André Bloch (SOE)

agent français du SOE

André Bloch (-) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent français du Special Operations Executive, section F, qui fut envoyé en 1941 comme opérateur radio en France occupée. Arrêté par les Allemands, il fut exécuté au mont Valérien, ce qui en fait la première victime parmi les 104 agents de la section F honorés au mémorial de Valençay.

Éléments biographiques, en 1941Modifier

André Georges Bloch naît le à Paris 10e. Avant guerre, il est clerc de notaire à Montbéliard[1].

1941

  • Nuit du 6 au . Après plusieurs tentatives début août reportées à cause de la météo, il est parachuté d’un bombardier Whitley, avec cinq autres agents : Benjamin Cowburn « Benoît », Victor Gerson « Vic », George Langelaan « George Langdon », Jean du Puy « Denis », Michael Trotobas « Sylvestre », à Tendu, au nord d’Argenton-sur-Creuse. Comité de réception : Georges Bégué, Max Hymans « Frédéric » et Auguste Chantraine, le maire de Tendu. Il sera opérateur radio en zone occupée pour le réseau AUTOGIRO de Pierre de Vomécourt « Lucas ».
  • Vers le . Il arrive à Paris. Il est alors le seul opérateur radio du SOE en activité en zone occupée.
  • Octobre. Un visiteur curieux, entré un jour inopinément chez lui, a pu apercevoir le poste. Il se déplace au Mans, grâce à l'aide de Pierre de Vomécourt qui y contrôle un groupe de résistance. Il organise un petit parachutage de matériel de sabotage dans la Sarthe, qui fournit à AUTOGIRO le début d'un bon stock[2].
  • Novembre. Le 12, il émet son dernier message reçu à Londres. C'est probablement le lendemain que les Allemands viennent l'arrêter chez lui[3]. Ils poussent des hurlements de joie en découvrant son poste de radio : croyant arrêter seulement un Juif, ils sont tombés sur un opérateur radio[4]. Pendant quelque temps, les réseaux de la section F, qui n’ont alors que six mois d’existence, vont alors rester sans liaison radio avec Londres[5].
  • Il est interrogé et torturé.

1942.

  • Février. Il est fusillé, sans avoir parlé, le , au Mont-Valérien[6]. Il a 27 ans.

ReconnaissanceModifier

DistinctionsModifier

MonumentsModifier

IdentitésModifier

  • État civil : André Georges Bloch
  • Comme agent du SOE, section F
    • Enregistré sous le nom : Alan George Boyd.
    • Nom de guerre : « Georges IX ».
    • Nom de code opérationnel : DRAFTSMAN.
    • Fausse identité : André Jean Bernard ; 1,77 m ; cheveux châtain ; yeux verts.

Situation militaire :

  • Royaume-Uni : General List ; grade : lieutenant ; matricule : 184314.
  • France : nommé lieutenant à titre posthume, pour prendre rang le [8].

FamilleModifier

  • Son père : Edmond Bloch.
  • Sa mère : Suzanne Rosalie Lipmann.

AnnexesModifier

NotesModifier

  1. Domicile : 31, place Denfert, Montbéliard.
  2. Source : M.R.D. Foot.
  3. Deux explications ont été données sur les causes de son arrestation :
    • Version 1. Il est dénoncé par un voisin comme Juif [Source : Marcel Ruby, exposé de Pierre de Vomécourt.]
    • Version 2. Le repérage goniométrique de la Gestapo se rapprochait de lui. Il émettait chaque fois trop longtemps, et trop souvent du même endroit. [Source : Foot]
  4. Source : Marcel Ruby, exposé de Pierre de Vomécourt
  5. C'est en cherchant à rétablir cette liaison que Pierre de Vomécourt « Lucas », à la fin de l'année 1941, entrera en relation avec Mathilde Carré, point de départ de l'affaire de la Chatte.
  6. Source : SFRoH.
  7. Décision du ministre des Anciens combattants du
  8. Décret du , paru au JO du , article 1453.

Sources et liens externesModifier

  • Fiche Alan George Boyd (vrai nom : André Georges Bloch) : voir le site Special Forces Roll of Honour
  • Marcel Ruby, La Guerre secrète. Les Réseaux Buckmaster, France Empire, 1985. Cf. p. 51-52.
  • Benjamin Cowburn, Sans cape ni épée, Gallimard, 1958.
  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / EAN 13 : 9782847343298. Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version officielle britannique des événements.
  • Dossier personnel, National Archives, Kew : cote HS 9/195/4.
  • Dossier personnel, Service historique de la Défense (SHD, Vincennes) : cote GR 16 p. 64854.