Ouvrir le menu principal

Angara (fusée)

famille de lanceur spatiaux
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angara (homonymie).

Angara
Lanceur spatial
Angara A5 complètement assemblé
Angara A5 complètement assemblé
Données générales
Pays d’origine Drapeau de la Russie Russie
Constructeur GKNPZ Khrounitchev
Premier vol A 1.2 : 9 juillet 2014
A5 : 23 décembre 2014
Statut En service
Lancements (échecs) 2 (0)
Hauteur 34,9 à 64 m.
Masse au décollage 149 (A 1.1) à 773 (A 5) tonnes
Étage(s) 2 à 3
Poussée au décollage 196 à 980 t
Base(s) de lancement Cosmodrome de Plessetsk
Charge utile
Orbite basse 2 à 23 t
Transfert géostationnaire (GTO) 5,4 t (A 5)
Motorisation
1er étage URM-1 : 1 à 5 RD-191
2e étage URM-2 : 1 x RD-0124
3e étage Briz-M (optionnel)
Schéma des différentes versions du lanceur Angara.

Les lanceurs Angara sont une famille de fusées russes en cours de développement qui doivent prendre notamment la suite du lanceur lourd Proton dont le retrait est programmé notamment parce qu'il utilise des ergols très toxiques. Toutes les configurations du nouveau lanceur sont construites autour d'un premier étage commun URM-1 (Universal Rocket Module) propulsé par un moteur RD-191 de 196 tonnes de poussée brulant un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. L'ajout de deux ou quatre URM accrochés à l'URM central et l'utilisation d'étages supérieurs plus ou moins puissants permettent d'obtenir une famille de lanceurs pouvant placer en orbite basse un engin spatial de 2 à 25 tonnes selon la configuration retenue. Les lanceurs Angara sont lancés depuis un nouveau pas de tir construit sur la base de lancement de Plessetsk, en Russie. L'utilisation du nouveau lanceur doit permettre de réduire la dépendance de la Russie vis-à-vis du Kazakhstan sur le territoire duquel est situé le cosmodrome de Baïkonour d'où sont lancées un grand nombre de fusées.

Contexte : La dissolution de l'Union soviétiqueModifier

La dissolution de l'Union soviétique, qui intervient le 25 décembre 1991, aboutit à la formation de plusieurs états indépendants. Les répercussions sur le programme spatial soviétique, repris pour l'essentiel par la Russie, sont particulièrement graves. Une partie importante de l'industrie spatiale et des infrastructures spatiales se retrouvent à l'extérieur des frontières de la Russie, en particulier en Ukraine et au Kazakhstan : les lanceurs légers Cosmos-3M et Tsiklon (charge utile 3/4 tonnes) ainsi que le lanceur moyen Zenit-2 (de 1314 tonnes) sont construits en Ukraine tandis que la principale base de lancement russe, Baïkonour, se trouve désormais sur le territoire du Kazakhstan. Peu après la dissolution de l'Union soviétique, le président Boris Eltsine réorganise le programme spatial en créant deux nouvelles organisations : l'Agence spatiale russe (RKA) est chargé de l'activité purement civile à l'image de la NASA tandis que les Forces spatiales de la fédération de Russie (VKS) ont la responsabilité du programme spatial militaire. La situation de dépendance dans laquelle se situe désormais l'industrie spatiale russe est jugée inacceptable par les nouveaux responsables. Dès aout 1992 le dirigeant du VKS appelle à la création de nouveaux lanceurs. Le 15 septembre de la même année, le gouvernement publie un décret qui lance un appel d'offres pour la réalisation de trois nouveaux lanceurs : le lanceur léger Neva, le lanceur intermédiaire Ienisseï et le lanceur lourd Angara[1],[2].

Plusieurs autres facteurs poussent à développer de nouveaux lanceurs. Le lanceur lourd russe Proton utilise des ergols polluants ce qui suscite des tensions avec le Kazakhstan lorsque étages du lanceur retombent sur le territoire kazakh et ce pays a des exigences financières jugées parfois excessives par le gouvernement russe. Pour ne pas dépendre des lanceurs légers ukrainiens la Russie fait désormais appel aux Soyouz et Proton surpuissantes pour placer en orbite les satellites légers entrainant un surcout important[2].

Définition de l'architecture du lanceurModifier

Sélection de la proposition de KrounitchevModifier

Quatre constructeurs répondent à l'appel d'offres lancé le 15 septembre 1992 : RKK Energia, KB Saliout, TsSKB-Progress et GRTs Makeïev. Les experts militaires du VKS pré-sélectionnent les propositions de KB Saliout, constructeur du lanceur Proton, et de NPO Energia constructeur de la fusée Energia chargée de placer en orbite la navette spatiale Bourane mais qui a été retiré de service après un unique vol réussi. Les candidats retenus doivent fournir une proposition détaillée d'ici fin 1994. Entre temps KB Saliout fusionne avec l'usine Khrounitchev pour former le GKNPZ Khrounitchev. La proposition de RKK Energia, baptisée GK-6, réutilise en grande partie les composants développés pour le lanceur lourd Energia. Le premier étage est constitué de trois blocs en faisceau propulsés chacun par un moteur-fusée RD-180 tandis que le deuxième étage utilise un moteur-fusée RD-146. Les deux moteurs, qui doivent être développés par Energomach sont dérivés des RD-170 et du RD-120 de la fusée Energia et brulent un mélange d'oxygène liquide et de kérosène. Krounitchev propose de son côté une fusée, baptisée Angara-2, utilisant un premier étage propulsé par le moteur-fusée RD-170, tandis que le second étage, complètement nouveau, doit être propulsé par le RD-0120 également hérité d'Energia et brulant un mélange d'hydrogène et d'oxygène liquide. La configuration, exotique, comprend des réservoirs suspendus accolés relativement haut sur le corps central pour semble t'il pouvoir réutiliser les installations de lancement de la fusée Zenit. Les deux projets sont évalués par les experts du VKS rattachés au centre de recherche TsNII-50. Les deux propositions sont jugées équivalentes sur le plan technique mais c'est le projet de Krounitchev qui est retenu en aout 1994. Prmi les points forts cités figurent l'existence d'une chaine de production de lanceur lourd (la Proton) et l'utilisation de moteurs-fusées déjà éprouvés. RKK Energia de son côté ne dispose pas d'une telle chaine et doit développer de nouveaux moteurs : le RD-180 et les moteurs-verniers du second étage. Le lanceur de Krounitchev a une masse de 645 tonnes grâce au recours à l'hydrogène alors que celui d'Energia atteint 900 tonnes. Malgré le surcout lié au recours à l'hydrogène Krounitchev compte abaisser les couts de lancement de 30 à 35% par rapport à une solution n'ayant pas recours à cet ergol. Des critiques s'élèvent contre ce choix qu'ils attribuent au népotisme récurrent (la fille et le beau-frère du président Eltsine sont employés par Krounitchev) et aux relations tendues entre l'état-major d'Energia et les autorités militaires. La réalisation du programme, baptisé Angara, est lancée par un décret présidentiel passé en janvier 1995 qui lui attribue une priorité nationale. RKK Energia n'est pas complètement écarté : le VKS a décidé de lui confier le développement du deuxième étage car l'entreprise détient une expertise forte sur la propulsion cryogénique[1],[3].

Abandon de l'hydrogèneModifier

RKK Energia progresse rapidement dans la définition des caractéristiques du deuxième étage du lanceur mais l'étude détaillée met en évidence que l'architecture retenue, en particulier le recours à l'hydrogène liquide, ne répond pas aux objectifs de cout et de fiabilité définis dans le cahier des charges défini par les responsables militaires. La masse à vide du second étage a été largement sous-estimée empêchant le lanceur de décoller, le moteur RD-0120 doit être allumé durant le vol ce qui impose sa modification en profondeur et l'envolée du cout de production de l'hydrogène liquide, du fait de l'effondrement de l'économie russe, impacte directement la rentabilité des vols. Compte tenu de ces problèmes RKK Energia propose de revenir à sa proposition initiale. Khrounitchev décide de revoir complètement l'architecture du lanceur en écartant complètement RKK Energia. Il propose désormais que le premier étage soit propulsé par un moteur-fusée RD-191 qui n'existe que sur le papier et qui est dérivé du RD-180 proposé au moment de l'appel d'offres par RKK Energia, qui entre temps est entré en développement pour propulser le premier étage du lanceur américain Atlas V. Le recours à l'hydrogène au niveau de l'étage supérieur est abandonné. RKK Energia estime que les résultats de l'appel d'offres initial ne sont plus valides et écrit un courrier au président Eltsine demandant que l'appel d'offres soit relancé. Mais en ces temps de crise économique Khrounitchev dispose de revenus réguliers contrairement à son confrère grâce à la percée de son lanceur Proton sur le marché des lancements commerciaux et la société bénéficie d'un soutien politique. Khrounitchev propose une famille de lanceurs modulaires ayant une capacité comprise entre 2 et 23 tonnes selon le nombre de modules URM-1 composant le premier étage (de 1 à 5 modules) : L'A1 (un seul URM-1) peut placer 2 tonnes en orbite basse, l'A3 14,6 tonnes et l'A5 24,5 tonnes). Le deuxième étage des lanceurs Angara réutilise finalement des composants existants, les Briz KM et Briz M tandis que la coiffe provient des lanceurs Rockot et Proton. Cette nouvelle architecture du lanceur Angara proposée par Khrounitchev, bien qu'elle impose de revoir complètement les spécifications, est approuvée conjointement le 3 septembre 1997 par les Forces spatiales russe et l'Agence spatiale russe[3].

DéveloppementModifier

Un projet ralenti par la crise économiqueModifier

Bien que l'architecture ait été figée en 1997 et que le projet ait reçu une priorité nationale, le développement du lanceur avance très lentement. La grave crise de l'économie russe a tari les fonds disponibles et selon le constructeur Khrounitchev, le gouvernement ne verse entre 1994 et 2005 que 4% des sommes prévues pour le projet. Une maquette à l'échelle 1 de l'Angara A1 est présentée au salon du Bourget en juin 1999. Un an plus tard les spécifications générales sont figées. Fin 2001 les parties prenantes annoncent que la construction d'un complexe de lancement pour le nouveau lanceur et situé sur le cosmodrome de Plessetsk doit débuter en 2002. A l'époque le premier vol de l'Angara est prévu en 2003. Mais ce n'est finalement qu'en novembre 2004 que le gouvernement russe sort le décret qui permet de débuter les travaux à Plessetsk. Entre temps les militaires ont indiqué qu'ils n'avait pas l'usage de la version légère A1 et demandé que la priorité soit donnée à la version lourde A5 plus complexe à développer. En 2006 Khrounitchev affiche un premier lancement en 2008 mais dès cette époque le constructeur prévoit celui-ci en 2011[4].

Mise en place de la chaine de fabricationModifier

La fabrication des premiers composants de l'Angara et l'assemblage final est réalisé dans les établissements de Khrounitchev situés à Moscou. La chaine de fabrication du premier étage URM-1 est confiée à la société PO Polyot dans la ville d'Omsk, qui construisait jusque là les lanceurs Cosmos-3M. La fabrication des deux premiers exemplaires du lanceur est officiellement lancé en mars 2011. De son côté le motoriste NPO Energomach, qui a teste pour la première fois en 2001 sur un banc d'essais le moteur RD-191 qui doit propulser le premier étage du lanceur, a accumulé à cette date 17 000 secondes de fonctionnement. Une version quasi identique au moteur RD-0124, qui propulse le second étage, a déjà volé à quatre reprises sur une fusée Soyouz. Le premier étage complet URM est testé en juillet 2009 sur le banc d'essais de Peresvet près de Moscou. Le premier étage du lanceur sud-coréen KLSV-1 dérivé de l'URM fonctionne parfaitement au cours du premier lancement en août 2009. En mars 2010 le second étage est en cours de préparation pour un tir sur banc d'essais[4].

Le premier étage du lanceur, sa coiffe et l'étage Briz KM sont construits dans les installations de PO Polyot situées à Omsk. Cette société qui a fusionné avec Krounitchev en 2007 dispose d'installations industrielles obsolètes qui nécessitent d'importants investissements (3,35 milliards de roubles). Il est prévu que le constructeur y assemble en 2015 60 étages URM permettant la construction de 10 Angara 3.2 et 10 Angara 1.2[5].

Caractéristiques techniquesModifier

 
Étage URM en cours de fabrication.

Le premier étage URM-1Modifier

 
Vue arrière de l'Angara A5 dont le premier étage est composé de 5 URM.

Toutes les versions du lanceur Angara utilisent un premier étage commun : l'URM-1 (Universal Rocket Module) long de plus de 25 mètres pour un diamètre de 2,9 mètres est propulsé par un moteur-fusée RD-191 qui brûle un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. Ce moteur est dérivé du RD-171 développé pour équiper les propulseurs d'appoint de la fusée russe Energia. Le RD-171 (poussée de 755 tonnes au sol) comportait deux générateurs de gaz chacun associé à une turbine et une turbopompe unique alimentant en tout quatre chambres de combustion et quatre tuyères. Une version à deux chambres de combustion, le RD-180 (382 tonnes de poussée au sol) a été développée à partir du RD-171 pour propulser l'Atlas V avec des résultats très satisfaisants. Le RD-191 (poussée 198 tonnes au sol), qui est dérivé des modèles précédents, ne comporte plus qu'une chambre à combustion, un générateur de gaz et une turbopompe. Du fait de la simplicité de son architecture, il devrait donc être encore plus fiable que le RD-180. Pour couvrir la gamme de puissance demandée, le premier étage est constitué de 1 à 5 URM[2].

Le deuxième étage URM-2Modifier

Le deuxième étage URM-2 est une évolution de l'étage Bloc I du lanceur Soyouz 2. Le moteur RD-0124A d'une poussée de 29,5 tonnes, qui est utilisé de manière opérationnelle depuis 2001, brûle comme le premier étage un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. L'étage mis en œuvre par l'Angara, long de 6,8 mètres pour un diamètre de 3,6 mètres, pèse 40 tonnes contre 30 tonnes pour la version utilisée sur le Soyouz. Cet étage n'est pas réallumable. La version légère A1-2 du lanceur Angara doit être équipé d'un étage URM-2 au diamètre plus faible (2,9 mètres) identique à celui du premier étage[2].

Le dernier étage : Briz KM, Briz M, KVSK ou KVTKModifier

 
Angara A5 sur son wagon transporteur à Plessetsk.

L'Angara utilise pour son 3e étage un des 3 modèles suivants[2] :

  • Le Briz KM est utilisé comme étage supérieur par la version légère A1.1 du lanceur. Il est propulsé par un moteur S5.92 développé en 1978 pour équiper les étages supérieurs des fusées chargées de lancer les sondes spatiales comme Venera 15, Phobos 1 et Mars 96. Le moteur consomme un mélange d'UDMH et de peroxyde d'azote hypergoliques et fournit une poussée modulable comprise entre 1,4 et 1,96 tonne. Ce moteur très léger peut être réallumé 8 fois. Cet étage est utilisé sur le lanceur Rockot et lui permet de placer plusieurs satellites sur des orbites différentes. L'étage est très compact (longueur 2,90 mètres, diamètre 2,5 mètres) mais a une masse à vide élevée : 1,6 tonne pour 6,575 tonnes avec ses ergols.
  • Le Briz M est un étage développé pour le lanceur Proton M qui dérive du Briz KM. Par rapport à celui-ci il comporte un réservoir toroïdal qui entoure le réservoir central et qui est largué une fois vidé. Ce réservoir permet de transporter en tout 14,6 tonnes de carburant contre 5 t pour le Briz KM. Le moteur qui est le même que celui du Briz KM peut être réallumé 8 fois et fonctionner durant 2 000 secondes. L'étage peut être utilisé jusqu'à 24 heures après le lancement.
  • Le KVTK est propulsé par le RD-56M un des rares moteurs-fusées russes brûlant un mélange d'oxygène et d'hydrogène. Ce moteur a été vendu à 7 exemplaires à l'Inde pour équiper le dernier étage de son lanceur GSLV en attendant le développement d'un engin de construction locale. Cet engin performant fournit une poussée de 10,3 tonnes qui permet de bien meilleures performances que le Briz M pour la mise en orbite géostationnaire. Le moteur peut être réallumé 5 fois. L'étage entier, long de 9 mètres et d'un diamètre de 4,5 mètres, pèse 22,7 tonnes pour une masse à vide de 3,7 tonnes.

Les versions du lanceurModifier

 
Maquettes des différentes versions du lanceur Angara, exposées au Salon international aérospatial de Moscou en 2009.

Krounitchev prévoit de développer cinq versions de puissance croissante : les A1.2, A3, A5 et A7. Toutes ces versions utilisent un ou plusieurs modules URM-1 comme premier étage. Celui-ci est propulsé par un moteur RD-191M de 196 tonnes de poussée, brulant un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. Tous les lanceurs Angara disposent d'une électronique digitale pour réaliser guidage et de navigation entièrement et, contrairement aux autres lanceurs russes, ils fonctionnent de manière complètement autonome après leur lancement[6].

  • L'Angara 1.1 est la version la moins puissante. Elle permet de placer en orbite basse jusqu'à 2 tonnes pour une inclinaison de 90°. Son premier étage est constitué d'un seul URM-1. Le deuxième étage, un Briz KM de 6 tonnes de poussée, ainsi que la coiffe proviennent du lanceur Rockot[6]. Ce lanceur sera utilisé pour toutes les petites charges utiles russes lancées aujourd'hui par le lanceur Cosmos (charge utile 1 t.) qui doit être retiré du service. L'Angara 1.1 est toutefois sur-dimensionné pour une telle utilisation même dans cette version légère.
  • L'Angara 1.2 conserve un unique URM-1 comme premier étage mais utilise le second étage URM-2 constitué du Bloc I modernisé du lanceur Soyouz 2 propulsé par un moteur RD-012A de 30 tonnes de poussée. Pour cette version de l'Angara, le diamètre de l'URM-2 est ramené de 3,6 à 2,9 mètres. Ce lanceur doit pouvoir mettre en orbite une charge de 3,7 tonnes. La coiffe est également celle du Soyouz 2[7].
  • L'Angara A3 est un lanceur moyen qui utilise 3 étages URM comme premier étage qui sont tous allumés au sol d'une manière analogue à ce qui se fait pour le lanceur Delta IV Heavy. La poussée du URM central est abaissée au cours du vol pour limiter l'accélération. L'étage central peut ainsi fonctionner 89 secondes de plus que les deux étages qui le flanquent. Le deuxième étage est le Bloc I de Soyouz. Deux types de troisième étage peuvent être utilisés : le Briz KM ou l'étage Fregat tous les deux mis en œuvre actuellement par le lanceur Proton. Le lanceur qui pèse 478 tonnes peut placer 14,6 tonnes en orbite basse[7].
  • L'Angara A5 reprend le concept du A3 avec 5 URM au premier étage. La poussée de l'étage central est réduite encore plus tôt. Les deux étages supérieurs reprennent la configuration de l'A3. Mais ces étages, manquant de puissance, ne sont pas optimisés pour ce lanceur lourd d'une masse de 773 tonnes capable de placer 24,5 tonnes en orbite basse[7].
  • Des versions plus lourdes, les Angara A7, comportant 7 étages URM et capables de placer jusqu'à 40 tonnes en orbite basse, sont envisagées mais ne font pas l'objet aujourd'hui de développement. Le pas de tir en construction pour les lanceurs Angara ne permet pas de lancer les Angara A7[7].
  • L'Angara 1.1 était la version la moins puissante prévue initialement mais elle été abandonnée en cours de conception car surdimensionnée compte tenu de ses performances réduites (2 tonnes en orbite basse). Le premier étage est constitué d'un unique URM-1. Le deuxième étage, un Briz KM de 6 tonnes de poussée, et la coiffe proviennent du lanceur Rockot[6].
Version Angara 1.1 Angara 1.2 Angara A3 Angara A5 Angara A5/KVTK Angara A7P[8] Angara A7V[8]
Premier étage 1xURM-1, RD-191 1xURM-1, RD-191 3xURM-1, RD-191 5xURM-1, RD-191 5xURM-1, RD-191 7xURM-1, RD-191 7xURM-1, RD-191
Deuxième étage Briz-KM ∅=2,9 m, RD-0124A URM-2, RD-0124A URM-2, RD-0124A URM-2, RD-0124A
Troisième étage –- Agrégat : 4 x 11D458 Briz-M Briz-M KVTK ? ?
Poussée au sol 196 t 196 t 588 t 980 t 980 t 1 372 t 1 372 t
Masse au décollage 149 t 171,5 t 478 t 773 t 790 t 1 125 t 1 184 t
Hauteur maximale 34,9 m 42,2 m 45,8 m 55,4 m 64 m ? ?
Charge

utile

- orbite basse (200 km) 2 t 3,8 t 14,6 t 24,5 t 24,5 t 36 t 40,5 t
- orbite de transfert géostationnaire - - 2,4 t 5,4 t 6,6 t - -
- orbite géostationnaire - - - 2,8 t 4 t 7,5 t -
Les charges utiles indiquées correspondent à un lancement depuis Plessetsk

Les installations de lancementModifier

Trois pas de tir sont construits ou prévus : le premier, opérationnel depuis 2014, se trouve sur la base de lancement de Plessetsk les deux autres à Svobodny en Sibérie orientale, non loin de la frontière avec la Chine. Le transport du lanceur depuis l'usine implantée dans l'agglomération de Moscou se fait par rail pour les tirs effectués depuis Plessetsk. Par contre il est prévu de transporter par avion les composants du lanceurs jusqu'à Svobodny car ce site est extrêmement éloigné du centre moscovite et le gabarit des liaisons ferroviaires dans cette région ne permet pas le transport de colis aussi volumineux.

Conformément à ce qui est pratiqué habituellement en Russie, le lanceur Angara est assemblé en position horizontale dans le bâtiment d'assemblage puis transporté sur un wagon érecteur circulant sur une voie reliant celui-ci au pas de tir. Il est alors érigé en position verticale et le plein d'ergols est effectué.

Le pas de tir de PlessetskModifier

Article détaillé : base de lancement de Plessetsk.

Le lanceur Angara a été développé pour être tiré depuis la base de lancement militaire russe de Plessetsk. La construction des installations de lancement destinées au nouveau lanceur a longtemps été freinée par l'absence de moyens financiers. Le gros œuvre devrait être achevé fin 2010[5].

Les pas de tir de VostotchnyModifier

Il était envisagé dans les années 1990 de lancer la fusée Angara depuis la base de lancement de Svobodny dans l'Extrême-orient russe mais ce projet est resté dans les cartons faute de moyens financiers[5]. En 2004 la Russie et le Kazakhstan ont signé un accord pour la construction d'un pas de tir destiné à la version lourde de l'Angara sur le site de Baiterek à Baïkonour (Kazakhstan) ; en effet Baïkonour sert aujourd'hui de base de lancement pour les Proton qui placent en orbite géostationnaire les satellites de télécommunications et qui doivent être remplacés par la version lourde de l'Angara. Mais ce projet, conditionné par la qualité des relations entre les deux pays, est resté au point mort jusqu'en 2011[2].

À la suite de l'annulation du développement du lanceur Rus-M qui devait être tiré depuis Baïkonour, Roscosmos décide de relancer la construction d'un pas de tir à Svobodny, sur un nouveau cosmodrome, nommé Vostotchny. Le vice premier ministre Dmitry Rogozin annonce à l'époque que le lancement de la version légère de l'Angara depuis le nouveau site est même annoncé dès 2015. Le premier tir de la version lourde A5, qui peut placer 26 tonnes en orbite base depuis Vostotchny contre 18 tonnes depuis Plessetsk, est annoncé à l'époque pour 2018. En juillet 2012, Roscosmos annonce le développement d'une version de l'A5 baptisée Amour (du nom du fleuve sibérien de la région) chargée de lancer le futur vaisseau avec équipage PTK NP de 20 tonnes depuis le site de Vostotchny. La construction de deux pas de tir consacrés aux lanceurs Angara est programmée. Le premier est consacré au lancement de satellites. Les travaux devraient démarrer à l'automne 2010 et l'achèvement planifié initialement en 2018 est désormais prévu en 2021. La construction du second pas de tir, destiné aux vols avec équipage, n'est pour l'instant pas planifiée[9].

Qualification du lanceur en volModifier

 
Décollage de l'Angara A1 pour le vol inaugural de 2014

Le premier lancement qui, en 2006, était planifié en 2010/2011 maisreporté à plusieurs reprises[10],[11].

Vol suborbital de la version Angara A1.2 (juillet 2014)Modifier

Le premier vol d'un lanceur de la famille Angara a lieu le . Le lanceur a été tiré depuis le pas de tir 35 de la base de lancement de Plessetsk. Les responsables russes ont choisi de lancer la version légère Angara 1.2 avec le premier étage URM-1 associé à un deuxième étage URM-2 emprunté aux versions plus lourdes au lieu de l'étage à diamètre réduit prévu. Cette configuration atypique permet de tester les deux étages développés pour le lanceur A5 au cours du même vol mais elle est trop lourde pour permettre une mise en orbite. Aussi le lanceur, qui transporte une charge utile fictive, ne peut effectuer qu'un vol surborbital. Après une première tentative de décollage interrompue quelques secondes avant le décollage, le lanceur décolle le 19 luillet. Le vol, qui dure 21 minutes, se déroule de manière nominale. La maquette qui tient lieu de charge utile, s'écrase comme prévu dans la region de Koura (presqu'ile de Kamtchatka) à 5700 kilomètres de base de lancement[12],[13].

Premier vol de la version Angara A5 (décembre 2014)Modifier

 
Décollage de l'Angara A5 (vol inaugural de 2014).

Le premier vol de la version Angara A5 a lieu le depuis le cosmodrome de Plessetsk, dans l'oblast d'Arkhangelsk. Le lanceur dont le troisième étage est de type Briz-M a pour mission de placer en orbite haute le prototype des futurs satellites que le lanceur transportera[14].

Troisième et dernier vol de qualification (2019 ?)Modifier

Le troisième vol de qualification est programmé initialement en 2016. Dès 2014 PO Polyot commence à fabriquer les premiers modules URM-1 de la troisième Angara. Toutefois l'entreprise rencontre une série de problèmes sur les chaines de fabrication qui repoussent de plusieurs années ce troisième vol. Ce n'est qu'en septembre 2018 que le cinquième module URM-1 quitte l'usine d'Omsk pour les tests et l'assemblage dans l'usine de Khrounitchev à Moscou. Pour ce dernier vol de qualification, que les responsables russes prévoient en 2019, une charge utile opérationnelle doit être lancée[15].

Déploiement de l'Angara A5 opérationnelModifier

Les fusées Angara doivent progressivement remplacer le lanceur Proton qui est utilisé aujourd'hui pour toutes les charges utiles lourdes du programme spatial russe ainsi que le pour le lancement de satellites de télécommunications commerciaux étrangers à un rythme élevé bien que fortement déclinant depuis l'apparition du lanceur américain Falcon 9 sur le marché. Après le deuxième vol de programmé en 2019 pour achever la qualification de l'A5, sa production en série sera lancée. Le nouveau lanceur ne se substituera à la Proton que progressivement[16].

Historique des volsModifier

N° Vol Date (UTC) Modèle Base de lancement Orbite Charge utile Nature Commentaire
1 A 1.2 PP Plessetsk Vol suborbital Maquette de charge utile Premier vol de qualification dans une configuraton atypique de l'A 1.2. Succès.
2 A5/Briz-M Plessetsk Orbite géostationnaire Équipement de test Deuxième vol de qualification avec une A 5 en configuration standard. Succès
Vols programmés
3 2ème semestre 2019 A5/Briz-M Plessetsk Orbite géostationnaire Charte utile non définie Troisième et dernier vol de qualification.

Les lanceurs dérivés de l'AngaraModifier

Le Korea Space Launch VehicleModifier

Le Korea Space Launch Vehicle-1 est un lanceur sud-coréen bi-étages développé avec l'aide de la Russie et dont le premier étage est basé sur celui de la fusée Angara mais avec des performances moins élevées. Il est propulsé par un moteur russe RD-151 doté de quatre chambres de combustion qui développe une poussée de 167 tonnes. Deux lancements ont eu lieu en août 2009 et juin 2010. Ce véhicule a réalisé son premier vol le 25 août 2009, sans succès, alors que le premier étage a fonctionné correctement. Le second lancement a eu lieu le 10 juin 2010, aboutissant à un echec du fait de la perte du contact avec la fusée 136 s après son décollage, sans qu'il apparaisse de consensus sur les causes de la défaillance [17] À chaque fois le lanceur n'est pas parvenu à placer sa charge en orbite mais le premier étage a dans les deux cas été mis hors de cause. Le troisième vol, le 10 janvier 2013 fut un succès et atteint son orbite. Ce lanceur doit être remplacé par la suite par une fusée de construction sud-coréenne.

Autres versions proposéesModifier

Le lanceur partiellement réutilisable BaïkalModifier

 
maquette du lanceur lors du salon du Bourget en 2001.

En 2001, Krounitchev a proposé de développer une version réutilisable du premier étage de son lanceur Baïkal. Après son largage par le lanceur à une altitude 75 km, une aile située sur le flanc du réservoir pivote de 90° et l'étage entame la descente vers un aéroport. L'étage est transformé en avion grâce à un moteur à réaction placé dans la partie supérieure de l'étage qui puise le kérosène dans le réservoir utilisé par la fusée durant son ascension. La prise d'air est située à l'extrémité de l'étage et les gaz brulés sont rejetés via une sortie faisant saillie sur le flanc de l'étage. Le projet qui avait donné lieu à la construction de maquettes à l'échelle et d'essais dans des souffleries est tombé en sommeil ,même si les ingénieurs de Krounitchev l'évoquaient en 2008 comme une évolution future du lanceur. Le 4 juin 2018 le Fund for Prospective Research en collaboration avec Roskosmos et l'United Aviation Developpement Corporation ont annoncé que le concept etait retenu pour le développement d'un nouveau lanceur léger réutilisable [18].

L'Angara 100Modifier

En 2005 le constructeur a proposé une nouvelle version de la famille Angara baptisé Angara-100 permettant de placer 100 tonnes en orbite basse. Cette proposition était une réponse à la relance du projet de programme spatial habité américain vers la Lune annoncé par la Vision for Space Exploration du président Georges Bush[19].

Notes et référencesModifier

  • Serguei Grichkov, Laurent de Angelis, Guide des lanceurs spatiaux : Mise à jour de 2000, Thessier & Ashpool, (ISBN 2909467031)
  1. a et b (en) Nicolas Pillet, « Angara : Définition du projet », sur Kosmonavtika (consulté le 12 aout 2019)
  2. a b c d e et f (de) Bernd Leitenberger, « Angara » (consulté le 11 juin 2010)
  3. a et b (en) Anatoly Zak, « Angara is born in the wreckage of USSR », sur RussianSpaceWeb (consulté le 11 aout 2019)
  4. a et b (en) Anatoly Zak, « Building Angara », sur RussianSpaceWeb (consulté le 13 aout 2019)
  5. a b et c (en) Anatoly Zak, « Angara », sur Russianspaceweb.com,
  6. a b et c Guide des lanceurs spatiaux, p. 15
  7. a b c et d (en)Guide des lanceurs spatiaux, p. 16
  8. a et b (en) The Angara 7 Rocket Russianspaceweb.com
  9. (en) Anatoly Zak, « Angara », sur Russianspaceweb.com (consulté le 26 décembre 2014)
  10. (en) Declarations from Anatoly Bashlakov about the first launches of Angara rockets (en russe)
  11. (en) Flight tests of Angara are planned during the years 2010-2011 (en russe)
  12. (en) William Graham, « Angara rocket launches on maiden flight », sur NASA Spaceflight.com,
  13. (en) Anatoly Zak, « Angara completes its maiden mission », sur RussianSpaceWeb (consulté le 14 aout 2019)
  14. (en) Anatoly Zak, « Angara-5 takes to the sky », sur RussianSpaceWeb (consulté le 14 aout 2019)
  15. (en) Anatoly Zak, « Second mission of the Angara-5 rocket », sur RussianSpaceWeb (consulté le 14 aout 2019)
  16. Stefan Barensky, « Les rivaux d'Ariane 6 », Air & Cosmos, no 2433,‎ , p. 14
  17. Probe into failed launch, KBS World
  18. (en) Anatoly Zak, « Baïkal », sur Russianspaceweb.com,
  19. (en) Anatoly Zak, « Angara 100 », sur Russianspaceweb.com,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

  • Proton, le lanceur lourd remplacé par la famille Angara.
  • Rus-M, l'autre famille de lanceurs russes en cours de développement.
  • Korea Space Launch Vehicle, le lanceur sud-coréen dont le premier étage dérive de celui de l'Angara.
  • RD-181.

Liens externesModifier

VidéosModifier

Préparation du lancement de l'A5.
Décollage de l'Angara A5.