Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Albert Olry

ingénieur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olry.
Albert Olry
Description de cette image, également commentée ci-après

Albert Olry, âgé.

Naissance
Bulgnéville (France)
Décès (à 65 ans)
9e arrondissement de Paris (France)
Nationalité Drapeau : France français
Domaines Machine à vapeur, Sûreté de fonctionnement
Institutions Institut industriel du Nord
Société industrielle du Nord de la France
APAVE Nord de France
Diplôme École polytechnique (1866), Corps des mines
Renommé pour Étude du bassin houiller du Nord de la France ; Sûreté de fonctionnement des machines à vapeur

Alfred Olry, né le à Bulgnéville (Vosges) et mort le dans le 9e arrondissement de Paris, est un ingénieur du corps des mines, professeur, puis directeur à l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille), et ingénieur conseil de l'association des propriétaires d'appareils à vapeur du nord de la France.

Renommé pour l'analyse de la sûreté de fonctionnement des machines à vapeur, il a également publié plusieurs études concernant le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Il est co-auteur de la réglementation nationale du contrôle des machines à vapeur.

Sommaire

BiographieModifier

NaissanceModifier

Albert Charles Nicolas Olry est le fils de Charles Louis Olry, receveur de l'enregistrement, et de Marguerite Joséphine Baudier[1].

Vie professionnelleModifier

 
Albert Olry en 1866, à l'âge de 19 ans.

Le registre matricule de l'École polytechnique décrit Albert Olry comme ayant les cheveux châtain foncé, le front haut, le nez ordinaire, les yeux bruns, la bouche moyenne, le menton rond, le visage ovale, et comme mesurant 1,66 mètre[1].

Le site des annales des mines précise qu'André Thépot indique dans son ouvrage sur les ingénieurs des mines du XIXe siècle[1] : « Après avoir fait ses premières armes d'ingénieur ordinaire à Chambéry (1872), Olry fut envoyé en 1873 à Valenciennes, où il réalisa la topographie souterraine du bassin houiller de Valenciennes.

Nommé à Lille en 1878, il avait été tout de suite recruté par son chef, Adolphe Matrot, pour faire un cours de mécanique à l'Institut Industriel du Nord (IDN). Il succéda rapidement à son chef comme sous-directeur et directeur des études (1878) puis devint directeur (1883-1885)[2]. Dans ces fonctions, il créa un internat et obtint des subventions privées et publiques qui permirent un nouvel essor à l'École[1].

Devenu ingénieur en chef, Olry quitta, pour un temps, la région du Nord pour assurer d'autres fonctions à Nancy, puis à Saint-Étienne où il dirigea pendant un an l'École des Mines en 1887-1888.

Il avait cependant gardé des liens avec le milieu industriel du Nord qui le choisit en 1892 comme ingénieur conseil de l'association des propriétaires d'appareils à vapeur du nord de la France[1]. Et tout naturellement, il devenait administrateur de l'Institut Industriel du Nord en 1905 et le restait jusqu'à sa mort en 1913 (L'IDN a maintenant changé de nom et est devenu l'École Centrale de Lille[1]). »

Il a aussi été président de la commission centrale des machines à vapeur, auprès du ministre de l'Industrie. Il contribue avec Paul Bonet, ingénieur IDN et ingénieur en chef de l'association des propriétaires d'appareils à vapeur du nord de la France, à la réglementation nationale du contrôle des machines à vapeur en 1907-1908.

MortModifier

Albert Olry meurt le dans le 9e arrondissement de Paris à l'âge de 66 ans, il était alors à la retraite[3]. Il est enterré trois jours plus tard, le 21 avril[4]. Il est le père du général René Olry[1].

ŒuvresModifier

L'activité scientifique de Albert Olry est essentiellement orientée vers les mines du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, incluant celles du Boulonnais, et la sûreté de fonctionnement des machines à vapeur. Il contribue à la stratigraphie du bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, puis développe les procédures de sûreté de fonctionnement au sein de l'association des propriétaires d'appareils à vapeur du Nord de la France.

DistinctionsModifier

L'ingénieur en chef des mines Albert Olry avait été fait chevalier de l'Ordre de la Légion d'honneur en 1882 puis officier dans le même ordre en 1912[5].

BibliographieModifier

 
Plus de cent ans après sa publication en 1904, l'ouvrage Topographie souterraine du bassin houiller du Boulonnais ou bassin d'Hardinghen d'Albert Olry constitue toujours une référence complète sur les mines du Boulonnais.
  • La Nouvelle réglementation des appareils à vapeur fonctionnant à terre (rapport au Président de la République du 7 octobre 1907, décret du 9 octobre 1907. Circulaire ministérielle du 29 octobre 1907), par MM. A. Olry et P. Bonet, impr. de L. Danel 1908.
  • Le Nouveau règlement sur les appareils à vapeur fonctionnant à terre, note de MM. A. Olry et P. Bonet, circulaire ministérielle du 29 octobre 1907, impr. de L. Danel, 1907
  • Topographie souterraine du bassin houiller du Boulonnais ou bassin d'Hardinghem, par A. Olry, Impr. nationale, 1904.
  • Travaux d'exploitation et de recherche exécutés dans le bassin houiller du Boulonnais et dans la région comprise entre le bassin du Pas-de-Calais et la mer, par A. Olry, C. Béranger, 1904
  • Le Phosphate de chaux et les établissements Paul Desailly, par A. Olry, G. Masson, 1889.
  • Études des gites minéraux de France, publiées sous les auspices de M. le Ministre des travaux publics, par le Service des topographies souterraines. Bassin houiller de Valenciennes partie comprise dans le département du Nord, par A. Olry, impr. Quantin, 1886.
  • Règlementation et inspection officielle des établissements industriels dans les divers pays, impr. de C. Hérissey.

Notes et référencesModifier

  1. a, b, c, d, e, f et g « Biographie d'Albert Charles Nicolas Olry (1847-1913) », sur annales.org, Annales des mines
  2. Henri Bourdon, Monographie historique de l'Institut industriel du Nord de la France, t. 1895/02/17 (A1,N17), Lille, Institut industriel du Nord de la France, coll. « L'Élève-ingénieur. Journal hebdomadaire des élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (IDN) », (notice BnF no FRBNF32766138, lire en ligne), p. 135
  3. Bulletin de l'association des ingénieurs de l'IDN, p. 4
  4. Bulletin de l'association des ingénieurs de l'IDN, p. 6
  5. Dossier de Légion d'honneur d'Albert Olry.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :