Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Abbaye de Bonlieu (Limousin)

abbaye située dans la Creuse, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye de Bonlieu.

L'abbaye de Notre Dame de Bonlieu est une ancienne abbaye cistercienne située à Peyrat-la-Nonière, dans la Creuse.

Abbaye Notre Dame de Bonlieu
Image illustrative de l'article Abbaye de Bonlieu (Limousin)
Vitrail de l'abbaye ; dessin de 1912

Nom local Le Couvent
Diocèse Diocèse de Limoges
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCLXXVI (376)[1]
Fondation 1119
Début construction 1119
Fin construction 1232
Cistercien depuis 1162
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Dalon
Lignée de Abbaye de Pontigny
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Érémitisme (1119-1162)
Ordre cistercien (1162-1791)
Période ou style
Protection  Inscrit MH (1963)[2]

Coordonnées 46° 05′ 15″ nord, 2° 18′ 20″ est[3]
Pays Drapeau de la France France
Province Comté de la Marche
Département Creuse
Commune Peyrat-la-Nonière

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre Dame de Bonlieu

Géolocalisation sur la carte : Limousin

(Voir situation sur carte : Limousin)
Abbaye Notre Dame de Bonlieu

Géolocalisation sur la carte : Creuse

(Voir situation sur carte : Creuse)
Abbaye Notre Dame de Bonlieu

Sommaire

HistoireModifier

FondationModifier

Vers 1119, Amelius de Chambon donna le mas de Mazerolles à Géraud de Salles (ou de Salis), pour y créer avec ses compagnons, des moines venus comme lui de l'abbaye de Dalon en Périgord, un ermitage. L'ermitage devint monastère et son premier sanctuaire fut consacré le 26 octobre 1141 par Guy du Cluseau, évêque de Limoges, qui lui donna le nom de « Bonum Locum », Bonlieu, à cause de la vie bonne des premiers religieux.

De nombreux dons, notamment de terrains, furent faits à l’abbaye par les seigneurs locaux. Ainsi, elle a compté jusqu'à 17 fermes ou granges, dont la ferme de La porte, située juste au-dessus de l'Abbaye est encore aujourd'hui l'un des exemples[2].

Rattachement à l'ordre cistercienModifier

Notre Dame de Bonlieu fut rattachée comme sa mère, Dalon, à l'ordre de Cîteaux en 1162, dans la filiation de l'abbaye de Pontigny. Bonlieu fut la plus belle et la plus vaste abbaye de la Creuse.

Destructions diversesModifier

L’abbaye fut pillée par les Anglais durant la guerre de Cent Ans et par les Huguenots durant les guerres de religion, avant d'être vendue durant la Révolution, (il y restait alors trois moines), comme bien national en 1792 aux frères Jean-Pierre et Jean-François Picon, Teinturiers du Roi à Aubusson.

L'abbayeModifier

La construction de l'abbaye est marquée par trois grandes périodes :

  • le XIIe siècle qui vit le début de la construction de l'église abbatiale qui se termine par sa consécration en 1141. A l'issue d'une seconde campagne de travaux, dont nous ne connaissons pas l'ampleur, l'abbatiale est à nouveau consacrée en 1232. Les croix de consécration, toujours visibles dans les ruines du cœur, datent probablement de cette seconde cérémonie.
  • le XVe siècle où fut construit le donjon au-dessus de l'entrée de l'église (ce donjon est typique de l'architecture des donjons marchois que l'on trouve dans les environs - châteaux de Villemonteix, de la Chezotte, de Saint-Maixent, du Mazeau), ainsi que le logis de l'abbé (néanmoins très remanié au XVIIIe siècle),
  • le XVIIe siècle qui vit sinon la construction, du moins un large remaniement du bâtiment principal et la construction des ouvrages hydrauliques sur la Tardes, appelés Cascade de Bonlieu.

Les constructions sont disposées en quadrilatère dont l'un des côtés était occupé par l'église abbatiale. Le plan original était constitué d'une nef sans collatéraux terminée par une abside pentagonale, avec coupole sur pendentifs à la croisée du transept. Des peintures murales l'ornaient, dont il reste deux croix de consécration peintes de chaque côté de la fenêtre axiale du chevet. L'abside était voûtée en cul-de-four. Un pavement de carreaux peints du XIIIe siècle a été trouvé dans l'église au XIXe siècle. Dans l'axe de ces vestiges se trouve une tour rectangulaire, achevée en 1421 dans un but défensif. Une tourelle d'escalier carrée renfermant l'escalier à vis occupe le milieu de la façade. Un corps de logis rectangulaire s'élève au nord de la tour, présentant une tourelle circulaire accolée à sa façade ouest. Deux corps de logis allongés du XVIIIe siècle, disposés perpendiculairement, occupent les côtés Est et nord du quadrilatère. À quelque distance, les religieux ont construit un pont à la fin du Moyen Âge, ouvrage présentant deux arches en tracé brisé et des avant-becs triangulaires[2]

Aujourd'hui, l'abbaye a conservé l'ensemble de ses bâtiments à l'exception de l'église abbatiale détruite au XIXe siècle, dont subsistent, deux travées de la nef sous la tour construite au XVe siècle (entrée actuelle de l'abbaye), les ruines du chevet, et le transept nord, transformé en chapelle en 1877. À signaler, conservés au musée de Guéret, un vitrail de type « grisaille »,qui serait le plus ancien de France de ce type et plusieurs carreaux de céramique décorés[2].

Liste des abbésModifier

  • 1121-1151 : Pierre I de Saint-Julien
  • 1151-1174 : Géraud de Montel
  • 1174-1195 : Jean I de Comborn
  • 1195-1200 : Bertrand de Saint-Marc
  • 1200-1215 : Thomas I
  • 1215-1224 : Armand
  • 1224-1227 : Aimery de Saint-Hilaire
  • 1227-1228 : Guillaume I Bertrand de Saint-Priest
  • 1228-1231 : Pierre II de Reterre
  • 1231-1237 : Hugues
  • 1237-1260 : Jean II de Mainsac
  • 1260-1263 : Vacance
  • 1263-1282 : Adhémar
  • 1282-1296 : Bernard
  • 1296-1306 : Thomas II de Beaumont
  • 1306-1334 : Ebole
  • 1334-1368 : Guillaume II de Genouilhac de La Baume de Foursac
  • 1368-1393 : Pardoux de Lyders
  • 1393-1402 : Jean III Marien de Mordet
  • 1402-1438 : Roger de Saint-Avit de Perpirolle
  • 1438-1489 : Pierre III de Saint-Avit de Perpirolle
  • 1489-1500 : Guillaume III de Saint-Avit de Perpirolle
  • 1500-1540 : Guy de Saint-Avit de Perpirolle
  • 1540-15?? : François I des Greniers de La Sagne
  • 15??-1560 : Jean IV Damolettes
  • 1560-1571 : Jean V de Saint-Avit de Perpirolle
  • 1571-1583 : Pierre IV Det
  • 1583-1588 : Jean VI Buysson
  • 1588-1600 : Gilbert I Mourelon
  • 1600-1625 : Gilbert II de Bigny d’Aisnay
  • 1625-1643 : Annet de La Roche-Aymon
  • 1643-1646 : Renaud II de La Roche-Aymon
  • 1646-1653 : Nicolas de La Saigne de Saint-Georges
  • 1653-1703 : Antoine I de La Saigne de Saint-Georges
  • 1703-1734 : Antoine II Siccaud
  • 1734-1743 : Antoine III Charles de La Roche-Aymon
  • 1743-1759 : François II de Vigier
  • 1759-1776 : Joseph Desmarais
  • 1776-1787 : Jacques d’Estrées
  • 1787-1791 : François III de Chabans de Richemont

Source : Gallia Christiana

Notes et référencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod, , 491 p. (lire en ligne), p. 241.
  2. a, b, c et d Notice no PA00100126, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. « Bonlieu (Creuse) », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 16 octobre 2013).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographieModifier

  • Marcel Durliat, « De la dalle ajourée au vitrail », Bulletin Monumental, Persée, vol. 137, no 3,‎ , p. 257-258 (lire en ligne)
  • Laurent Borderie, Cartulaire de Bonlieu, Limoges, Université de Limoges,
  • Isabelle Isnard, « L'architecture austère du XIIe siècle dans les diocèses de Poitiers, Limoges et Saintes (1160-1220) », Bulletin Monumental, Persée, vol. 157, no 3,‎ , p. 307-308 (DOI 10.3406/bulmo.1999.2324, lire en ligne)

Article connexeModifier