Alexander Popham

Alexander Popham
Colonel Alexander Popham, of Littlecote, Wiltshire, by Abraham Staphorst (circa 1638-1696).jpg
Colonel Alexander Popham, de Littlecote, Wiltshire, portrait vers 1660-5 par Abraham Staphorst
Fonctions
Membre du Parlement d'Angleterre
Membre du Parlement de 1661 à 1679
Member of the Third Protectorate Parliament
Membre du parlement d'Angleterre de 1642-1648
Membre du Parlement de la Convention
Membre du parlement d'Angleterre de 1640-1642
Bath (d)
Membre du premier Parlement du Protectorat
Membre du parlement d'Angleterre d'avril 1640
Bath (d)
Member of the 1648-53 Parliament
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Père
Francis Popham (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Ann Gardiner Dudley (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Letitia Carre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Francis Popham (d)
Essex Popham (d)
Anne Popham (d)
Letitia Popham (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Alexander Popham, de Littlecote , Wiltshire (1605-1669) était un homme politique anglais qui siégea à la Chambre des communes plusieurs fois entre 1640 et 1669. Il était le mécène du philosophe John Locke .

Armoiries de Popham : d'argent au chef de gueules coiffé de deux têtes de cerf

JeunesseModifier

Popham est né à Littlecote House dans le Wiltshire, fils de Sir Francis Popham et d'Anne Gardiner Dudley, et petit-fils de Sir John Popham et de son épouse Amy Games. Il fit ses études au Balliol College d'Oxford et fut admis au Middle Temple en 1622 [1].

AntebellumModifier

Popham était une figure éminente et juge de paix à Somerset. En , il fut élu député de Bath dans le Court Parlement. Il fut réélu député de Bath pour Long Parlement en [1].

Guerre civile et interrègneModifier

Popham venait d'une famille presbytérienne. Il soutint la cause parlementaire et combattit dans l'armée parlementaire avec le grade de colonel. Une garnison était alors stationnée à Littlecote House. En dépit de son presbytérianisme, ses sympathies allaient vers l'armée pendant la seconde guerre civile, et il survécut à la purge de Pride à la fin de 1648. Après l'exécution du roi Charles Ier et la fondation du Commonwealth, il siégea au Conseil d'État [1].

En 1654, il fut à nouveau élu député de Bath au Parlement du Premier Protectorat. Il fut élu député du Wiltshire dans le Deuxième Parlement du Protectorat et de Minehead au Troisième Parlement du Protectorat. Il n'a pas soutenu le protectorat et, bien qu'il ait siégé dans les parlements du protectorat, il refusa de s'asseoir dans l'autre chambre de Cromwell (1657-1658) [1].

RestaurationModifier

En , il fut à nouveau élu député de Bath au Parlement de la Convention. Après la restauration de la monarchie, il fit la paix avec Charles II et l'invita à dîner à Littlecote. Il fut réélu député de Bath en 1661 au Parlement Cavalier [1].

Mariage et enfantsModifier

Popham a épousé Letitia Carre, fille de William Carre de Ferniehurst, en Écosse, demi-frère de Robert Carre, favori du roi Jacques Ier. Par sa femme, il a eu huit enfants, dont:

FilsModifier

  • Sir Francis Popham (décédé le ), de Littlecote , Wiltshire, qui épousa Helena Rogers et eut pour enfants:
    • Alexander Popham, qui épousa Anne Montagu, fille de Ralph Montagu. Leur fille, Elizabeth (décédée le ), se maria d'abord avec Edward Montagu, vicomte Hinchingbrooke, et ensuite avec Francis Seymour, de Sherborne, dans le Dorset.
    • Letitia Popham (décédée en 1738), qui a épousé Sir Edward Seymour, 5e baronnet, le beau-fils de sa tante. Son fils était Edward Seymour, 8e duc de Somerset, qui avait hérité du duché de son sixième cousin, Algernon Seymour, décédé en 1750 sans enfants.

FillesModifier

  • Essex Popham, fille aînée, qui se maria le avec John Poulett et eut des enfants.
  • Letitia Popham (décédée le ), qui devint la deuxième épouse de Edward Seymour, de Berry Pomeroy dans le Devon.

Neveu sourdModifier

Il ne faut pas confondre cet Alexander Popham avec son neveu Alexander Popham, fils de son frère Edward Popham, qui est né sourd et à qui deux scientifiques, John Wallis et William Holder enseignèrent à parler. Il est considéré comme l’un des premiers cas de sourd de naissance qui apprit à parler.

RéférencesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier