Ouvrir le menu principal

Le Maître de l'atome
17e album de la série Lefranc
Dans cet album, les aventures de Lefranc débutent à Genève
Dans cet album, les aventures de Lefranc débutent à Genève

Auteur Jacques Martin
Scénario Michel Jacquemart
Dessin André Taymans
Erwin Drèze
Couleurs Bruno Wesel
Assistant Thierry Cayman (décors)
Genre(s) Franco-belge
Thriller

Thèmes Menace nucléaire
Personnages principaux Guy Lefranc
Lieu de l’action Suisse, France, Algérie
Époque de l’action Années 1950

Pays France
Langue originale française
Éditeur Casterman
Première publication 2006
ISBN 2-203-31418-4
Nb. de pages 48
Albums de la série Lefranc

Le Maître de l'atome est le dix-septième tome de la série Lefranc écrit par Michel Jacquemart et dessiné par André Taymans et Erwin Drèze, édité en 2006 par Casterman.

Sommaire

SynopsisModifier

Le journaliste Guy Lefranc est en Suisse à Genève. Il doit couvrir une conférence internationale sur le maintien de la paix liée à la lutte contre la prolifération des armes nucléaires. la visite d'un homme se déclarant avocat lui annonce alors la mort du professeur Rovic, un savant atomiste réputé. Avant de disparaître, ce scientifique aurait tenté de joindre le journaliste et lui aurait même envoyée une lettre recommandée.

Effectivement, le lendemain, Lefranc reçoit en effet le courrier de Rovic, dans lequel se trouve la photo d’une ogive nucléaire, avec l'indication d'une date et d'un lieu pour un rendez-vous. L’ogive est du même type que celles que projetait d’envoyer le sinistre Axel Borg sur Paris dans un épisode précédent (La grande menace). Un peu plus tard Lefranc est attaqué par deux hommes lors d'un guet-apens assez confus durant lequel la photo lui est dérobée. Lefranc cherche alors à en savoir plus sur les recherches de Rovic au moment de sa mort, en se rendant sur le lieu de son travail et de ses recherches. Le journaliste n'est pas au bout de ses surprises [1].

PersonnagesModifier

GenèseModifier

Il s'agit du 17e album de la bande dessinée, dénommée « Lefranc » écrit par Michel Jacquemart et dessiné par André Taymans et Erwin Drèze, édité en 2006 par Casterman.

Il s'agit d'un album particulier, imaginé en 1954 par son auteur, Jacques Martin, mais dont la parution fut bloquée par Hergé, auteur d'une bande dessinée à l'histoire similaire dénommée L'Affaire Tournesol et qui refusa donc sa publication à cette époque dans le journal de Tintin. Cette BD ne fut donc publiée (avec modifications), directement en album, qu'après la mort de son auteur[2].

RemarquesModifier

  • La planche 2 est encrée par Jacques Martin.
  • Les planches 4,5 et 6 ont été encrées à partir d'un crayonné de Jacques Martin

Notes et référencesModifier