Clémence de Zähringen

comtesse de Savoie au XIIe siècle

Clémence de Zähringen
Image illustrative de l’article Clémence de Zähringen
Tombeau de Clémence de Zähringen dans l'abbaye d'Hautecombe.

Titre Comtesse de Savoie
(1162-1162 - 1173)
Prédécesseur Gertrude d'Alsace-Flandre
Successeur Béatrice de Vienne
Biographie
Dynastie Zähringen
Este
Savoie
Naissance inconnue
Décès 1167 ou 1173
Père Conrad Ier de Zähringen
Mère Clémence de Luxembourg-Namur
Conjoint Humbert III de Savoie
Enfants Gertrude de Bavière, Sophie, Alix et Éléonore

Clémence de Zähringen, autrefois appelée Anne et surnommée Germaine à cause de ses origines germaniques[1], est une noble du XIIe siècle de la maison de Zähringen, passée par ses mariages à la maison d'Este puis aux Humbertiens.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Clémence est la sixième fille de Conrad Ier, comte de Zarhingen et duc de Bourgogne[2],[3], et de Clémence de Luxembourg-Namur. Elle a notamment pour frère Raoul de Zähringen, évêque de Mayence puis de Liège.

Premier mariageModifier

Elle épouse en 1147, Henri III de Saxe, futur Henri XII de Bavière, avec qui elle a une fille, Gertrude de Bavière, née en 1152 ou plus probablement 1155. Elle divorce d'avec lui en 1162.

Second mariageModifier

En secondes noces, elle se marie avec le comte de Savoie Humbert III, dont c'est le troisième mariage[2]. Sans descendance et chagriné, le comte se marie sous la pression de ses vassaux. Ils ont trois filles[2] :

Mort et sépultureModifier

Mais elle meurt prématurément, et est longuement pleurée de son mari. Elle est enterrée dans le cloître de l'Abbaye d'Hautecombe[2] (la tradition médiévale ne permet pas de sépulture dans l'enceinte de l'église), car son mari, qui ressentait un appel monastique très fort, aimait y prier et souhaitait se recueillir fréquemment sur sa tombe. C'est pour cette raison également qu'il choisit de se faire enterrer à côté d'elle, inaugurant ainsi Hautecombe en tant que nécropole de la Maison de Savoie[1]. Le comte se retire à Hautecombe, prenant l'habit des cisterciens[3].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Claudius Blanchard (Académie de Savoie), Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie avec pièces justificatives inédites, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, Tome 11 (1867), 744 pages, p. 98 (lire en ligne)
  2. a b c et d Palluel-Guillard, p. Humbert III.
  3. a et b Jean Prieur et Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-84206-465-5, lire en ligne), p. 82.