Charles Ier de Trazegnies

Charles Ier, baron de Trazegnies, vicomte d'Arnemuiden, seigneur de Welsinghe, Steenbrugghe… époux de Marie-Madeleine de Pallant-Culembourg[1], décédée le .

Charles Ier de Trazegnies
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Enfant

Dernier baron de TrazegniesModifier

Il est gentilhomme de Charles Quint, qu’il accompagne dans tous ses voyages. Il prit part à l'expédition d'Alger et, comme capitaine d'une compagnie de bandes d'ordonnances, à la guerre en Autriche contre les Ottomans. En 1554, par représailles, le roi de France, Henri II envahit le Hainaut et détruisit les plus beaux châteaux[2]. Après avoir brûlé Dinant, Binche et le domaine de Mariemont, les incendiaires arrivent au château de Trazegnies.

Il a été élu chevalier de l'ordre de la Toison d'or, mais il ne reçoit pas le collier, la mort l'ayant devancée le . Charles Ier de Trazegnies, est inhumé dans l'église Saint Julien de Ath, mais à ce jour, il n'y a plus de traces de sa sépulture. Il est le père de Charles II de Trazegnies.

ArmesModifier

« Bandé d'or et d'azur de six pièces, à l'ombre de lion de sable, brochant sur le tout, à la bordure engrêlée de gueules ».

DeviseModifier

  • « Tan que vive »[3].

Notes et référencesModifier

  1. Elle est la fille aînée d’Erard, baron de Pallant, Witthem, Culembourg, seigneur de Wildenberg, et de Marguerite de Lalaing. Elle avait pour frère le fameux Florent de Pallant, comte de Culembourg, dans l’hôtel de qui se tint le Compromis des Nobles. Ce Florent possédait la quatrième fortune noble des Pays-Bas.
  2. Dans ses mémoires, François de Rabutin, pourtant Français, raconte le pillage, avec émotion
  3. La devise « TAN-QUE-VIVE »

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Roger Brunet, Généalogie et histoire de la famille de Trazegnies, Préfacée par le marquis de Trazegnies, 1996.

Articles connexesModifier

 
Carte de la localité de Arnemuiden, Pays-Bas.

Liens externesModifier