Annie Le Houérou

femme politique française

Annie Le Houérou
Illustration.
Fonctions
Sénatrice française
En fonction depuis le
(4 mois et 25 jours)
Élection 27 septembre 2020
Circonscription Côtes-d'Armor
Groupe politique SER
Conseillère municipale de Guingamp
En fonction depuis le
(6 ans, 10 mois et 27 jours)
Élection 30 mars 2014
Réélection 15 mars 2020

(6 ans, 11 mois et 20 jours)
Élection 18 mars 2001
Députée française

(5 ans)
Circonscription 4e des Côtes-d'Armor
Législature XIVe
Groupe politique SRC (2012-2016)
SER (2016-2017)
Prédécesseur Marie-Renée Oget
Successeur Yannick Kerlogot
Maire de Guingamp

(6 ans et 21 jours)
Élection 9 mars 2008
Prédécesseur Noël Le Graët
Successeur Philippe Le Goff
Conseillère générale des Côtes-d'Armor

(6 ans, 8 mois et 24 jours)
Circonscription Canton de Guingamp
Prédécesseur Josette Horvais
Successeur Didier Robert
Présidente de la communauté de communes de Guingamp

(6 ans, 2 mois et 27 jours)
Prédécesseur Georges Rumen
Successeur Aimé Dagorn
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Plougonver (Côtes-du-Nord)
Nationalité Française
Parti politique PS (2005-2012)
DVG (2012-2014)
PS (depuis 2014)
Diplômé de Université Rennes-II
Profession Fonctionnaire de catégorie A

Annie Le Houérou, née le à Plougonver (Côtes-du-Nord), est une femme politique française.

BiographieModifier

Enfance et étudesModifier

Annie Le Houérou poursuit des études en langues étrangères appliquées, puis en droit public à l'université Rennes-II de 1979 à 1984. Diplômée de l'Institut régional d'administration, elle débute en 1988 au ministère de l'Agriculture à Paris avant de travailler comme attachée de direction, à partir de 1993, au laboratoire de développement et d'analyses du département des Côtes-d'Armor au zoopole de Ploufragan[réf. nécessaire].

Carrière politiqueModifier

Élue au conseil municipal de Guingamp en sur la liste de Noël Le Graët, elle devient conseillère municipale et conseillère communautaire[1].

Elle est élue présidente de la communauté de communes de Guingamp en , à la suite de la démission de Georges Rumen.

En 2005, lors d'une élection partielle, elle est candidate et est élue conseillère générale du canton de Guingamp. Elle devient vice-présidente du conseil général des Côtes-d'Armor, chargée des solidarités notamment l'Enfance et la Famille[2]. Elle devient maire de Guingamp en 2008[3],[4],[5].

Elle se porte candidate aux législatives de 2012 dans la 4e circonscription des Côtes-d'Armor contre le candidat EELV soutenu par le PS dont elle est pourtant membre. Avec 68,52 % des voix, elle est élue face à Valérie Garcia, candidate de l'UMP[6]. Conformément aux engagements qu'elle avait pris et au principe de non-cumul des mandats[7], elle renonce alors à celui de conseillère générale. Exclue du PS, elle est ré-intégrée deux ans plus tard[8].

En , lors des élections municipales, elle décide de passer le relais de première magistrate à son premier adjoint Philippe Le Goff, pour se consacrer exclusivement à son mandat de députée.

À l'Assemblée nationale, elle siège au sein du groupe « socialiste, écologiste et républicain ». Elle est membre de la commission des affaires sociales. Elle suit particulièrement les sujets liés au handicap. À ce titre, elle est l'auteure d'un rapport sur l'accompagnement dans l'emploi des personnes handicapées, à la suite d'une mission que lui confie en 2014 le Premier ministre. Elle devient également présidente du comité national du suivi plan autisme puis devient rapporteure de la proposition de loi sur « la protection de l'enfant », qui sera adopté en lecture définitive le , à l'unanimité à l'Assemblée nationale.

Dans le cadre de la présidentielle de 2017, Annie Le Houérou accorde son soutien à la candidature de Benoît Hamon.

Dans le cadre des sénatoriales 2020, elle est choisie par le Parti Socialiste comme tête de liste pour la circonscription des Côtes d'Armor. Elle est élue sénatrice le 27 septembre 2020[9]. En tant que Sénatrice, elle intègre la commission des Affaires sociales. Elle préside la mission d'information sur l'évolution et la lutte contre la précarisation et la paupérisation d'une partie des français[10].

Synthèse des fonctions et des mandatsModifier

Mandats locauxModifier

Mandats parlementairesModifier

Notes et référencesModifier

  1. [1]
  2. [2]
  3. [3]
  4. [4]
  5. [5]
  6. [6]
  7. [7]
  8. [8]
  9. « Sénatoriales en Côtes-d’Armor. Annie Le Houérou, Gérard Lahellec et Alain Cadec élus », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  10. « Une mission sénatoriale questionne l’explosion de la pauvreté », sur La Gazette des Communes (consulté le 25 février 2021)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier