Anselme de Trazegnies

Cambron-Casteau, le parc de l'ancienne abbaye

Anselme de Trazegnies[1], seigneur de Péronnes-lez-Binche, chanoine et trésorier du chapitre collégial de Soignies, fonde l'abbaye Notre-Dame de Cambron en 1148[2].

GénéalogieModifier

 
 
Othon Ier
(° ? † 1136)
x Helvide de Rève
° ? † 1138
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gilles Ier
(° 1134 † 1161)
x Gerberge de Landen
° ? ap. 1195
 
 
 
Anselme
(? † ?)
 
 
 
 


Il est le fils de Othon Ier († 1136), seigneur de Silly[3], de Blicquy et de Trazegnies qui possédait environ 30 000 hectares et qui fit bâtir un premier château sur des anciennes fondations romanes qui existaient probablement déjà au Xe siècle.

Son frère, Gilles Ier de Trazegnies (° 1134 - † 1161), épouse Gerberge de Landen. Il est le premier seigneur de Trazegnies à part entière. Tombé en contradiction avec l'Abbaye de Floreffe, il fut excommunié trois fois et commit plusieurs malveillances à l'encontre des moines. Les seigneurs des environs furent excédés par son comportement et ses actes et firent le siège de son château. Il fut tué sur ses propres remparts.

BibliographieModifier

  • Roger Brunet, Généalogie et histoire de la famille de Trazegnies, Préfacée par le marquis de Trazegnies, 1996

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

 
Tour de l'abbatiale de Cambron (XVIIIe siècle)

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Douze moines de Clairvaux arrivent à Cambron en 1148. Ils sont envoyés par Saint Bernard, abbé de Clairvaux, sur invitation de Anselme, seigneur de Péronnes-lez-Binche, chanoine et trésorier du chapitre collégial de Soignies, qui, pour la fondation d’une abbaye, leur offre une terre au bord de la Dendre.
  2. Source : Roger Brunet, Généalogie et histoire de la famille de Trazegnies, Préfacée par le marquis de Trazegnies, 1996
  3. La pairie de Silly est entrée très tôt dans la Maison des Trazegnies, probablement par alliance. Les premières chartes datent de 1095 avec Fastré ou Fastrede, Siger et Wautier ou Walter de Silli ou Siligio qui scellent la donation d'Hellebecq à l'abbaye d'Ename et qui partagent ainsi la pairie de Silly. Le dernier baron et pair de Silly est le marquis Ferdinand-Octave de Trazegnies en 1740. Silly passe ensuite dans la famille de Ligne (Maison de Ligne).