Ouvrir le menu principal
Agostino Nifo
Nifo - In libris Aristotelis meteorologicis commentaria, 1547 - 4778434.tif
In libris Aristotelis meteorologicis commentaria, 1547
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maître
Nicoletto Vernia (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Agostino Nifo, en latin Augustinus Niphus, (vers 1473[1] peut-être à Sessa Aurunca (d'où son surnom Suessanus) - mort le 18 janvier 1538 peut-être à Salerne[2]) fut un philosophe scolastique italien de la Renaissance.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Sessa Aurunca (Terre de Labour, dans l'actuelle province de Caserte en Campanie), Agostino Nifo fut à Padoue l'élève de l'aristotélicien Nicoletto Vernia. Il professa avec un grand succès à Padoue (1492-1499), à Naples (1500-1513), à Rome, à Pise, à Salerne (1522-1531). Il commenta et édita Aristote en mêlant aux idées du philosophe grec celles d'Averroès dont il édita les oeuvres en 1496. Il enseigna aussi la médecine. Il fut nommé comte palatin en 1520.

A Naples, il a pour élève Gian Giacomo Adria (c.1485-1560)[3].

BibliographieModifier

Œuvres de NifoModifier

  • Liber de intellectu (1503).
  • De immortalitate animae (1521).
  • Opuscula moralia et politica (1645), parmi lesquels on remarque son traité De pulchro et amore (1535 ; trad. L. Boulègue : Du beau et de l'amour. De pulchro et amore, Les Belles Lettres, 2 t., CCXIV-416 p., 2003 ; LXXXVI-490 p., 2016).
  • Le livre de la solitude. De solitudine liber, édi. et trad. L. Boulègue, Les Belles Lettres, 2016, 256 p.

Études sur NifoModifier

  • G. Saïtta, Il pensiero italiano nell'Umanesimo e nel Renascimento, Florence, 1960-1961, t. II, p. 118-120.
  • W. A. Wallace, Causality and Scientific Explanation, Ann Arbor, t. I, 1972, p. 139-153.
  • Histoire de la philosophie, Gallimard, coll. "La Pléiade", 1973, p. 108-114.
  • Encyclopédie de la philosophie, Pochothèque, 2002, p. 1159-1160.

SourcesModifier

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Augustin Niphus » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource) Ennio de Bellis, "Il pensiero logico di Agostino Nifo", Introduzione di Giovanni Papuli, Congedo editore, 1997.

Notes et référencesModifier

  1. Si Bouillet (1878) donne 1473, Ennio De Bellis et Giovanni Papuli penchent pour 1469 (Il pensiero logico di Agostino Nifo, Congedo editore, 1997).
  2. bnf
  3. (it) Roberto Zapperi, « ADRIA, Gian Giacomo », dans Enciclopedia Treccani, Rome, Istituto dell'Enciclopedia Italiana (lire en ligne)

Liens externesModifier