Ouvrir le menu principal

Ansanus
Image illustrative de l’article Ansanus
Saint Ansanus portant la palme et le drapeau de Sienne (la Balzana) par Bartolomeo Neroni
Naissance 284
Décès   (20 ans)
Sienne
Vénéré par Église orthodoxe[1]
Église catholique
Fête 1er décembre
Attributs Représenté comme un jeune homme tenant une grappe de dattes ; tenant un cœur ou un foie ; palme du martyre ; cœur inscrit avec IHS ; représenté en train de bouillir dans de l'huile ou décapité ; bannière aux armes de Sienne[2].

Saint Ansanus ou saint Ansan[3] (en italien : Sant'Ansano) (né en 284 à Rome et mort le (à 20 ans) dans la province de Sienne) appelé « Le Baptiste » ou « L'apôtre de Sienne », est le saint patron de la ville de Sienne, descendant de la famille Anicia (ou Anici[3]) de Rome.

LégendeModifier

Sa légende rapporte qu'il naît au sein d'une noble famille romaine. Encore enfant, Ansanus est secrètement baptisé par sa nourrice Maxime (vénérée comme sainte Maxime de Rome) et élevé en chrétien. Ansanus déclare ouvertement sa foi chrétienne durant la Persécution de Dioclétien, alors qu'il est âgé de dix-neuf ans.

Selon la tradition, Ansanus et Maxima sont fouettés ; Maxime en meurt. Ansanus survit cependant à cette torture ainsi qu'à la suivante au cours de laquelle il est jeté dans un chaudron d'huile bouillante. Il est ensuite emmené dans la ville de Sienne en tant que prisonnier. Il réussit à y prêcher le christianisme et convertit beaucoup de personnes à sa religion. Il est décapité sur ordre de Dioclétien.

Il est également dit que son propre père l'a dénoncé aux autorités, mais Ansanus réussit à s'échapper et fait beaucoup de convertis à Bagnoregio et plus tard à Sienne.

Vénéré comme l'un des saints patrons de Sienne, il est représenté dans la Maestà de Duccio.

Le reliquaire de son bras est exposé au musée diocésain de Sienne, près de la basilique Saint-François.

 
Reliquaire du bras.

Représentations du saintModifier

 
Saint Ansanus baptisant par Giovanni di Paolo.

Notes et référencesModifier

  1. December 1. Latin Saints of the Orthodox Patriarchate of Rome.
  2. Voir par exemple Saint Ansanus par Simone Martini au Metropolitan Museum of Art
  3. a et b Notice de Nominis

BibliographieModifier

  • Umberto Meattini, Sant'Ansano: la storia e la leggenda, Cantagalli, Siena 1995
  • Giuseppe Rondoni, Siena e l'antico contado senese. Tradizioni popolari e leggende di un comune medioevale e del suo contado, Uffizio della Rassegna Nazionale, coi tipi di M. Cellini e C., Firenze 1886
  • (en) George Ferguson, Signs and Symbols in Christian Art, Londres, Oxford University Press, , 183 p. (ISBN 978-0-19-501432-7), p. 104
  • Gerald Parsons, Civil religion and the invention of tradition: the festival of Saint Ansano in Siena. Journal of Contemporary Religion, 2006, p. 49–67.
  • Fabrizio Nevola, Siena: Constructing the Renaissance City, Yale University Press, 2007. Chapitre sur le rôle des saints patrons de la cité (et particulièrement saint Ansanus p. 152)

Source de la traductionModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :