American Enterprise Institute

L'American Enterprise Institute for Public Policy Research (AEI, « Institut de l'entreprise américaine pour la recherche sur les politiques publiques ») est un think tank politiquement néo-conservateur et économiquement néo-libérale fondé en 1943 avec la mission déclarée de soutenir les « fondements de la liberté — un gouvernement limité, l'entreprise privée, des institutions politiques et culturelles vitales, et une forte politique étrangère et de défense nationale ». Financé par des dons, il est interventionniste militairement et est réputé proche du patronat américain et du mouvement néoconservateur.

American Enterprise Institute
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaines d'activité
Siège social
Pays
Organisation
Chiffre d'affaires
75 066 910 dollar américain ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Identifiants
IRS

Gouvernance et objectifsModifier

L'institut est régi par la loi sur les organisations non lucratives, et ses fonds proviennent principalement de contributions individuelles, corporatives ou d'autres fondations. L'AEI a été l'un des architectes majeurs des politiques néo-conservatrices de l'administration Bush. L'institut a notamment défendu l'invasion de l'Irak et la politique sécuritaire de G.W. Bush »[1]. Plus de deux douzaines de membres de l'AEI ont soit fait partie de l'administration Bush, soit été nommés à l'une des nombreuses commissions gouvernementales.[réf. nécessaire] Il est souvent cité, aux côtés de l'Heritage Foundation, comme étant la contrepartie de droite du think tank démocrate Brookings Institution. Avec ce dernier, l'AEI a collaboré dans l'AEI-Brookings Joint Center de 1998 à 2008.

L'AEI attira l'attention nationale le , quand le secrétaire de la Fed Alan Greenspan s'adressa à l'institution en remarquant, quelques jours à peine avant la « correction boursière » de 2000, que Wall Street avait peut-être gonflé ses titres de manière significative, un effet attribué à ce que Greenspan appela l'« exubérance irrationnelle » des investisseurs[réf. nécessaire]. Ces commentaires déclenchèrent de longs débats.

L'American Enterprise Institute défend également des positons climatosceptiques et exerce un lobbying contre des lois liées à la protection de l’environnement[2].

MembresModifier

DonateursModifier

L'AEI a reçu plus des dizaines de millions de dollars de sources diverses, parmi lesquelles :

Notes et référencesModifier

  1. Juliette Grange (sous la direction de), La guerre des idées. Une analyse du néo-conservatisme dans ses expressions françaises depuis les années 2000, Golias,
  2. « Google a contribué au financement d’organisations climatosceptiques », Le Monde,

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier