Ouvrir le menu principal

hôpital de la Pitié
Image illustrative de l’article Hôpital de la Pitié
Ancien hôpital de la Pitié avant son transfert à côté de l'hôpital de la Salpêtrière
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 31″ nord, 2° 21′ 14″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris

Géolocalisation sur la carte : 5e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 5e arrondissement de Paris)
Géolocalisation sur la carte : Paris/5e arrondissement de Paris

L'hôpital de la Pitié fut fondé à Paris vers 1612 dans le quartier Saint-Victor.

En 1911, il fut déplacé sur un site jouxtant l'hôpital de la Salpêtrière, avec lequel il fusionne en 1964 pour former le Groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière, l'un des centres hospitaliers universitaires de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris. Il fait partie du groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière - Charles Foix depuis 2012.

HistoireModifier

L’hôpital est un exemple d'institution disciplinaire dont le concept a été développé par Michel Foucault. Ce nouvel établissement fait en effet partie de la politique d'enfermement systématique des mendiants et vagabonds. En 1612, Louis XIII donne l'ordre de les enfermer. Une grande maison appelée jeu de paume de la Trinité et quelques propriétés attenantes sont achetées pour cet usage. Des bâtiments sont construits expressément pour accueillir des vieillards pauvres. La chapelle étant sous placé sous l'invocation de Notre-Dame-de-Pitié, l'établissement prend le nom d'hôpital de Pitié. En 1657, l'hôpital de la Pitié devient une dépendance de l'Hôpital général de la Salpêtrière. Il reçoit alors les enfants des mendiants et les orphelins. Des draps pour les vêtements des hôpitaux et de l'armée y sont produits[1].

Pendant la Révolution, les orphelins sont nommés élèves de la Patrie. En 1809, ils sont transférés dans la rue du Faubourg-Saint-Antoine (ancien hôpital Armand-Trousseau) et la Pitié devient une annexe de l'Hôtel-Dieu[1].

L'hôpital était situé jusqu'en 1911 entre la rue Copeau (actuelle rue Lacépède), la rue du Jardin-du-Roi (actuelle rue Geoffroy-Saint-Hilaire), la rue d'Orléans (actuelle rue Daubenton), la rue de la Fontaine (actuelle rue Larrey), la place du Puits-de-l'Ermite et la rue du Battoir (actuelle rue de Quatrefages)[2],[3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 545 [lire en ligne]
  2. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 47e quartier J« ardin du Roi », îlot no 2, côte F/31/95/02
  3. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), plan 18e quartier « Jardin des Plantes », 12e et 13e feuilles, côte PP/11944/A