Geoffroy Grenonat c'est-à-dire le Moustachu, (mort à Quimper le ), comte de Rennes de 1066 à 1084.

BiographieModifier

Fils illégitime d’Alain III de Bretagne, il obtient le comté de Rennes à la mort de Conan II au détriment de l’héritière légitime Havoise de Bretagne mais sans doute avec l'appui de Berthe de Blois, la veuve de son père.

En 1075 il se joint à la révolte d’Éon Ier de Penthièvre contre Hoël de Cornouaille, l’époux d’Havoise. Geoffroi Grenonat est ensuite impliqué dans le conflit qui éclate à Dol-de-BretagneAlain III de Bretagne avait imposé comme archevêque le peu recommandable Juhel afin de contrôler l'ancien domaine des vicomtes d'Alet. Le peuple et le clergé de Dol mécontent et sans doute à l'incitation de la famille de Riwallon de Dol seigneur de Combourg chasse Juhel qui se réfugie à l'Abbaye du Mont-Saint-Michel d'où il mène des attaques contre Dol où Riwallon tente d'imposer son fils Gelduin comme archevêque. Guillaume II de Normandie profite de l'occasion pour intervenir et assiège Dol en septembre 1076. L'intervention armée du roi Philippe Ier de France, oblige le duc normand à se retirer. Et les Dolois reconnaissent l'autorité de Geoffroi Grenonat qui intervient les années suivantes à l'Abbaye-sous-Dol et dans le choix d'Even († 1081), abbé de Saint-Melaine de Rennes comme nouvel archevêque C'est sans doute à l'occasion de ce conflit que Geoffroi fait renforcer en 1077 le mur d’enceinte de la cité de Rennes.

Assiégé et pris dans Rennes par Alain Fergent dès le début de son règne, il est envoyé à Quimper où il meurt la même année 1084[1]. Selon Augustin du Paz, Geoffroi Grenonat aurait épousé Berthe, une fille de Riwallon de Dol, qui meurt religieuse un an après lui[2].

Notes et référencesModifier

  1. Chronique de Quimperlé MLXXXIV Gauffridus Comes Redonensis nothus in captione apud sanctum Courentium moritur XXV Octobris
  2. Augustin du Paz Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, enrichie des armes et blasons d'icelles avec l'histoire chronologique des Evesques de tous les diocèses de Bretagne, Nicolas Buon, Paris 1619 p. 500

SourcesModifier