Abbaye de Kilshane

ancienne abbaye cistercienne irlandaise

Abbaye de Kilshane
Image illustrative de l’article Abbaye de Kilshane
Article à illustrer

Nom local Kishanny
Kilsonna
Cill Sheáin
Diocèse Limerick
Patronage Marie (mère de Jésus)
Numéro d'ordre (selon Janauschek) DXVI (521)[1]
Fondation 1198
Début construction 1205
Dissolution 1302
Abbaye-mère Corcomroe[2]
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style gothique

Coordonnées 52° 28′ 24″ nord, 8° 51′ 42″ ouest
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Royaume Connacht
Province Munster
Comté Clare
Localité Ballingarry (en)
Géolocalisation sur la carte : Irlande
(Voir situation sur carte : Irlande)
Abbaye de Kilshane

L'abbaye de Kilshane ou de Kilshanny est une éphémère abbaye cistercienne irlandaise, située à Ballingarry (en), dans le comté de Limerick. Fondée en 1194 ou 1198, elle ne subsiste qu'un peu plus d'un siècle, avant d'être sécularisée dès 1302.

HistoireModifier

FondationModifier

L'abbaye de Kilshane est fondée en 1194 ou 1198 et est affiliée à Corcomroe[3],[2],[4].

Toponymie et dédicaceModifier

L'abbaye est nommée en irlandais Cill Sheáin, ce nom faisant probablement référence à Ségéne (en) ou Cill-Seighin. Cet évêque irlandais aurait été un disciple de saint Patrick[5].

Fin précoceModifier

En 1302, l'abbatiale est devenue une église paroissiale et l'abbaye n'a plus de statut canonique. Néanmoins, à la dissolution au XVIe siècle, elle est traitée à l'instar des autres monastères, et ses granges, moulins et pêcheries sont données à Robert Hickman[3]. En 1840, un rapport note l'état de ruine de l'ensemble des bâtiments[5].

ArchitectureModifier

Les seuls vestiges de l'abbatiale encore conservés sont la porte septentrionale et la verrière méridionale[3], au milieu du cimetière de Ballingarry. Les ruines permettent de connaître le plan et les dimensions de l'église initiale. Celle-ci se composait d'une nef prolongée par un chœur, tous deux très courts : chœur de trente-trois pieds et demi (dix mètres environ), nef de trente-neuf (soit douze mètres). La croisée du transept était surmontée d'une tour carrée de soixante pieds de hauteur, soit dix-huit mètres environ. Le reste du monastère devait se situer là où l'église paroissiale a été reconstruite à la fin du XIXe siècle[5].

RéférencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Vindobonae, , 491 p. (lire en ligne), p. 202.
  2. a et b (it) Luigi Zanoni, « Kilshanny », sur http://www.cistercensi.info, Certosa di Firenze (consulté le ).
  3. a b et c Bernard Peugniez, « 11 — Kishanny », dans Bernard Peugniez, Le guide routier de l'Europe cistercienne, Éditions du Signe, , 1156 p. (ISBN 9782746826243), p. 980.
  4. (en) James Frost, « 7 — Corcomroe : Kilshanny parish », dans James Frost, The History and Topography of the County of Clare : from the earliest times to the beginning of the 18th century, , 1410 p. (lire en ligne), p. 109.
  5. a b et c (en) Marcella, « Saint Seighin of Cill-Seighin, January 21 », Omnium Sanctorum Hiberniæ, (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Henry Molony, « Ancient Churches and Topography of Ballingarry Parish, County Limerick », The Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, vol. 35, no 3,‎ , p. 255-263 (lire en ligne, consulté le )