Apave

(Redirigé depuis APAVE)

Apave
logo de Apave
Logo d'Apave

Création 1867
Dates clés 2010 : immatriculation société actuelle
Fondateurs Ernest Zuber
Forme juridique société anonyme à conseil d'administration
Slogan Mission de confiance
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Remi Sohier, Philippe Maillard
Activité Analyses, essais et inspections techniques.
Filiales Apave Alsacienne, Apave Parisienne, Apave Nord-Ouest, Apave Sud-europe, Osac, Apave Développement, Ceten Apave International
Effectif 11000 (estimé groupe)
SIREN 527 573 141
Site web www.apave.com

Chiffre d'affaires 90 718 500 € en 2018 (niveau holding)

844 M€ en 2018 (estimé groupe)

Résultat net -26 854 200 € (niveau holding) perte[1]

Apave est un groupe spécialisé dans les domaines de l'assistance, de l'accompagnement auprès des professionnels de tous types (privés ou publics) et de la formation professionnelle, entre autres dans les domaines de l'industrie et des analyses environnementales.

PrésentationModifier

Le groupe Apave répond aux missions d'accompagnement des entreprises et des collectivités dans les domaines de contrôle, maîtrise des risques techniques[2], humains et environnementaux à travers des prestations d'inspection, essais et mesures diverses, ainsi que formations et conseil[3]. Le but est d'augmenter la sécurité des hommes et des biens, protéger l'environnement et optimiser la performance des organisations.

Il peut intervenir dans différents domaines : nucléaire, entreprises recevant des travailleurs de tous types (ERT industriels et tertiaires), établissements recevant du public (ERP), immeuble de grande hauteur (IGH), micro-entreprise[N 1], petite et moyenne entreprise (PME), habitation.

Il compte, en France et dans le monde, 200 000 clients avec un potentiel professionnel de 12 400 personnes[4] dont 8 000 ingénieurs et techniciens.

Le groupe Apave compte en France et en Outre-mer : 130 agences[5] et bureaux, 34 laboratoires, 145 espaces de formation.

Dans le monde, il dispose de près de 50 filiales implantées en Europe, Asie, Moyen-Orient, Océan Indien et Afrique. Il est présent à l'international sur 3 secteurs : pétrole et gaz, infrastructures et projets industriels[6].

Une société mère à la tête du groupe a été créée : APAVE, avec le statut de société anonyme (SA).

La société mère contrôle 7 filiales :

  • Apave Alsacienne SAS ;
  • Apave Parisienne SAS ;
  • Apave Nord-Ouest SAS ;
  • Apave Sudeurope SAS ;
  • OSAC, filiale dédiée au contrôle technique de la sécurité de l’aviation civile ;
  • Apave Développement, regroupant les filiales françaises spécialisées (Apave Aéroservices, Sopemea, Apave Certification, BVT...),
  • Apave International, pour piloter et développer l’action du groupe à l’international [6].

APAVE est régulièrement audité par des organismes tels que le Comité français d'accréditation.

HistoriqueModifier

En 1867, la Société industrielle de Mulhouse crée les bureaux de l'Association des propriétaires d'appareils à vapeur et électriques qui est devenue Apave.

Apave du Nord a été fondée en 1873 par la Société industrielle du Nord de la France. Elle est à l'origine de la première réglementation d'application nationale sur la sûreté de fonctionnement des machines à vapeur[7]. Son premier ingénieur en chef, Paul Bonet[8], est diplômé de l'Institut industriel du Nord de la France — devenu l'École centrale de Lille en 1991[9],[10] — membre de la Commission centrale des machines à vapeur auprès du ministre de l'industrie jusqu'en 1924.

Apave Normande (ANPAVE, à l'époque) a été fondée en 1874 par la Société industrielle de Rouen, en prenant pour modèle l'association créée à Mulhouse à la suite de l'émigration de nombreux industriels alsaciens en 1870 en Normandie. Pendant plus d'un siècle, les premiers ingénieurs en chef sont issus de l'École centrale des Arts et Manufactures : Walther Meunier (1874-1876), H. Roland (1876-1899), G. Maréchal (1899-1913), Louis Cauchois (1914-1952), Henri Bastard (1952-1960) et Henri Héron (1960-1976)[réf. souhaitée].

Les cinq métiers de l'ApaveModifier

Les activités du groupe se répartissent dans différents domaines[11].

Inspection et accompagnement techniqueModifier

Apave vérifie la conformité des installations techniques, équipements et process lors de leur mise en service et/ou de leur exploitation au regard de la réglementation.

Apave conçoit des prestations d’accompagnement technique sur-mesure en fonction des besoins de ses clients, sur tous types de projets complexes et/ou sensibles

FormationModifier

Apave est le 2e acteur privé de la formation professionnelle en France et leader en France des formations sécurité et santé au travail. Les formations sont dispensées par des experts APAVE toujours connectés à la réalité du terrain : "Formateurs le matin, experts technique l'après-midi"[passage promotionnel]. Ils sont doublement formés en interne (pédagogie) et en externe par des organisations tiers qui fournissent agréments et habilitations[12].

Management et certificationModifier

Apave assiste ses clients sur des sujets comme la maîtrise des risques environnementaux, la santé et la sécurité de l'homme au travail, la performance de l'organisation, le management des hommes et des organisations, les démarches de certification qu’elles soient volontaires ou réglementaires.

Laboratoire, essais et mesuresModifier

Les laboratoires Apave réalisent des missions de prélèvements, d’analyses, d’essais et de mesures réglementaires ou non et assistent leurs clients tout au long de leurs projets.

Bâtiment, génie civilModifier

Apave apporte un regard indépendant sur les propositions des concepteurs et des constructeurs afin d’évaluer et d’anticiper les risques potentiels (ouvrages et équipements, protection sécurité et santé des travailleurs sur le chantier, atteinte de performances attendues : énergétiques, acoustiques, accessibilité, sûreté, etc.), évalue et aide à la décision sur tous les critères à prendre en compte pour la gestion des patrimoines (disposer de l’état technique, réglementaire, énergétique, estimer les coûts d’investissement et de fonctionnement, connaître la valeur des actifs immobiliers pour arbitrer).

ImplantationsModifier

FranceModifier

Apave est présent dans les treize régions administratives de la France métropolitaine ainsi que dans les départements et collectivités d'outre-mer : Guadeloupe, Guyane française, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Réunion[13].

MondeModifier

Apave est également présent dans de nombreux pays : Algérie, Algérie (Certifer), Angola, Arabie Saoudite, Australie, Belgique, Belgique (AETS), Belgique (Certifer), Brésil, Burkina Faso, Cameroun, Chine, Congo, Côte d'Ivoire, Côte d'Ivoire (AGTS), Croatie, Émirats arabes unis, Espagne, Gabon, Ghana, Guinée Conakry (AGTS), Guinée équatoriale, Hongrie, Île de la Réunion, Île Maurice, Inde, Indonésie, Italie, Italie (Apave Certification), Italie (Certifer), Japon, Liban, Libye, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Mali, Maroc, Monaco, Myanmar (Birmanie), Nigeria, Nouvelle-Calédonie, Portugal (ISQe), Qatar, Royaume-Uni, Sénégal, Serbie, Singapour, Suisse, Tchad, Thaïlande, Tunisie, Turquie (Certifer), Vietnam, Vietnam (Certifer)[13].

OSACModifier

L'Organisme pour la sécurité de l'aviation civile (OSAC) est une société filiale d'Apave. Elle a pour objet exclusif d'assurer, pour le compte de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) — plus précisément, la Direction de la sécurité de l'aviation civile (DSAC) — des missions de contrôle technique dans certains domaines de la sécurité de l'aviation civile[14],[15]. Elle remplace le Groupement pour la sécurité de l'aviation civile (GSAC), groupement d'intérêt économique (GIE) associant auparavant le Bureau Veritas et Egis Avia à la DGAC[16].

Mouvement socialModifier

Le , l'entreprise fait face à un mouvement social d'une ampleur et d'une vigueur inédites[17],[18],[19],[20]. Celui-ci fait suite à une volonté de la direction, en lien avec un changement de convention collective[21], d'ouverture de capital au fond d'investissement PAI partners[22] et d'une dénonciation de tous les accords collectifs en vigueur jusqu'au [23],[24].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. également connue sous le nom de très petite entreprise (TPE)

RéférencesModifier

  1. https://www.societe.com/societe/apave-527573141.html
  2. Blandine Lamorisse, « Ils refusent "une uniformisation par le bas" : des salariés d'Apave en grève à Orléans », sur larep.fr, (consulté le )
  3. « Le bureau de Niort de l'Apave en grève lundi 7 juin », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le )
  4. N.M, « Le groupe APAVE touché par un mouvement de grève depuis ce matin, des salariés Gersois concernés », sur hit-radio.fr, (consulté le )
  5. Cécile Thiébaut, « Valenciennes: grève d’ampleur à l’APAVE, géant de la sécurité professionnelle », sur lavoixdunord.fr, (consulté le )
  6. a et b « Le Groupe », sur Apave.com (consulté le ).
  7. Albert Olry et Paul Bonet 1908.
  8. « Annales des mines (1913, série 11, volume 2, partie administrative) », sur mines-paristech.fr (consulté le ), p. 520
  9. « Paul Alfred Bonet », base Léonore, ministère français de la Culture.
  10. « Stream user association of the North of France », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  11. « Nos métiers », sur apave.com (consulté le )
  12. « À propos d'Apave Formation », sur apave.com (consulté le )
  13. a et b « Les agences, laboratoires et centres de formation d'Apave en France et dans le monde », sur apave.com (consulté le )
  14. « Arrêté du 27 septembre 2010 relatif à l'organisme habilité pour l'exercice de contrôles et vérifications dans le domaine de la sécurité de l'aviation civile », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Arrêté du 7 juin 2010 relatif à l'organisme habilité pour l'exercice de contrôles et vérifications dans le domaine de la sécurité de l'aviation civile », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  16. Bruno Trévidic, « Apave récupère le contrôle de la sécurité de l'aviation civile », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le ).
  17. AFP, « Groupe Apave : grève contre un projet de fusion », sur liaisons-sociales.fr, (consulté le )
  18. Jolan Zaparty, « Bouches-du-Rhône : en grève, l’Apave refuse des contrôles industriels low cost », sur lamarseillaise.fr, (consulté le )
  19. AFP, « Apave: grève contre un projet de fusion », sur boursorama.com, (consulté le )
  20. David Cormier, « Le mouvement national de grève à l’Apave suivi à Brest », sur letelegramme.fr, (consulté le )
  21. « Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 27 novembre 2019, 17-31.442, Publié au bulletin », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  22. « PAI Partners injecte 250 M€ dans Apave », sur capitalfinance.lesechos.fr, (consulté le )
  23. « Communiqué de presse des syndicats de l’APAVE », sur soc-etudes.cgt.fr, (consulté le )
  24. « Apave : le 7 juin, une journée de grève à l’appel de la CFDT en intersyndicale », sur cfdt-fgmm.fr, (consulté le )

BibliographieModifier

  • Albert Olry et Paul Bonet, La Nouvelle réglementation des appareils à vapeur fonctionnant à terre (rapport au Président de la République du 7 octobre 1907, décret du 9 octobre 1907. Circulaire ministérielle du 29 octobre 1907), Lille, L.Danel, , 190 p. (notice BnF no FRBNF31036337)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier