Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lenoir.
Adolphe Lenoir
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à MeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Chirurgien (en) et anatomiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur‎ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Adolphe Lenoir, né le à Meaux (Seine-et-Marne) et mort le (à 57 ans) à Paris, est un médecin, professeur agrégé à la Faculté de médecine de Paris, chirurgien à l'Hôpital Necker .

Aperçu biographiqueModifier

Fils d'un boulanger, il suit des études classiques en Belgique auprès de son beau-frère[1] Louis Vincent Raoul[2],[3] professeur à l'Université de Gand. De retour en France, il fréquente le Lycée Henri-IV à Paris. Il commence ses études médicales à Meaux, notamment auprès du Docteur Houzelot (père), médecin à l'Hôtel-Dieu de Meaux. Il s'inscrit à la Faculté de médecine de Paris en . Nommé externe fin 1824, il est reçu interne en 1827, premier de sa promotion. Il passe sa première année à l'Hôtel-Dieu avant de rejoindre Magendie à la Salpêtrière. Il est le préparateur de Lisfranc à l'amphithéâtre de la Pitié et termine son internat avec Blandin et Marjolin à l'Hôpital Beaujon.

Il est, à l'âge de 23 ans, recruté par Cruveilhier pour refonder de la Société anatomique de Paris en 1826, nommé premier secrétaire de la société savante, du au . Il affirme la réalité de la théorie cellulaire dès ses premières publications en 1828 dans le Bulletin des sciences naturelles (page 141 et 192). Il est également fondateur de la Société de chirurgie dont il sera président.

Il est nommé aide d'anatomie en 1831 puis prosecteur en 1833 tout en soutenant sa thèse. Il est nommé agrégé à la section de chirurgie la même année et chirurgien du bureau central en 1835. Il est nommé chirurgien à l'hôpital de Lourcine le puis à l'Hôpital Necker le . Il occupe ce poste jusqu'à la fin de sa vie. Il meurt des suites d'une pyélonéphrite purulente précédée par plusieurs crises de coliques néphrétiques le en son domicile dans le 7e arrondissement de Paris[4].

Œuvres et publicationsModifier

 
« Grossesse gémellaire », in: Atlas complémentaire de tous les traités d'accouchements, Masson (Paris), 1865. Lithographie par Emile Beau.
  • Exposé des travaux de la société anatomique en 1826, [Extrait de : La Nouvelle Bibliothèque médicale], Société anatomique de Paris, Paris , [s.n.], 1827, 1 vol. (20 p.) ; In 8.
  • Dissertation sur quelques point d'anatomie, de physiologie et de pathologie, [Thèse de Médecine N° 315, Paris, 1833], impr. de Didot jeune (Paris), 1833, 1 vol. (22 p.) ; In-4.
  • Quels sont les cas et quels sont les lieux où il convient d’amputer la jambe ? [Thèse d’agrégation en chirurgie, présentée le ], Béthune & Plon, 1835, 47 p., Texte intégral.
  • Note sur une modification de la méthode circulaire appliquée à l'amputation de la jambe au-dessus des malléoles, impr. de F. Locquin (Paris), 1840, in-8° , 12 p., fig.
  • Notice biographique sur Giraudeau de Saint-Gervais,[Extrait de la Revue générale biographique, politique et littéraire], Le Biographe universel (Paris), 1843, In-8° , 23 p.
  • Atlas complémentaire de tous les traités d'accouchements, 1846, [édition augmentée et continuée par Marc Daniel Sée ,Stéphane Tarnier, Victor Masson et fils (Paris), 1865, 2 vol. (312 p.-XV-105 pl.) : ill. ; 29 cm], Texte intégral.
  • Exposé des titres scientifiques du Docteur A. Lenoir, pour une place vacante à l'Académie nationale de médecine dans la section d'accouchements, Impr. Martinet (Paris), 1850 [circa], Texte intégral.
  • Traité des maladies du sein et de la région mammaire, [Extrait du Moniteur des hôpitaux, ], impr. de P. Dupont (Paris), [1856], 1 vol. (20 p.), In-8.
En collaboration
  • avec Louis Charles Roche et Louis Joseph Sanson: Nouveaux éléments de pathologie médico-chirurgicale ou Traité théorique et pratique de médecine et de chirurgie, Baillière (Paris), 1844 (4e éd.), 5 vol. (XXI-816 p., 532 p., 668 p., 723 p., 748 p.) ; in-8.
Éditeur scientifique

BibliographieModifier

  • René Marjolin: Discours prononcé aux obsèques de M. le Dr Lenoir, imp. Martinet (Paris), 8 pages.
  • « Éloge de Lenoir prononcé par M. le Docteur Trélat », in: Bulletin de la Société anatomique de Paris, Volume 35, tome 5, 1860, p. 506-11, Texte intégral.
  •   Paul Pierre Broca: Eloge d'Adolphe Lenoir, lu à la Société de chirurgie dans la séance solennelle du , Paris, typogr. de Cosson et Compagnie, 1861, Texte intégral et Mémoires de la Société de chirurgie de Paris, 1860, t.6, Masson (Paris), p. 37- Texte intégral;
  • « Adolphe Lenoir », in: Dictionnaire universel des contemporains, p. 1095, (3e édition, entièrement refondue et considérablement augmentée) par Gustave Vapereau, L. Hachette et Cie (Paris), 1865, 1 vol. (X-1862 p.) ; gr. in-8, disponible sur Gallica.
  • Jules Eugène Rochard: Histoire de la chirurgie française au XIXe siècle: étude historique et critique sur les progrès faits en chirurgie et dans les sciences qui s'y rapportent depuis la suppression de l'Académie royale de chirurgie jusqu'à l'époque actuelle, J.-B. Baillière et fils (Paris), 1875, 1 vol. (XV-896 p.) ; 23 cm, p. 454-7, Extrait.
  • Hervouet F.: « Adolphe Lenoir  », in: Bull Soc Ophtalmol Fr., 1966 Nov;66(11):1115-6.
  • Hervouet F.: « Adolphe Lenoir (1802-1860) », in: Ann Ocul (Paris). 1966 Jun;199(6):637-8.
  • Pierre Huard: « L'enseignement libre de la médecine à Paris au XIXe siècle. », in: Revue d'histoire des sciences, 1974, Tome 27 n°1. pp. 45–62 doi : 10.3406/rhs.1974.1046 Texte intégral.

Notes et référencesModifier

  1. Beau-frère ou oncle, selon les sources.
  2. « Raoul (Louis Vincent) », in: La France littéraire, par Joseph Marie Quérard, Didot (Paris), 1835, p.452-3, Texte intégral
  3. « Raoul Louis-Vincent (1818) »
  4. Archives de Paris 7e, acte de décès no 1068, année 1860 (page 5/31)

Voir aussiModifier