André Méric

personnalité politique française

André Méric
Illustration.
Fonctions
Secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants et des Victimes de Guerre

(2 ans, 10 mois et 17 jours)
Président François Mitterrand
Premier ministre Michel Rocard
Gouvernement Rocard II
Prédécesseur Jacques Mellick
Successeur Louis Mexandeau
Sénateur 1948-1988
Gouvernement IVe République
Ve République
Groupe politique Parti socialiste (France)
Maire de Calmont

(38 ans)
Successeur Christian Portet
Conseiller général de la Haute-Garonne

(43 ans)
Circonscription Canton de Nailloux
Prédécesseur Henri Auriol
Successeur Georges Méric
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Toulouse
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Calmont
Parti politique Parti socialiste (France)
Enfants Georges Méric
Profession Agent comptable
Résidence Haute-Garonne

André Méric est un homme politique français né le à Toulouse (Haute-Garonne) et décédé le à Calmont (Haute-Garonne) des suites d'un accident de voiture.

BiographieModifier

André Méric en 1913 à Toulouse, militant socialiste dès l'âge de 15 ans. Il s'engage dans la guerre d'Espagne. Appelé à combattre pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la Résistance, il est arrêté et déporté à Rava Rouska en Ukraine.

Il adhère à la SFIO et est élu en 1945 conseiller général du canton de Nailloux, mandat pour lequel il sera réélu jusqu'en 1988. Il est également élu maire de Calmont en 1955, poste qu'il conservera jusqu'à sa mort. Lors des élections sénatoriales de 1948, il est élu Sénateur de la Haute-Garonne.

Il devient en 1956, vice-président du Conseil de la République. Élu vice-président du Sénat de 1958 à 1980, il en exerce la Présidence pendant que Alain Poher exerce la présidence de la République par intérim. En tant que doyen des élus socialistes au Sénat, il devient Président du Groupe socialiste de 1980 à 1988.

Le , il devient Secrétaire d'état chargé des Anciens combattants et des Victimes de guerre dans le deuxième gouvernement de Michel Rocard, il n'est pas reconduit dans le gouvernement Édith Cresson en 1991.

Il fut aussi très investi au niveau local, en présidant le syndicat des adductions d'eau des coteaux Hers-Ariège à partir de 1954 et le syndicat d'irrigation de la basse vallée de l'Ariège depuis 1967. En 1971, il prend la présidence du Syndicat départemental d'électricité de la Haute-Garonne qu'il conservera jusqu'à son décès (Pierre Izard lui succèdera).

Il trouve la mort le dans un accident de voiture en se rendant à une fête organisée par ses administrés pour son quatre-vingtième anniversaire à Calmont. Son fils, Georges Méric, lui succède comme conseiller général dans le canton de Nailloux en 1988, puis devient président (parti socialiste) du conseil départemental en 2015[1].

MandatsModifier

  • Sénateur socialiste de Haute-Garonne de 1948 à 1988
  • Vice-président du Sénat en 1956 et de 1958 à 1980
  • Secrétaire d'État aux Anciens combattants du au
  • Conseiller général du Canton de Nailloux de 1945 à 1988
  • Maire de Calmont de 1955 à 1993
  • Président du SDEHG de 1971 à 1993.


DécorationModifier

André Méric était chevalier de la Légion d'honneur.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier