Luigi Toro

peintre et patriote italien

Luigi Toro, né le à Sessa Aurunca et mort le , est un peintre et un patriote italien qui a peint des toiles historiques dans un style romantique.

Luigi Toro
Naissance
Décès
Nationalité
Italienne ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

BiographieModifier

 
Agostino Nifo à la Cour de Charles V
(huile sur toile, 285 × 396 cm).

Né dans une famille modeste, Luigi est orphelin de père dès son jeune âge[1]. En 1853, il fréquente l'Accademia di belle arti di Napoli où il étudie auprès de Giuseppe Mancinelli, Domenico Morelli et Bernardo Celentano[2]. De 1856 à 1859, il vit à Florence, où il fréquente le Caffè Michelangiolo et rencontre des peintres du mouvement des Macchiaioli. En 1857, il s'installe à Rome pour travailler sous la direction de Francesco Coghetti[3].

Il déménage à Paris, lorsqu'en 1859, il retourne en Italie pour rejoindre les chasseurs des Alpes dans les batailles contre les Autrichiens. En 1860, il rejoint l'expédition du général Enrico Cosenz pour rejoindre les forces de Garibaldi à Palerme. Il rejoint les Garibaldini dans les débarquements en Calabre, qui, plus tard, sont immortalisés dans les peintures représentant Avamposti de' primi 200 garibaldini sbarcati in Calabria and Garibaldini explorers in Calabria[4].

Après la Bataille de la Volturno le , il est promu officier de Nino Bixio. Avec l'unification italienne, il devient major de la Garde nationale et il contribue aux efforts de répression du brigandage dans le Sud.

 
La Mort de Pilade Bronzetti à Castel Morrone, 1885 (huile sur toile, 400 × 610 cm).

En 1870, il s'installe à Rome, où il ouvre un atelier au no 33 de la  Via Margutta[5]. En 1873 à l'Esposizione Internazionale de Vienne, il expose un Riposo di cacciatori (« Repos des Chasseurs »)[6]. En 1877, à l'Exposition Nationale de Naples, il expose Agostino Nifo à la Cour de Charles V. Il peint également La Mort de Pilade Bronzetti, à Castel Morrone, en mémoire d'un officier mort au combat lors de la bataille de Volturno[7],[8],[9] ; et Taddeo da Sessa au Conseil de Lyon défend l'Empereur Frédéric II[10],[11].

Notes et référencesModifier

  1. Mastrostefano, Maffei, Puccio, 2012, p. 25.
  2. Mastrostefano, Maffei, Puccio, 2012, p. 28-29.
  3. Borrelli 1921
  4. Mastrostefano, Maffei, Puccio, 2012, p. 35-36.
  5. Mastrostefano, Maffei, Puccio, 2012, p. 54.
  6. Mastrostefano, Maffei, Puccio, 2012, p. 57.
  7. La Mort de Pilade Bronzetti a été examiné par Gabriele D'Annunzio le 10 juillet 1885, dans le journal La Tribune de Rome, peinture donnée à la Reggia di Caserta, par Intesa Sanpaolo le 29 septembre 2017)
  8. Almerinda di Benedetto, Il Risorgimento sulla tela. La morte di Pilade Bronzetti di Luigi Toro (2011) (lire en ligne)
  9. « Alla Reggia di Caserta l'opera di Luigi Toro »
  10. Mastrostefano, Maffei, Puccio, 2012, pp. 110,116,120.
  11. L'onu Garibaldino pittore, article par Pasquale de Luca dans L''Illustrazione italiana, Partie 2, p. 16.

AnnexesModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • Galleria Biografica d'Italia, Rome, , « Toro, cavalieri Luigi »
  • Angelo De Gubernatis et Ugo Martini, Dizionario degli artisti italiani viventi. Pittori, scultori e architetti, Florence, (lire en ligne), « Toro (Luigi) », p. 524
  • Nicola Borelli, Un artista e un patriota dimenticato. Luigi Toro, vol. A. 1, Maddaloni,
  • Agostino Mario Comanducci, Dizionario illustrato dei pittori e incisori italiani moderni, 1800-1900, Milan, , « Luigi Toro »
  • Gaetano Mastrostefano, Maria Elena Maffei et Gianluca Puccio, Luigi Toro, pittore e patriota dell'800, Marina di Minturno,

Liens externesModifier