Panthéon de Mtatsminda

Le Panthéon de Mtatsminda (en géorgien : მთაწმინდის პანთეონი) est le panthéon national géorgien. C'est un cimetière autour de l'église de Mama Daviti (Saint-David ou père David)[1] sur le versant du mont Mtatsminda (la Sainte Montagne[2]) à Tbilissi.

Panthéon de Mtatsminda
Image dans Infobox.
Adresse
Coordonnées
Identifiants
Find a Grave
Géolocalisation sur la carte : Géorgie
(Voir situation sur carte : Géorgie)
Point carte.svg
L'église Saint-David

HistoireModifier

Au XIXe siècle, c'est la nécropole réservée à l'aristocratie géorgienne. L'idée d'établir un panthéon apparaît en 1915 au moment de l'inhumation d'Akaki Tsereteli. Il est inauguré officiellement en 1929, à l'occasion du centenaire de la mort d'Alexandre Griboïedov. En 1930, le pouvoir soviétique en élimine les tombes des généraux et hauts fonctionnaires du régime impérial[3].

Après que la Géorgie retrouve son indépendance, un nouveau remaniement des sépultures a lieu. Les anciens bolcheviks sont exhumés et enterrés ailleurs, libérant la place aux dissidents et représentants du mouvement indépendantiste. Toutefois, la tombe de la mère de Josef Staline, Ekaterina Gueorguievna Gueladzé s'y trouve toujours[3].

Personnalités inhuméesModifier

Le panthéon abrite les tombes d'hommes et de femmes célèbres en Géorgie, particulièrement des écrivains et des personnalités politiques.

Écrivains et personnalités publiquesModifier

Écrivains de l'ère soviétiqueModifier

Écrivains contemporainsModifier

  • Ana Kalandadze (1924–2008), poétesse
  • Mukhran Machavariani (1929-2010), poète
  • Chabua Amirejibi (1921–2013), dissident et écrivain
  • Bachana Bregvadze (1936-2016), philosophe, écrivain et traducteur
  • Jansug Tcharkviani (1931-2017), poète et homme politique

ArtistesModifier

ÉruditsModifier

ScientifiquesModifier

Héros et personnalités politiquesModifier

  • Merab Kostava (1939–1989), poète, dissident et héros national
  • Kakoutsa Tcholokhachvili (1888–1930), héros national et opposant au régime soviétique (ses cendres sont transférées en 2005)
  • Zviad Gamsakhurdia (1939–1993), dissident et premier président élu du pays (ses cendres sont transférées en 2007)

MémoriauxModifier

Le , un mémorial signé de Nikoloz Maisuradze est inauguré pour honorer la mémoire de plusieurs personnalités victimes des Grandes Purges.

  • Sandro Akhmeteli (1886-1937), homme de théâtre
  • Dimitri Chevardnadze (1885-1937), peintre
  • Mikheil Djavakhichvili (1880-1937), écrivain
  • Vakhtang Kotetichvili (1893-1937), critique littéraire, folkloriste et sculpteur
  • Evgueni Mikeladze (1906-1937), chef d'orchestre
  • Titsian Tabidze (1895-1937), poète

Notes et référencesModifier

  1. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Petit Futé Géorgie, Paris, Nouvelles Editions de l'Université, , 385 p. (ISBN 978-2-7469-3546-4, lire en ligne)
  2. La Géorgie entre Perse et Europe, L'Harmattan, 2009, page 77
  3. a et b (en)Paul B. Rich, Crisis in the Caucasus: Russia, Georgia and the West, Routledge, (ISBN 978-0-4155-4429-0, lire en ligne)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier