Ouvrir le menu principal
Jean Cabaret d'Orville
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Date et lieu inconnusVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
CabaretVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean Cabaret d'Orville ou Jean d'Orronville[1] — on trouve également les formes Dorieville, d'Orieville, d'Oronville, dit « Cabaret » — est un chroniqueur du XVe siècle, qui a raconté l'histoire du duc Louis II de Bourbon et fut l'historiographe du comte Amédée VIII de Savoie.

BiographieModifier

Jean d'Orville, dit Cabaret, est un Picard, peut-être originaire d'Orville, entre Amiens et Arras. Au cours de sa vie, il vécut dans l'entourage de plusieurs princes. Vers 1417-1419, il est au service d'Amédée VIII de Savoie et rédige en ancien français à sa demande la Chronique de Savoye[2], texte fondateur de la littérature historique savoyarde. Dix ans plus tard, il est en Bourbonnais et écrit la Chronique du bon duc Loys de Bourbon. Il travaille donc, sur commande, pour des princes qui veulent une glorification de leur dynastie.

ŒuvreModifier

La Chronique de SavoieModifier

  • Jean d'Orville dit Cabaret, La Chronique de Savoye, traduite en français moderne et présentée par Daniel Chaubet, La Fontaine de Siloé, 1995. (ISBN 2908697955)

Cabaret fait remonter les origines de la Savoie à un héros mythique, Bérold, censé être le neveu de l'empereur Othon III, et il achève son récit au début du XVe siècle, à l'époque d'Amédée VIII. Sa Chronique eut un grand succès et elle fut souvent imitée par la suite.

La Chronique du duc Louis II de BourbonModifier

  • Jehan Cabaret d'Orville, La chronique du bon duc Loys de Bourbon, publiée par Alphonse-Martial Chazaud, Paris, Renouard, 1876.

L'ouvrage, écrit en 1429, fut commandé par le petit-fils du duc, Charles de Bourbon, comte de Clermont, futur duc de Bourbon. Cabaret d'Orville le rédigea d'après les souvenirs et peut-être sous la dictée de Jean de Châteaumorand, un compagnon du duc[3].

L'œuvre exalte le duc Louis comme un modèle du bon prince, du bon chevalier et du bon chrétien.

La chronique fut publiée pour la première fois en 1612 par Jean Masson, archidiacre de Bayeux, frère de Papire Masson, d'après un manuscrit de la bibliothèque de son frère, qui venait de mourir[4].

Notes et référencesModifier

  1. La forme "Jean d'Orronville" est celle qui est retenue par le catalogue de la BNF. Dans le catalogues en ligne du site des archives départementales de Savoie et Haute-Savoie (sabaudia.org) on trouve les formes Jean d'Orville dit Cabaret ou Cabaret (Jean Dorieville dit).
  2. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie en images : images, récits, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 461 p. (ISBN 2-84206-347-3), p. 190-191.
  3. Jean de Châteaumorand était l'un des compagnons préférés de Louis II, qu'il suivit dans ses expéditions et voyages. Il mourut peu après, en novembre 1429.
  4. Histoire de la vie, faicts héroïques et voyages de très-valleureux prince Louys III [sic], duc de Bourbon,... en laquelle est comprins le discours des guerres des François contre les Anglois, Flamans, Affricains et autres nations, sous la conduite dudict duc, pendant les règnes de Jean, Charles cinquième et Charles sixième... imprimée sur le manuscrit trouvé en la bibliothèque de feu M. Papirius Masson Foresien, advocat en la Cour de Parlement, Paris, F. Huby, 1612, in-8°.

SourcesModifier

  • Raquel Homet, « Une conception politique nobiliaire au temps de la guerre de Cent Ans », Journal of Medieval History, 15, n° 4, 1989, pp. 309-327
  • Olivier Mattéoni, « Portrait du prince idéal et idéologie nobiliaire dans la Chronique du bon duc Loys de Bourbon (1429) », Studi francesi, 115 (1995).

Articles connexesModifier