Main de Pangboche

supposée main de yéti trouvée au Népal

La main de Pangboche ou main de Pangbotchi est un artéfact provenant du monastère bouddhiste de Pangbotchi, situé dans le massif de l'Himalaya, au Népal.

Main de Pangboche
La main de Pangbotchi en 1961.
Présentation
Type

Les partisans de son authenticité ont longtemps soutenu que la main (et le scalp qui l'accompagnait) proviendrait d'un yéti, un animal scientifiquement non reconnu, censé vivre dans les montagnes de ce massif. Après un retrait, puis une restitution assez rocambolesque, un os d'un doigt de la main a été testé et l'ADN s'est révélé être humain.

À la suite d'un vol survenu avant le début des années 1990, l'ensemble des reliques ont été remplacées par des accessoires de cinéma.

Histoire

modifier
 
Le village de Pangboche (Pangbotchi).

Pangboche (en népalais Pangbotchi) est une localité située en haute altitude de la commune de Khumjunga, au Népal, et dans laquelle se trouve un temple abritant une relique (une main et le sommet d'un crâne) attribuée au Yéti selon une légende locale.

 
James Stewart et sa seconde épouse Gloria Hatrick McLean, lors de leur mariage en 1949.

Un de ses doigts fut plus ou moins négocié et habilement remplacé par un faux en 1959 par l'explorateur et alpiniste irlandais Peter C. Byrne (en)[1], à la demande d'un primatologue du Royal College of Surgeons et de l'homme d'affaires et cryptozoologue Tom Slick (en), fondateur du Southwest Research Institute (SwRI). Le doigt fut exporté par Byrne hors de l'Inde grâce à l'aide active de l'acteur américain James Stewart, alors en voyage dans ce pays, qui le cacha dans la valise de sa femme, née Gloria Hatrick McLean (en) (dont il fut le second époux). L’acteur a confirmé par une lettre manuscrite envoyée à Loreen Coleman, auteur de la biographie de Tom Slick, que cette histoire était authentique[2]. Ce fait est relaté par l'historienne de l'art Marie-Ève Sténuit dans son livre Faux trésors et impostures, paru aux éditions du Trésor en 2022[3].

Après examen, les scientifiques auraient conclu que le doigt serait très proche de celui des hommes de Néandertal. Bernard Heuvelmans pensait que la main provenait d'un homme (ou d'un hominidé) et non d'un yéti. Le vol (ou emprunt) rocambolesque de la main de Pangboche fut redécouvert en 1989, par la cryptozoologue Loren Coleman (en) qui étudiait les archives de Tom Slick dans le but d'écrire sa biographie[4].

Dans les années 1990, peu de temps après la diffusion sur une chaîne américaine d’un documentaire sur les reliques du « yéti », le reste de la main et le scalp ont disparu du monastère. Une équipe de Néo-Zélandais attristés par les difficultés financières du monastère suite à ce vol ont demandé à la société Wētā Workshops, spécialisée dans les effets spéciaux pour le cinéma, de fabriquer des copies. Ces copies de la main et du haut du crâne ont été offertes au monastère de Pangboche en 2011[5].

Le 27 décembre 2011, il a été annoncé qu'un doigt appartenant à la main contenait de l'ADN humain, suite à des tests effectués à Édimbourg. Le Dr. Rob Ogden a commenté : « Nous avons obtenu une correspondance très, très forte avec un certain nombre de séquences de référence existantes dans les bases de données d'ADN humain... Nous nous attendions à de l'humain et c'est ce que nous avons trouvé »[6],[7].

Dans la culture

modifier

Références

modifier
  1. (en) « Saga of the Yeti », sur atlasobscura.com.
  2. David Ramasseul, « Quand les Etats-Unis interdisaient la chasse au Yéti », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  3. « Les plus belles fraudes et impostures », sur radiofrance.fr, .
  4. Livre Tom Slick True Life Encounters in Cryptozoology de Loren Coleman, Linden Publishing Company, Incorporated 2002.
  5. Arnaud P, «  Everest, des accessoires de cinéma en guise de relique du yéti », sur altitude.news.
  6. Matthew Hill, « Tracing the origins of a 'yeti's finger' », BBC, BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Yeti finger mystery solved by Edinburgh scientists », sur BBC, BBC News, (consulté le )
  8. « Album La Main de Pagnboche », sur bdfugue.com.

Annexes

modifier

Articles connexes

modifier

Bibliographie

modifier

Liens externes

modifier