Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voznessenski.
Andreï Voznessenski
Description de cette image, également commentée ci-après
Andreï A. Voznessenski en 2008
Naissance
Moscou, RSFS de Russie, URSS
Décès (à 77 ans)
Moscou, Russie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Russe

Andreï Andreïevitch Voznessenski (en russe : Андрей Андреевич Вознесенский) est un poète soviétique puis russe né le à Moscou et mort le .

En 1978, il reçoit le prix d'État de l'URSS, la récompense la plus prestigieuse de l'Union soviétique.

Sommaire

BiographieModifier

À l'âge de 14 ans, Andreï Voznessenski envoie ses poésies à Boris Pasternak qui le reçoit et qui devient son mentor. Toutefois, son maître et poète préféré est Vladimir Maïakovski. Il est introduit dans les cercles culturels moscovites[1].

Tout en poursuivant sa carrière de poète il suit des études à l'Institut d'architecture de Moscou dont il sort diplômé en 1957.

Au début des années 1960, Voznessenski s'affronte à Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du Parti lors d'une réunion sur la culture au Kremlin. Critiqué pour des « positions antiparti » et « antisoviétiques », Voznessenski est hué par une partie de la salle remplie d'apparatchiks. Il rencontre sa seconde femme Zoïa Bogouslavaskaïa lors du buffet. Il se cache pendant près d'une année. Dans ses mémoires post-soviétiques, Voznessenski déclare ne pas en vouloir à Khrouchtchev qui a « rendu des hommes à la liberté[1]

En 1978, son recueil Maître verrier (Витражных дел мастер) est récompensé par le prix d'État de l'URSS.

Il apparait (caméo) dans le film Moscou ne croit pas aux larmes de Vladimir Menchov en 1979.

RecueilsModifier

  • Les Anti-mondes, 1964
  • La Poire triangulaire, 1962

RéférenceModifier

  1. a et b Au vent virtuel, A. Voznesseneski, Imaginaire du monde, Éditions Caractères, 2005.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier