Ana Kalandadze

poétesse géorgienne
Ana Kalandadze
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Tbilissi (Géorgie)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
ანა კალანდაძეVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Géorgienne (depuis )
Soviétique (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Conjoint
Shalva Mchedlishvili (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée
Ordre de l'Insigne d'honneur
Prix Galaktion (d)
State Prize of Georgia (d)
Shota Rustaveli State Prize (en)
Ordre d'honneur (en)
Prix Saba (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Phantheon746.jpg
Vue de la sépulture.

Ana Kalandadze (géorgien : ანა კალანდაძე ) ( - ) est une poétesse géorgienne.

BiographieModifier

 
Khidistavi - Maison natale d' Ana Kalandadze

Kalandadze est née dans le village de Khidistavi près de Tchokhataouri, en Gourie, au sud-ouest de la Géorgie. Elle est fille d'un scientifique et d'une enseignante[1]. Elle est diplômée de la faculté de philologie de l'université d'État de Tbilissi en 1946[2], se spécialisant en étude des langues du Caucase[1], et publie ses premiers poèmes la même année[3],[2], découverte et mise en avant par Simon Tchikovani[1]. En 1952, elle commence à travailler à l'institut de linguistique Arnold Tchikobava[2], où elle participe à l'élaboration du dictionnaire national géorgien[1].

Elle traduit également de nombreuses poésies russes et européennes[2]. Elle est membre de la commission permanente pour la langue géorgienne[2] et participe au conseil d'administration de l'Union des auteurs géorgiens, à partir de 1946[1], et du Conseil académique de l'institut de linguistique[2].

Elle publie six recueils de poèmes entre 1953 et 1985[1]. Elle est en parallèle active politiquement : elle est élue deux fois au conseil municipal de Tbilisi et trois fois au conseil des travailleurs de la ville[1].

Donald Rayfield commente à son sujet qu'elle a écrit environ 700 poèmes qui s'illustrent par leur approche stoïque de la vie, se rebellant très peu contre l'ordre des choses et n'offensant jamais le gouvernement soviétique[4].

Plusieurs de Kalandadze sur des thèmes patriotiques et romantiques ont été transformés en chansons populaires.

Elle meurt en 2008 des suites d' un accident vasculaire cérébral et a été enterrée au Panthéon de Mtatsminda[2].

PostéritéModifier

Les poèmes d'Ana Kalandadze ont été traduits notamment en russe , en anglais , en français , et en polonais, et ils ont été mis en musique au début des années cinquante par la compositrice Meri Davitashvili . Une initiative qui a été reprise, notamment par les artistes Givi Tsitsishvili, Tariel Bakradze, Jemal Beglarishvili, et Kakha Tsabadze.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g « K'alandadze, Ana (1924—) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  2. a b c d e f et g (en) « book.gov.ge | Author | KALANDADZE ANA », sur book.gov.ge (consulté le )
  3. Osborne et Tuite, « Ana Kalandadze and Lia Sturua: Two Contemporary Georgian Poets », Literary Review, vol. 30, no 1,‎ , p. 5–23 (lire en ligne)
  4. Donald Rayfield, The literature of Georgia : a history, Curzon Press, (ISBN 0-7007-1163-5 et 978-0-7007-1163-5, OCLC 45077926, lire en ligne)