Anne-Adrien-Pierre de Montmorency-Laval

Anne Adrien Pierre de Montmorency-Laval, 1er Duc de San Fernando Luis et 3e Duc de Laval (Paris, - Paris, ) est un homme politique et diplomate français.

Adrien de Montmorency-Laval
Illustration.
Portrait du 3e duc de Laval au XIXe siècle.
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères

(20 jours)
Monarque Charles X
Président du Conseil Jean-Baptiste Gaye de Martignac
Gouvernement Martignac
Prédécesseur Pierre Louis de La Ferronnays
Successeur Joseph-Marie Portalis
Ambassadeur de France à Londres

(2 ans)
Prédécesseur Jules de Polignac
Successeur Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord
Ambassadeur de France à Vienne

(1 an, 6 mois et 26 jours)
Prédécesseur Louis de Riquet de Caraman
Successeur Augustin-Daniel Belliard
Ambassadeur de France à Madrid

(8 ans)
Prédécesseur Antoine de Laforêt
Successeur Auguste Delagarde
Membre de la Chambre des Pairs
Pair héréditaire

(10 ans, 7 mois et 13 jours)
Pairie héréditaire
Prédécesseur Alexandre de Montmorency-Laval
Successeur Refuse de prêter serment
Biographie
Titre complet Duc de Laval et de San Fernando Luis
Nom de naissance Anne Adrien Pierre de Montmorency-Laval
Date de naissance
Lieu de naissance Paris 10e (France)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Paris 10e (France)
Sépulture Cimetière du Père-Lachaise
Nationalité Française
Parti politique Ultraroyaliste (1817-1830)
Légitimiste (1830-1837)
Père Alexandre de Montmorency-Laval
Mère Louise de Montmorency-Luxembourg
Conjoint Bonne de Montmorency-Luxembourg
Enfants 3 enfants
Famille Maison de Montmorency
Profession homme politique, diplomate
Religion Catholicisme

Anne-Adrien-Pierre de Montmorency-Laval
Armes.

Biographie

modifier

Vie privée

modifier
 
Armes de la Maison de Montmorency-Laval et Candé-Châteaubriant

Il est le fils d'Alexandre de Montmorency-Laval, 3e duc de Lacal (1747-1817) et de sa femme, Marie-Louise de Montmorency-Luxembourg (1750-1829).

Vie publique

modifier

Formation

modifier

Adrien de Laval fut d'abord destiné à l'état ecclésiastique. C'était le marquis de Laval, son frère aîné, qui devait succéder au titre de duc. Aussi la famille désira qu'Adrien fût élevé à Metz, par les soins de son oncle Louis-Joseph, prince-évêque de cette ville, Grand Aumônier de France, depuis cardinal, et qui voulait le nommer son coadjuteur, avec future succession.

Plus tard, Adrien fut envoyé au séminaire de Saint-Sulpice à Paris ; mais, ne pouvant se résoudre à suivre cette carrière, il sortit du séminaire après la mort de son frère aîné, pour entrer dans les chasseurs du vicomte de Noailles (les chasseurs d'Alsace), régiment où se trouvaient Charles de Noailles, depuis duc de Mouchy, et Voyer d'Argenson, beau-frère du marquis de Laval.

Carrière diplomatique et politique

modifier

La Révolution française ayant éclaté, Adrien émigra et passa en Angleterre. Là il se lia avec le prince de Galles, qui lui témoigna toujours une singulière bienveillance. Revenu à Paris pour voir sa famille, Adrien ne tarda pas à retourner en Angleterre, et il y passa une partie de l'émigration. Ensuite capitaine dans le régiment de Montmorency, il eut ordre de partir pour l'Italie et visita Rome. Dès que les lois devinrent plus douces, il rentra en France. En 1814, Adrien de Laval fut un des premiers qui allèrent complimenter Louis XVIII à Calais. Le souverain lui accorda le titre de prince, et jusqu'à la mort de son père il fut appelé le « prince de Montmorency-Laval ».

Le , il fut nommé ambassadeur de France en Espagne. Là il eut des démêlés avec Cevallos, dont le caractère avait quelque chose de sévère et d'inflexible. Mais sur la nouvelle du retour de Napoléon Ier de l'île d'Elbe, une réconciliation s'opéra et le prince de Laval consentît à ne pas quitter Madrid, malgré les ordres positifs de son gouvernement.

II continua de gérer les affaires de la France avec le même zèle, et il finit par exciter une satisfaction réciproque, tellement qu'après en avoir obtenu la permission du roi de France, il reçut de Sa Majesté Catholique l'ordre de la Toison d'or et le titre de duc de San Fernando Luis. Appelé, lors des difficultés qui s'élevèrent entre la France et l'Espagne, à l'ambassade de Rome, le duc y arriva avant la fin du règne de Pie VII (1823). Lorsqu'après une chute assez grave que Pie VII fit dans son appartement, il fut aisé de reconnaître que le pontife accablé de tant d'années, n'avait plus que peu de semaines à vivre, toutes les affaires du conclave où l'on devait choisir le successeur du souverain pontife furent confiées sans réserve au duc de Laval ; il reçut le secret de la cour, et il porta, de concert avec l'Autriche, le cardinal Castiglioni, auquel un parti plus fort refusait ses suffrages. L'Autriche, pour se montrer fidèle à son accord avec la France, donna l'exclusion au cardinal Severoli, que soutenait un parti nombreux. Alors les voix des amis de Severoli se portèrent sur le cardinal Annibale Della Genga ; l'Autriche et la France persistaient à demander le cardinal Castiglioni, mais le parti qui préférait le cardinal Della Genga fut vainqueur.

M. de Laval, à peine l'élection finie, se présenta un des premiers devant le nouveau pontife qui avait pris le nom de Léon XII. Celui-ci, tout en n'ignorant point que le duc ne lui avait pas pu être favorable à cause des ordres de sa cour, le consulta sur le choix d'un secrétaire d'État, et reçut de l'ambassadeur le conseil de nommer le cardinal della Somaglia, doyen du Sacré collège, choix qui avait été déjà à peu près résolu, et qui obtint d'abord un assentiment assez prouvé.

 
Anne-Adrien-Pierre de Montmorency-Laval.

Le , le duc de Laval fut nommé ambassadeur à Vienne. Il y suivit, entre autres, les affaires relatives à la Grèce. Quant, à la représentation dans cette cour, les empressements et les soins d'un Montmorency-Laval pour la pompe et la variété des fêtes ne laissèrent rien à désirer, et la haute société aristocratique de Vienne, si accoutumée aux somptuosités, se montra satisfaite. Quelques infirmités, aggravées par l'âge de soixante ans, avaient affaibli les forces du duc. Dans une lettre, officielle, où la dignité et la modestie marchaient du même pas, le duc de Laval refusa le poste où il ne croyait pouvoir faire aucun bien.

II refusa deux fois un portefeuille que le roi Charles X lui proposait. Appelé à l'ambassade de Londres, il y défendit avec fermeté les droits et les intérêts de la France, et au moment des ordonnances de Juillet, il rentrait en France en congé. Ne sachant rien des événements, il arriva à Paris au moment où Charles X quittait Saint-Cloud pour aller à Rambouillet. Apprenant tant de défaites, et pouvant donner des informations irrécusables sur les dispositions du cabinet britannique, le duc voulut absolument voir son maître, et il prit un déguisement sous lequel on ne pût pas le reconnaître.

Quoique âgé de soixante-deux ans, ayant la vue affaiblie et l'ouïe altérée, il s'arma d'un bâton, comme les hommes de la campagne, et il osa se risquer seul, à pied, sur la route de Rambouillet, au milieu de cette multitude de tout âgé, qui allait forcer Charles X de quitter la France. Le pénible voyage fut accompli heureusement à travers mille dangers. À Rambouillet, il se fit reconnaître par un garde du corps, et parvint sur-le-champ jusqu'à Charles X. L'entrevue du maître malheureux et du sujet fidèle fut déchirante : l'ambassadeur rendit un compte détaillé de l'état des affaires en Angleterre. On a dit que le duc de Laval proposa à Charles X d'envoyer le duc de Bordeaux à Paris. Le duc put répéter le bruit d'un projet d'appeler aux Tuileries le duc de Bordeaux seulement, mais il ne donna aucun conseil contraire aux intérêts du roi. Les événements se pressaient : le duc de Laval était plongé dans une vive affliction, privé de relations avec l'Angleterre, où il avait laissé sa maison, il passa quelque temps hors de France, puis il se hasarda à se présenter en Angleterre, où le même accueil lui fut accordé par ses anciens amis.

Il partit ensuite pour le Palais de Holyrood, où le roi lui prodigua les démonstrations les moins équivoques de la complète satisfaction qu'on avait eue de tous ses services. Rentré ensuite en France, il rendit le dernier soupir le , dans les bras de son épouse, bénissant ses filles et ses gendres et laissant à son aînée Charlotte son titre ducal espagnol et sa grandesse d'Espagne de première classe. Le marquis Eugène-Alexandre de Montmorency-Laval, frère puîné du duc de Laval, connu par sa piété et par les dangers qu'il courut pour rendre courageusement des services au pape Pie VII et aux cardinaux détenus à Fontainebleau (il était Chevalier de la Foi[1]), a hérité du titre de duc de Laval.

Famille

modifier

Il épouse, le 30 décembre 1764, Bonne Charlotte Renée Adélaïde de Montmorency-Luxembourg (1773-1840), fille de Charles III de Montmorency-Luxembourg, 9e duc de Luxembourg et de Madeleine Suzanne Adélaïde Geneviève de Voyer de Paulmy d'Argenson. Ils ont trois enfants.

  • Guy Anne Marie Louis Henri Adalric de Montmorency-Laval, marquis de Laval ( - ), célibataire, sans enfants.
  • Charlotte Adélaïde de Montmorency-Laval ( - ) épouse Gustave de Lévis-Mirepoix, 1er baron de Mirepoix ( - ), dont descendance ;
  • Marguerite Pauline Emmanuelle de Montmorency-Laval ( - ) épouse Aimé Charles Raoul de Couronnel, 3e marquis de Couronnel ( - ), dont descendance.

Distinctions

modifier

Décorations françaises

modifier

Décorations étrangères

modifier

Notes et références

modifier
  1. « roglo.eu », Eugène Alexandre de Montmorency-Laval (consulté le )
  2. « Cote LH//1921/44 », base Léonore, ministère français de la Culture

Voir aussi

modifier

Bibliothèque

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier