Ouvrir le menu principal

Albert Johan de Sitter

personnalité politique hollandaise

Albert Johan de Sitter
Illustration.
Albert Johan de Sitter.
Fonctions
3e président de l'Assemblée nationale de la République batave

(16 jours)
Élection
Prédécesseur Pieter Leonard van de Kasteele
Successeur Jan Bernd Bicker
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Groningue
Date de décès (à 65 ans)
Lieu de décès Zuidbroek
Nationalité Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies (1743-1795)
Flag of the navy of the Batavian Republic.svg République batave (1795-1806)
Drapeau du Royaume de Hollande Royaume de Hollande (1806-1810)
First-dutch-flag.jpg Pays-Bas unis (1813-1814)
Parti politique Patriote
Religion Église réformée néerlandaise

Albert Johan de Sitter
Présidents de l'Assemblée nationale de la République batave

Albert Johan de Sitter, né le à Groningue et mort le à Zuidbroek, est un homme politique néerlandais.

BiographieModifier

Albert Johan de Sitter est issu d'une célèbre famille de régents de Groningue. Son père est Wolter Reinolt de Sitter, député aux États généraux des Provinces-Unies et son frère Willem de Sitter sera également député entre 1803 et 1805.

De Sitter s'inscrit comme étudiant en droit à l'université de Groningue en 1763 puis à celle de Leyde mais il n'obtient aucun diplôme. En 1767, il devient, par dérogation, intendant des tourbières de Groningue. Il est élu au vroedschap de la ville en 1781. Deux ans plus tard, il est nommé landdrost de l'Oldambt. La restauration orangiste de 1787 conduit à l'éviction de tous les patriote, dont De Sitter, qui reste sans occupation jusqu'à la Révolution batave de 1795.

En janvier 1795, alors que les troupes françaises de Pichegru poussent Guillaume V d'Orange à l'exil, Albert Johan de Sitter rentre au comité révolutionnaire de Groningue. Participant activement à la Révolution, il est élu à l'assemblée provisoire de la province de Groningue en janvier puis, le 18 février, il est nommé pensionnaire de la province. Le 20 mars, il est désigné représentant de Groningue aux États généraux. Après la signature du traité de La Haye le 16 mai 1795, il est envoyé à Paris comme ambassadeur extraordinaire. Son rôle a principalement consisté à apporter au Directoire français l'acte de ratification du traité par les États généraux et il rentre à La Haye dès juillet.

Au début de l'année 1796, il est élu député à la première Assemblée nationale batave par le district de Winschoten. Dès l'ouverture de la session le 1er mars, il est désigné secrétaire provisoire de l'assemblée puis en est élu président du 1er au 17 avril. Il est considéré comme l'un des chefs du parti fédéraliste et siège à la commission des Affaires étrangères. À partir du 16 décembre, il fait partie d'une commission chargée d'étudier la possibilité de réunir les dettes de toutes les provinces en une seule, ce que De Sitter refuse. Le projet de constitution retenu par la commission, adopté le 30 mai 1797, conserve les dettes provinciales. De Sitter est réélu à l'Assemblée nationale le 2 août, quelques jours avant le rejet par référendum de la constitution. Le 15 septembre, il est désigné pour siéger à la nouvelle commission chargée de rédiger une nouvelle constitution. Mais le 22 janvier 1798, le député radical Pieter Vreede fomente un coup d'État avec l'appui du général Daendels et des Français. Tous les opposants à une constitution unitaire sont exclus de l'Assemblée. Avec les autres chefs fédéralistes, Albert Johan de Sitter est emprisonné à la Huis ten Bosch, à La Haye. Il est libéré après le nouveau coup d'État de Daendels, le 12 juin 1798, qui chasse les unistaristes.

Il décide alors de se retirer de la vie politique. Il retrouve en 1803 son poste d'intendant de l'Oldambt et devient juge de paix du canton de Veendam de 1811 à sa mort.

BibliographieModifier

  • (nl) Abraham Jacob van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, vol. 17, Haarlem, J.J. van Brederode, (lire en ligne), p. 701-702
  • (nl) P.J. Blok et P.C. Molhuysen, Nieuw Nederlandsch biografisch woordenboek, vol. 9, Leyde, A.W. Sijthoff, (lire en ligne), p. 1247-1254
  • (en) Simon Schama, Patriots and Liberators : Revolution in the Netherlands 1780 - 1830, New York, Collins, , 745 p. (ISBN 0-00-216701-8)

Liens externesModifier