent partie de l’empire hunnique , car leur nom en langues altaïques signifie '' les alliés “.[2]

Selon Procope de Césarée « les Antes et les Slavons ne reconnaissent qu'un seul Dieu, celui qui a créé le monde et qui lance le tonnerre, à qui ils sacrifient des bœufs et d'autres victimes »[3].

HistoriographieModifier

Les chercheurs étudient les Antes depuis la fin du 18e siècle. Sur la base des preuves littéraires fournies par Procope (c. 500-560 CE) et Jordanes (fl. C. 551), les Antes, avec les Sklavinies et les Venetes , ont longtemps été considérés comme les peuples proto-slaves constituants ancestraux de à la fois ethnies slaves médiévales et nations slaves modernes.  Parfois, le débat sur les origines et les descendants des Antes a été chauffé. La tribu a été diversement considérée comme les ancêtres, en particulier, des Vyatichi ou des Rus(d'un point de vue médiéval) et, en termes de populations existantes, des Ukrainiens par rapport aux autres Slaves de l'Est. De plus, les historiens slaves du sud ont considéré les Antes comme les ancêtres des Slaves du sud de l'est [4]

Quelles que soient les origines exactes de la tribu, Jordanes et Procope semblent suggérer que les Antes étaient slaves au 5ème siècle. En décrivant les terres de la Scythie ( Getica . 35 ), Jordanes déclare que «la race populeuse des Venethi occupe une grande étendue de terre. Bien que leurs noms soient maintenant dispersés parmi divers clans et lieux, ils sont pourtant principalement appelés Sklaveni et Antes. " Plus tard, en décrivant les actes d' Ermanaric , le mythique roi Ostrogoth , Jordanes écrit que les Venethi "ont maintenant trois noms: Venethi, Antes et Sklaveni"

HistoireModifier

Les incursions des Huns, des Sklavènes et des Antes dans les années 530, qui coïncident étrangement dans le temps (Procope, BG III.14.2) ou l’attaque conjointe des Huns Koutrigours et des Sclavènes en 559 (Jean Malalas, Chronique, 490.6-12) témoignent de l’existence durant le deuxième tiers du VIe s. d’une sorte d’alliance militaire entre les Slaves et les peuples de la steppe.[5]

Ils prirent souvent, dès le règne de l'empereur Justinien (527-565), du service comme mercenaires dans les troupes byzantines. Au début des guerres gothiques en Italie, Procope de Césarée signale la présence de mercenaires antes parmi les troupes du général byzantin Bélisaire[6]. Au VIIe siècle, ils participent à l'expansion slave dans les Balkans.

Il est vraisemblable[7] que les Antes n'étaient pas de « purs » Slaves (Procope distingue les Antes des Slavons tout en précisant qu'ils se ressemblent et parlent la même langue), mais étaient mêlés à une population d'origine iranienne, probablement sarmate, et que l'ensemble adopta les coutumes et la langue slaves. Le recoupement des témoignages archéologiques et des écrits des auteurs byzantins irait dans ce sens.

La disparition des Antes est controverser pour certains les Avars on mis fin a leur organisation tribale[8], leurs disparition provenait de l'effondrement général des limes scythes / danubiens inférieurs qu'ils défendaient, mettant fin à leur hégémonie sur le Danube inférieur.[9]D'autres considéraient une connexion à distance entre les Antes et le récit de la Chronique Primaire dans lequel est mentionnée l'oppression des Dulebes par les Avars et la tradition enregistrée par Al-Masudi et Abraham ben Jacob que dans les temps anciens le Walitābā (que certains lisaient comme Walīnānā et s'identifiaient aux Volhyniens ) étaient "les Saqaliba d' origine, de sang pur , les plus honorés" et dominaient le reste des tribus slaves, mais en raison de "la dissidence" leur "organisation d'origine fut détruite" et «le peuple se divisait en factions, chacune gouvernée par son propre roi», impliquant l'existence d'une fédération slave qui périt après l'attaque des Avars.[10]  Quoi qu'il en soit, peu de temps après l'effondrement des limes danubiens (plus spécifiquement, le retrait tactique romain), les premières preuves de l'établissement slave dans le nord-est de la Bulgarie commencent à apparaître.

Les Antes sont assimilés par des archéologues au groupe (ou culture) de Pen'kovka[7], dont plus de soixante sites ont été identifiés au sud-est de l'Ukraine, notamment aux environs de Tcherkassy, Krementchouk et entre Dnipropetrovsk et Zaporijia.

Le trésor de Pereshchepina , datant du début du 7ème siècle, peut être considéré comme faisant partie du trésor d'un chef ante[11]  bien que la plupart des chercheurs le considèrent comme le trésor de Khan Kubrat , le premier souverain de la vieille Grande Bulgarie.

ConséquencesModifier

À partir de l'ancienne des Antes, les tribus suivantes ont évolué:[12]

  • Croates , qui étaient dispersés à travers la Prykarpatie orientale , la Silésie et la rivière Vistule supérieure, la Bohême orientale , la Saale et la Dalmatie
  • Drevlyans , entre les rivières Pripet et Horyn
  • Dulebes , en Volhynie entre les rivières Vistule , Buh et Styr
  • Polans , entre Kiev et Roden
  • Severians , le long des fleuves Desna inférieurs et Seim et Sula supérieurs
  • Tiverians , le long du fleuve Dniestr
  • Ulichians , entre Dniestr et Dniepr dans la zone forêt-steppe

Voir aussiModifier

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jordanès, Histoire des Goths, V.
  2. Michel Kazanski, « Cavalerie slave a l'époque de Justinien »
  3. Procope de Césarée, Histoire de la guerre contre les Goths, XIV, 3.
  4. (en) Bartłomiej Szymon Szmoniewski, « The Antes: Eastern ‘Brothers’ of the Sclavenes? », Neglected Barbarians, {{Article}} : paramètre « date » manquant, p. 53–82 (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2020)
  5. Miche Kazanski, « La cavalerie slave a l'époque de Justinien »
  6. Procope de Césarée, Histoire de la guerre contre les Goths, XXVII, 1.
  7. a et b Francis Conte, Les Slaves, Albin Michel, 1986, 1996. (ISBN 2226087389) (ISBN 9782226087386)
  8. (en) Florin Curta, The Making of the Slavs: History and Archaeology of the Lower Danube Region, c.500–700, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-139-42888-0, lire en ligne)
  9. Georgios Kardaras, Le traité byzantin-antique (545/46 après JC) et la défense de la Scythie mineure»,, Revue internationale des Études Byzantines, 68 (1–2): 74–85 p.
  10. Samuel Hazzard Cross et Olgerd P. Sherbowitz-Wetzor, La chronique primaire russe. Texte Laurentien, Cambridge, Mass., Académie médiévale d'Amérique., (1953), p. 37 p.
  11. George Vernadsky; Michael Karpovich, Une histoire de la Russie: la Russie antique, . Presse universitaire de Yale; H. Milford, Presse d'université d'Oxford., (1943)., p. 160.
  12. Sociétés tribales en Europe de l'Est", Histoire de l'humanité: du septième siècle avant JC au septième siècle après JC . UNESCO, In Sigfried J. de Laet, (ISBN 923102812X.[à vérifier : ISBN invalide])