Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Alix de Savoie (1166-1174)

Alix de Savoie, parfois prénommée Alice ou Agnès, est une princesse issue de la Maison de Savoie, fiancée à Jean d'Angleterre, mais qui mourut précocement, fille du comte Humbert III.

Alix de Savoie
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Naissance v. 1166
Décès
Père Humbert III de Savoie
Mère Clémence de Zähringen

Sommaire

Ascendance et naissanceModifier

Alix, nommée suivant certaines sources Alice[1], Agnès[2],[3] ou encore Adélaïde[4],[3] est la fille du comte Humbert III et de sa troisième femme Clémence de Zähringen[5].

La date de sa naissance est incertaine. Suivant les sources les plus récentes, elle serait née en 1166. Cependant, la date de mort de sa mère est très discutée (1163, 1167 ou 1173), ainsi que le rang d'Alix parmi les enfants du couple : elle est comptée comme aînée[4], seconde après Sophie, voire seule enfant du couple[1]. Lorsque l'historien Claudius Blanchard (1836-1900) affirme que Clémence de Zähringen serait morte en 1163, cela impliquerait qu'Alix soit née avant.

Fiançailles avec Jean sans TerreModifier

Quoi qu'il en soit, en 1173 (elle a donc entre huit et un peu plus de onze ans), elle est promise à Jean Sans Terre, fils du roi d'Angleterre[4],[6],[7],[2], dans un accord signé à Clermont-Ferrand. Ce traité, signé en présence notamment de l'archevêque Pierre de Tarentaise, stipule principalement que le comté de Savoie, plus 5 000 marcs, constituent la dot apportée par Alix[1]. À l'époque, et malgré ses trois mariages successifs, Humbert III n'a pas d'héritier mâle, qui puisse lui succéder selon la loi salique. Il est également prévu qu'en cas de décès de la jeune fille, c'est sa sœur cadette qui épousera Jean, apportant la même dot. Cette alliance avec l'Angleterre était principalement un moyen de lutte contre les visées expansionnistes du roi de France, Louis VII[4].

Ce traité prouve qu'Alix était l'aînée d'au moins deux filles. Il semblerait que les deux enfants (Jean sans Terre avait le même âge qu'Alix, étant né en 1166) se soient rencontrés au château de Montmayeur, qui est mentionné dans le traité comme faisant partie avec ses terres de la dot d'Alix[8],[9].

DécèsModifier

Mais deux évènements intervinrent qui brisèrent l'union de la Savoie et de l'Angleterre : le premier est la mort d'Alix, en 1173, avant la cérémonie de mariage[7],[4]. Cette mort n'est pas attestée par Claudius Blanchard, qui se fonde sur un écrit de Luigi Cibrario, affirmant qu'Alix aurait épousé Humbert de Genève et aurait été encore vivante en 1256[10]. Outre l'unicité de cette source, le fait est peu probable par la durée de vie supposée d'Alix (90 ans), et surtout par son mariage avec un homme de trente ans son cadet, Humbert de Genève étant né en 1195. De surcroît, la multiplication des variantes sur le prénom de la princesse accroît fortement le risque de confusion.

Le second est la mort de sa mère, survenu probablement à la même époque ; Claudius Blanchard raconte que cette perte conduisit le comte Humbert, bouleversé, à vouloir se retirer du monde et à se faire moine à l'Abbaye d'Hautecombe, où sa femme était enterrée[11], et qu'il fallut l'insistance de nombre de ses sujets pour le contraindre à se remarier avec Béatrice de Vienne[12],[13]. Cette dernière donne naissance à un héritier mâle, le futur Thomas Ier de Savoie.

Quoi qu'il en soit, la famille royale anglaise renonce au projet de mariage et Jean épouse Isabelle de Gloucester[4].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Claudius Blanchard, Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie : avec pièces justificatives inédites, Chambéry, F. Puthod, , 744 p. (lire en ligne).  
  • Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 271-276.  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. a, b et c Blanchard 1874, Deuxième partie, chapitre VI, p. 98 (lire en ligne).
  2. a et b Louis Moréri et Jean Le Clerc, Le grand dictionnaire historique : sur le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, t. 3, Paris, Halma, , 585 p. (lire en ligne), p. 183.
  3. a et b Nicolas Viton de Saint-Allais, Histoire chronologique généalogique et politique de la maison de Bade, Millet, 1807, 372 pages, p. 59, (lire en ligne).
  4. a, b, c, d, e et f Odile Bebin-Langrognet, De Savoie en Comté : Saint Pierre de Tarentaise, Paris, L'Harmattan, , 192 p. (ISBN 9782296478985, lire en ligne), p. 96.
  5. Palluel-Guillard, p. Humbert III.
  6. Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 25
  7. a et b Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie - La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe au début du XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X), p. 33.
  8. Chapier 2005, p. 271-276.
  9. Josiane Gentil & Guillaume Betemps, « Mieux connaître notre patrie : les tours des Montmayeur (province de Savoie Ducale) », sur http://notre.savoie.free.fr/, Ligue savoisienne, (consulté le 15 mars 2013).
  10. Blanchard 1874, Deuxième partie, chapitre VI, p. 99 (lire en ligne).
  11. Jean Prieur, Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5, lire en ligne), p. 82.
  12. Jehan d'Orieville, dit Cabaret (traduction de Daniel Chaubet), La Chronique de Savoye, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 297 p. (ISBN 978-2-90869-795-7, lire en ligne), p. 77-78.
  13. Blanchard 1874, « Prospérité croissante du monastère », p. 98 à 103(lire en ligne).