Ouvrir le menu principal

Pirmasens

ville d'Allemagne

Pirmasens
Pirmasens
L'hôtel de ville
Blason de Pirmasens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Rhineland-Palatinate.svg Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Pirmasens (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
8
Bourgmestre
(Oberbürgermeister)
Dr. Bernhard Matheis
Partis au pouvoir CDU
Code postal 66953-66955
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
07 3 17 000
Indicatif téléphonique 06331
Immatriculation PS
Démographie
Population 41 358 hab. (31/12/2008)
Densité 674 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ nord, 7° 36′ est
Altitude Min. 360 m
Max. 400 m
Superficie 6 137 ha = 61,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Pirmasens

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Pirmasens
Liens
Site web www.pirmasens.de/

Pirmasens
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Localisation
Localisation de

Pirmasens est une ville-arrondissement allemande située dans le Land de Rhénanie-Palatinat, à proximité de la frontière franco-allemande. Le nom de la ville provient de saint Pirmin, fondateur de l'abbaye de Hornbach.

GéographieModifier

La ville se situe dans la région de Vasgovie, à la lisière sud-ouest de la forêt du Palatinat, à environ 10 km de la frontière franco-allemande.

HistoireModifier

Appartenances historiques

  Comté de Sarrebruck 1100-1182
  Comté de Deux-Ponts 1182-1297
  Comté de Deux-Ponts-Bitche 1297-1570
  Comté de Hanau-Lichtenberg 1570-1736
  République cisrhénane (Mont-Tonnerre) 1797-1802
  République française (Mont-Tonnerre) 1802-1804
  Empire français (Mont-Tonnerre) 1804-1813
  Royaume de Bavière 1815-1918
  République de Weimar 1918-1933
  Reich allemand 1933-1945
  Allemagne occupée 1945-1949
  Allemagne 1949-présent

 
La ville vers 1910.

La ville est mentionnée pour la première fois en 826 sous la forme Pirminiseusna, dans les registres de l'abbaye de Hornbach.

En 1763, la ville est intégrée au landgraviat de Hesse-Darmstadt par le landgrave Louis IXqui en fait une ville de garnison et sa résidence principale.

En 1793 s'y déroule le combat de Pirmasens entre l'Armée de la Moselle et les forces prussiennes et de Brunswick. Les Français perdent la bataille mais leurs troupes réoccupent la ville qui est ensuite rattachée à la France de 1793 à 1814, elle fait alors partie du département du Mont-Tonnerre.

Le , des séparatistes palatins tentent de s'installer dans la ville. Cette occupation se termine par de nombreux morts.

La synagogue de la ville est détruite lors des nuits de cristal le .

La ville est bombardée par les Américains le et - une deuxième fois - le .

La ville est jumelée avec la ville française de Poissy dans les Yvelines dès les années 1960.

Après la chute du communisme et la réunification de l'Allemagne, Pirmasens a connu un afflux d’immigrants de Russie (principalement de la Russie blanche) qui prétendent être les descendants de soldats allemands capturés derrière le rideau de fer après la Seconde Guerre mondiale. Les immigrants russes prétendant être d’ascendance allemande ont obtenu le statut de résident permanent.

MuséesModifier

  • Musées de l'Ancien Hôtel de Ville, Pirmasens[1]
    • Musée local
    • Galerie Bürkel
    • Musée du Soulier
    • Cabinet des Silhouettes
  • Musée du Westwall, Ouvrage de fortification Gerstfeldhöhe [2]
  • Musee Dynamikum

PopulationModifier

 
Armoiries de la ville sur le fronton de l'ancien hôtel de ville

PolitiqueModifier

Résultats des élections du 25 mai 2014 :

SportsModifier

Le principal club de la ville est le FK 03 Pirmasens, qui évolue en cinquième division de football. La ville dispose également d'un club de hockey sur glace. Les « Hornets » évoluent en seconde division nationale. Il est à remarquer que le gardien de but des « Hornets » est un Français frontalier F. Franck qui a fait ses armes en tant que gardien de but de football, passant par le centre de formation du Racing Club de Strasbourg. Il est également le petit-fils d'un des plus grands attaquants du 1. FC Kaiserslautern, E. Franck (années 1940).

JumelageModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :