Ouvrir le menu principal

André Taymans

dessinateur de bandes dessinées
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taymans.
André Taymans
André Taymans.jpg
André Taymans
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
Nationalité
Activité

André Taymans, né le , est un dessinateur et un scénariste de bande dessinée belge.

Selon Patrick Gaumer, Taymans est un auteur qui, grâce à sa capacité à s'adapter à de multiples genres, « s’affirme comme l’un des principaux représentants de la bande dessinée belge contemporaine[1]. »

Il est surtout connu pour être l'auteur de la série semi-réaliste Caroline Baldwin, publiée entre 1996 et 2012 par Casterman, puis, depuis 2016, aux Éditions Paquet.

Sommaire

CarrièreModifier

BD jeunesse puis succès (années 1990)Modifier

Après des études de bande dessinée à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles et des voyages à travers le monde, André Taymans publie chez plusieurs éditeurs (Lefrancq, Alpen-Humanos, Le Lombard, Dupuis, Bayard…).

Au début des années 1990, il dessine, aux éditions Casterman, deux séries pour la jeunesse : Les Aventures de Charlotte, qui imagine les aventures d'une jeune fille de douze ans en Indochine, sur un scénario de Rudi Miel ; puis, à destination des plus petits, Bouchon le petit cochon, écrit par Jean-François Di Giorgio.

Ces deux séries s'arrêtent en 1997, quand Taymans se consacre à sa première héroïne adulte, apparue pour un an plus tôt dans les pages du magazine (À suivre). Il est le scénariste et le dessinateur de cette série, nommée Caroline Baldwin, dont l'action se situe dans une Amérique réaliste et violente. Il s'agira de son plus gros succès.

Diversification (1999-2005)Modifier

 
Mur Caroline Baldwin à Bruxelles.

Parallèlement, il participe à différents projets collectifs, mais tente aussi de lancer de nouvelles séries, avec des héroïnes trentenaires : entre 1999 et 2002 sont publiés par Glénat les trois tomes de L'Agence Aphrodite, série d'enquêtes à la Agatha Christie situé durant les années 30. Les scénarios sont assurés par Corine Jamar ; toujours en 1999, il créé dans les pages de la revue Okapi la série Les Tribulations de Roxane. Mais un seul album, intitulé La Traque, est édité en 2000 par un indépendant.

La même année, pour Casterman, Taymans entame une collaboration avec le romancier Patrick Delperdange (Prix Rossel 2005). Il dessine d'abord les deux tomes de la série d'aventure Mac Namara (2000-2001). Puis en 2002, il publie Assassine, dans la collection « Romans » des éditions Casterman. Cet album obtient le grand prix du dessin de la Chambre belge des experts en bande dessinée[2]. Enfin, cette même année, il illustre Toison d’Or, un roman érotique de Patrick Delperdange, dans la collection l’Index des éditions JVDH.

Parallèlement, à la demande des éditions Hachette, il redessine l’intégralité des couvertures des Six Compagnons, une série de romans pour la jeunesse de la Bibliothèque verte.

Entre 2004 et 2005, il donne une nouvelle "petite soeur" à Caroline Baldwin, nommée Coralie Lavallée. En trois tomes de La Fugitive, dessinés par Éric Lenaerts et publiés par Casterman, il raconte les aventures de cette pianiste américaine d'origine créole.

Reprises et adaptations (2006-2013)Modifier

En 2006, il termine pour les éditions Casterman une aventure inachevée du journaliste Guy Lefranc, datant de 1955. La sortie de cet album, intitulé Le Maître de l’Atome, coïncide avec les soixante ans de carrière de son créateur, Jacques Martin. (Il se prêtera de nouveau à l'exercice en 2010, pour le tome 21, écrit par Patrick Delperdange.)

Parallèlement, pour les éditions Flouzemaker, il relance un classique de la bande dessinée belge, Sibylline, la petite souris créée 50 ans plus tôt par Raymond Macherot. Il participe à l'élaboration de cinq albums, sortis jusqu'en 2009.

Cette même année, chez le même éditeur, il signe seul le roman graphique Ban Manis, retraçant et fictionnalisant l'histoire d'une jeune anthropologue suisse disparue dans l'Himalaya.

En 2013, il essuie l'échec d'une adaptation cinématographique de Caroline Baldwin, arrêtée alors que 30 minutes du film ont été tournées à Bangkok[3].

Directeur éditorial chez Paquet (depuis 2014)Modifier

En 2014, il rejoint le Groupe Paquet et lance avec Pierre Paquet Place du Sablon, maison d'édition spécialisée dans les rééditions patrimoniales (Sydney Bruce, Petzi, Bob et Bobette, etc.). Il y relance en 2016 sa série avortée Les Tribulations de Roxane, avec une nouvelle aventure intitulée La Main de Pangboche, réalisée en couleurs directes[4].

Il réédite Les aventures de Charlotte sous la forme d'une intégrale regroupant les quatre premiers albums.

En 2017, il revient aux histoires vraies pour co-dessiner L'Oiseau Blanc avec Erwin Drèze, sur un scénario de Pascal Bresson.

La même année, il publie le dix-septième tome de Caroline Baldwin chez Paquet. L'auteur, insatisfait du traitement réservé à sa série par Casterman, a en effet quitté l'éditeur belge, à qui il rachète aussi les droits des seize premiers albums. À partir de 2016, Paquet réédite ainsi dans une édition grand format l'intégralité de la série[5].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier