Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Madinat al-Zahra.

Madinat al-Zâhira, « la ville resplendissante », fut la résidence cordouane d'Almanzor, vizir de Hicham II et de ses fils qui gouvernèrent le Califat de Cordoue de 978 à 1009. La ville construite à l'Est de Cordoue chercha à supplanter l'autorité du calife en créant une concurrente à Madinat al-Zahra, ville palatine du calife à l'Ouest de Cordoue. La ville est fortifiée en vue d'un soulèvement ou d'une attaque du Calife. Construite vers 975 porte en germe la guerre civile andalouse qui conduit à sa destruction en 1011, puis à la chute du Califat en 1031.

La ville n'a pas été retrouvée, même si des hypothèses sérieuses sur sa localisation ont émergé.

Sommaire

FondationModifier

Dès qu'il commença à gouverner au nom du calife Hichâm, en 978, al-Mansûr fit commencer la construction d'un palais magnifique un peu à l'est de Cordoue, sur le Guadalquivir. Il voulait à la fois afficher sa grandeur, garantir sa sécurité et se poser en rival du Calife[1]. D’après la tradition, les travaux, grandioses, progressèrent très vite et dès 981, il y était installé. Par son nom et par sa situation, le lieu était le pendant de Madînat al-Zahra, la résidence du calife à l'ouest de la capitale.

Almenzor prenant clairement le pouvoir sur le Calife, il construisit dans l'urgence un palais fortifié en prenant compte de ces risques. Le palais aurait été construit là où un présage indiquait que la ville qui serait construite sur ce lieu serait le centre de tout le pouvoir et perdrait la dynastie Omeyade[1]. D’après Laura Bariana, le palais était fortifié et l'essentiel des bâtiments administratifs étaient volontairement à l’extérieur de l'enceinte et qui abritait Al Manzor, ses valets, et ses troupes. La forteresse était de petite dimension[2].

Dans la biographie d'Almanzor, Laura Bariana parle d'une petite ville « une vraie forteresse avec des tours et des miradors » où on ne pouvait accéder que depuis la muraille opposée à Cordoue pour renforcer son image d'imprenabilité. À l'instar des ouvrages défensifs de cette époque, la cité ne possédait probablement qu'une porte à l'Est, la « porte de la Victoire » à laquelle Almanzor aurait fait suspendre la tête coupée de Galib, général qui s'était associé aux Castillans et aux Navarrais pour freiner la dérive autoritaire de celui qui était son allié[1]. Près de la porte se trouvait la mosquée qu'Almanzor a vainement essayé de faire considérer comme la principale de Cordoue en 981. La ville est décrite par les chroniques ultérieures comme d'un raffinement et d'une opulence supérieurs à Madinat al Zahra, faite de « de colonnes transparentes comme de l’eau et sveltes comme des cous de jeunes filles, des sièges de marbre blancs et luisants comme du camphre parfumé et des bassins avec des fontaines en forme de lions »[3].

Les dates données correspondent à celle de la tradition, se référant en général au chroniqueur et poète andalou Al-Fath ibn Khaqan, et repris par des auteurs médiévaux ultérieurs, mais elle est remise en cause par les études contemporaines qui avancent qu'Almansor aurait transformé des bâtiments existants[2].

PopulationModifier

Almanzor fit d'abord venir sa famille : épouses, enfants et parents proches avec tous leurs serviteurs mais il y avait aussi nombre d'ouvriers, d'artisans et d'artistes qui continuaient à œuvrer sur place. Comme le hâjib voulait faire du lieu le centre de son pouvoir, un grand nombre de fonctionnaires civils et religieux emménagèrent dans les environs pour profiter des privilèges immobiliers offerts par leur maître. La ville étant fortifiée, beaucoup de soldats y furent également encasernés. Des marchands attirés par cette richesse créèrent vite des bazars dans les environs immédiats de la résidence où l'on voyait encore des poètes par dizaines.

DestructionModifier

À la dynastie des Califes répondait une dynastie des Émirs, dirigée depuis Al Zahira par les fils d'Almanzor. Le pouvoir Omeyyade comprenait bien que pour reprendre le contrôle, il fallait s'attaquer à son bastion symbolique. Selon une chronique postérieure, Muhammad Al Mahdi ordonna le 15 février 1009 la destruction « de la cité, de faire tomber les murs, d'arracher les portes de démanteler ses palais et d'effacer ses traces »[4]. La ville fut envahie par le peuple cordouan. Absolument tous les biens meubles furent pillés tandis que les bâtiments, monuments, fontaines ou remparts étaient mis en pièces avec acharnement. Rien ne devait rester pour rappeler l'éphémère dynastie amiride ; tout fut rasé et abandonné dans ce qui sonne comme un prémisse de la guerre civile en al-Andalus (1011-1031).

Les chroniqueurs arabes parlent d'un pillage de 3 jours qui aurait permis de récupérer un trésor hallucinant : 1500000 pièces d'or, et 2100000 pièces d'argent, avant que le souverain n'ordonne la destruction complète et l'incendie des ruines du palais le 19 février 1009[5]. Par ailleurs, Ibn Hayyan indique qu'en 1023 un de ses préfets occupe Al Zahira, laissant penser que la ville n'a pas disparu aussi rapidement qu'indiqué par les chroniques, mais qu'elle a plutôt subi une lente ruine durant la guerre civile, comme son alter ego al Zahra[2].

LocalisationModifier

On sait que la cité fut construite à l'Est de Cordoue en remontant le Guadalquivir, de telle façon à ne laisser qu'une porte à l'Est et obliger une éventuelle révolte cordouane à contourner la moitié des murailles pour entrer dans la ville[6]. On sait également que la porte de Cordoue la plus proche est celle de Las Trabas (Bab al Sikal), et qu'al Zahira est sur un promontoire dominant le paysage alentour[2]. Un des arguments en faveur d'Almanzor lorsqu'il voulut faire considérer la mosquée dans Al zahira comme habilitée à faire le tagmǐ, en plus de la mosquée principale de Cordoue, a été la distance importante entre les deux mosquées. Cette distance fut alors évaluée à un parasange, soit 5.6km[2].

Aucune campagne de recherche officielle n'a été lancée, même si plusieurs hypothèses existent pour sa localisation, notamment autour de la position 37°52'42.9"N 4°44'40.9"W, sur la rive droite du fleuve, sur un terrain d'à peine 300m² où des artefacts du Califat de très grande qualité ont été découverts et conservés au musée de Cordoue, desservie par un grand nombre de chemins de cette époque, et où ont été localisés trois restes de ponts, quantité surprenante pour de simples champs[1]. La cité n'a pas été redécouverte[1]. D'autres zones ont été proposées, notamment le parc industriel Las Quemadas où ont été localisés une grande quantité de remblais contenant des matériaux de l'époque califale[4].

La seule pièce matérielle attribuée de façon certaine à Madinat Al Zahira est un évier de marbre brisé retrouvé à Séville et exposé au musée archéologique de Madrid et où est inscrit un texte indiquant qu'elle a été créée dans le palais de al-Zahira, par al-Mansur et qu'elle a été terminée en 987-988[5],[3].

Malgré l’extrême importance qu'occupe Al Zahira dans l'histoire d'Al Andalus, qui en rompant l'ordre établi provoque une guerre civile à l'origine de la chute du Califat, « les données exposées [...] manquent cependant de la consistance nécessaire pour qu'Al Zahira transcende sa dimension vague et abstraite pour se faire plus tangible[2] »

RéférencesModifier

  1. a b c d et e (es) Antonio Pita, « La ciudad árabe resplandeciente se oculta al lado del Guadalquivir », El Pais,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2019).
  2. a b c d e et f (es) Laura Bariani, « Al Madina al-Zahira segun el testimonio de las fuentes arabo-andalusies », dans II Congreso Internacional La Ciudad en al-Andalus y el Magreb, Fundación El legado andalusì, (lire en ligne), p.332.
  3. a et b https://www.yabiladi.com/articles/details/63554/cordoue-secrets-bien-gardes-arabes.html
  4. a et b (es) « El enigma de Medina Al-Zahira, la ciudad de Almanzor », sur blogspot.fr (consulté le 18 avril 2019).
  5. a et b (es) « Al - Madi Na Al-Zahira, la Ciudad de Almanzor », sur upm.es (consulté le 18 avril 2019).
  6. https://secretolivo.com/index.php/2012/09/18/alzahira-la-ciudad-resplandeciente/

Voir aussiModifier