Ouvrir le menu principal

800 mètres aux championnats du monde d'athlétisme

Article général Pour un article plus général, voir Championnats du monde d'athlétisme.
800 m aux championnats du monde d'athlétisme
Description de cette image, également commentée ci-après
Finale du 800 m masculin des championnats du monde 2011
Généralités
Sport Athlétisme
800 mètres
Organisateur(s) IAAF
Éditions 16e en 2017
Catégorie Championnats du monde

Palmarès
Tenant du titre Pierre-Ambroise Bosse (2017)
Caster Semenya (2017)
Plus titré(s) Wilson Kipketer (3)
Maria Mutola et Caster Semenya (3)
Records Billy Konchellah (min 43 s 06, 1987)
Jarmila Kratochvílová (min 54 s 68, 1983)

Le 800 mètres fait partie des épreuves inscrites au programme des premiers championnats du monde d'athlétisme, en 1983, à Helsinki.

Avec trois médailles d'or remportées chacun, le Danois Wilson Kipketer, la Mozambicaine Maria Mutola et la Sud-africaine Caster Semenya sont les athlètes les plus titrés dans cette épreuve.

Les records des championnats du monde appartiennent chez les hommes au kényan Billy Konchellah, qui établit le temps de min 43 s 06 le 1er septembre 1987 lors des mondiaux de Rome, et chez les femmes à la Tchèque Jarmila Kratochvílová, créditée de min 54 s 68 le 9 août 1983 lors des championnats du monde d'Helsinki.

Sommaire

ÉditionsModifier

Années 83 87 91 93 95 97 99 01 03 05 07 09 11 13 15 17 Total
Hommes X X X X X X X X X X X X X X X X 16
Femmes X X X X X X X X X X X X X X X X 16

HommesModifier

HistoriqueModifier

1983-1995Modifier

En l'absence du Britannique Sebastian Coe, alors détenteur du record du monde, aucun favori ne se dégage des premiers championnats du monde d'athlétisme, en 1983 à Helsinki. L'Allemand Willi Wülbeck fait la différence dans la dernière ligne droite et s'impose en min 43 s 65 devant le Néerlandais Rob Druppers et le Brésilien Joaquim Cruz[1].

Quatre ans plus tard, aux championnats du monde 1987 à Rome, le Kényan Billy Konchellah parvient à contrôler la course aux 600 mètres en dépassant le Brésilien José Luiz Barbosa qui avait pris le commandement de la course dès le départ. Il s'impose dans le temps de min 43 s 06, malgré le retour du Britannique Peter Elliott, deuxième en min 43 s 41. Barbosa prend la troisième place en min 43 s 76[2].

Billy Konchellah parvient à conserver son titre mondial à l'occasion des championnats du monde 1991, à Tokyo. En finale, le Kényan réalise le temps de min 43 s 99 et devance José Luíz Barbosa qui obtient une nouvelle médaille dans cette épreuve, et l'Américain Mark Everett[3].

Âgé de 32 ans en 1993, Konchellah vise un troisième titre consécutif aux championnats du monde de Stuttgart. Mais, en finale, il doit s'incliner devant son compatriote Paul Ruto qui parcourt la distance en min 44 s 71 et devant l'Italien Giuseppe D'Urso, deuxième de la course en min 44 s 86. Konchellah remporte la médaille de bronze en min 44 s 89[4].

 
Wilson Kipketer remporte trois titres mondiaux consécutifs sur 800 m en 1995, 1997 et 1999.

En 1995, le Danois d'origine Kényane Wilson Kipketer remporte la médaille d'or des championnats du monde de Göteborg dans le temps de min 45 s 08, devançant le Burundais Arthémon Hatungimana (min 45 s 64) et le Norvégien Vebjørn Rodal (min 45 s 68)[5].

1997-2005Modifier

Wilson Kipketer détient depuis juillet 1997 le record du monde en min 41 s 73. Il conserve son titre mondial aux championnats du monde 1997 d'Athènes. Il s'impose en min 43 s 38 devant le Cubain Norberto Téllez (min 44 s 00) et l'Américain Rich Kenah (min 44 s 25)[6]. Kipketer améliorera de nouveau à deux reprises le record du monde quelques jours après la finale.

Victime d'une crise de malaria qui le tient éloigné des pistes en 1998[7], Wilson Kipketer fait son retour à la compétition en 1999 et remporte son troisième titre mondial consécutif sur 800 m à l'occasion des championnats du monde de Séville où il s'impose dans le temps de min 43 s 30. Le Sud-africain Hezekiél Sepeng s'adjuge la médaille d'argent en min 43 s 32 et l'Algérien Djabir Saïd-Guerni la médaille de bronze en min 44 s 18 (record national)[8].

En 2001, le titre mondial revient au Suisse André Bucher qui a dominé le circuit de la Golden League 2001. Il s'impose en finale en min 43 s 70 et devance le Kényan Wilfred Bungei et le Polonais Paweł Czapiewski[9].

Djabir Saïd-Guerni, médaillé de bronze en 1999, s'impose lors des championnats du monde 2003 de Saint-Denis en min 44 s 81 devant le Russe Yuriy Borzakovskiy et le Sud-africain Mbulaeni Mulaudzi au terme d'une course tactique[10].

En 2005, aux championnats du monde d'Helsinki, le Bahreïnien Rachid Ramzi devient champion du monde du 800 m après avoir remporté quelques jours plus tôt l'épreuve du 1 500 m. Il s'impose dans le temps de min 44 s 24 (record personnel) devant Yuriy Borzakovskiy et le Kényan William Yiampoy[11].

2007-2015Modifier

Âgé de 20 ans seulement, le Kényan Alfred Yego s'impose lors des championnats du monde 2007, à Osaka, en min 47 s 09, devançant d'un centième de seconde le Canadien Gary Reed et de trente centièmes de seconde Yuriy Borzakovskiy[12],[13].

Mbulaeni Mulaudzi, médaillé de bronze en 2003, remporte le titre du 800 m aux championnats du monde 2009, à Berlin, où après avoir mené la course tout du long, il s'impose dans le temps de min 45 s 29, devant le tenant du titre Alfred Kirwa Yego et le Bahreinien Yusuf Saad Kamel[14].

 
David Rudisha, champion du monde en 2011 et 2015.

Invaincu depuis 2009, Le Kényan David Rudisha est le favori des championnats du monde 2011 se déroulant à Daegu. Il remporte aisément sa finale en 1 min 43 s 91 après avoir pris la tête de la course dès les 200 m, et avoir déclenché une accélération à l'entrée de la dernière ligne droite[15]. Quatrième athlète kényan titré sur la distance après Billy Konchellah, Paul Ruto et Alfred Yego (2007), il devance sur le podium le Soudanais Abubaker Kaki (min 44 s 41) et Yuriy Borzakovskiy (min 44 s 49) qui obtient sa quatrième médaille mondiale dans cette épreuve (deux médailles d'argent et deux médailles de bronze) en cinq éditions[16].

Lors des championnats du monde 2013, à Moscou, l'Éthiopien Mohammed Aman confirme son statut de favori en devenant champion du monde en min 43 s 31, devant l'Américain Nick Symmonds (min 43 s 55) et le Djiboutien Ayanleh Souleiman (min 43 s 76)[17],[18]. David Rudisha, champion du monde et olympique en titre et détenteur du record du monde sur cette distance, ne prend pas part à la compétition en raison d'une blessure au genou[19].

David Rudisha ne possède que le dixième temps des engagés avant le début des championnats du monde 2015. À Pékin, il remporte sa série en min 48 s 31, puis sa demi-finale en min 47 s 70. Le 25 août 2015, en finale, il prend la tête de la course en compagnie de son compatriote Ferguson Rotich, avant d'accélérer dans la dernière ligne droite et de franchir la ligne d'arrivée en min 45 s 84, devant le Polonais Adam Kszczot et le Bosnien Amel Tuka[20]. Il décroche son deuxième titre mondial après Daegu en 2011[21].

Depuis 2017Modifier

Lors des championnats du monde 2017 à Londres, le Français Pierre-Ambroise Bosse décroche le titre mondial dans le temps de min 44 s 67[22] et devance le Polonais Adam Kszczot (min 44 s 95) et le Kényan Kipyegon Bett (min 45 s 21), deux favoris de la course[23].

PalmarèsModifier

Édition Or Argent Bronze
1983   Willi Wülbeck
min 43 s 65
  Rob Druppers
min 44 s 20
  Joaquim Cruz
min 44 s 27
1987   Billy Konchellah
min 43 s 06
  Peter Elliott
min 43 s 41
  Jose Luiz Barbosa
min 43 s 76
1991   Billy Konchellah
min 43 s 99
  Jose Luiz Barbosa
min 44 s 24
  Mark Everett
min 44 s 67
1993   Paul Ruto
min 44 s 71
  Giuseppe D'Urso
min 44 s 86
  Billy Konchellah
min 44 s 89
1995   Wilson Kipketer
min 45 s 08
  Arthemon Hatungimana
min 45 s 64
  Vebjørn Rodal
min 45 s 68
1997   Wilson Kipketer
min 43 s 68
  Norberto Tellez
min 44 s 00
  Rich Kenah
min 44 s 25
1999   Wilson Kipketer
min 43 s 30
  Hezekiél Sepeng
min 43 s 32
  Djabir Saïd-Guerni
min 44 s 18
2001   André Bucher
min 43 s 70
  Wilfred Bungei
min 44 s 55
  Pawel Czapiewski
min 44 s 63
2003   Djabir Saïd-Guerni
min 44 s 81
  Yuriy Borzakovskiy
min 44 s 84
  Mbulaeni Mulaudzi
min 44 s 90
2005   Rachid Ramzi
min 44 s 24
  Yuriy Borzakovskiy
min 44 s 51
  William Yiampoy
min 44 s 55
2007   Alfred Kirwa Yego
min 47 s 09
  Gary Reed
min 47 s 10
  Yuriy Borzakovskiy
min 47 s 39
2009   Mbulaeni Mulaudzi
min 45 s 29
  Alfred Kirwa Yego
min 45 s 35
  Yusuf Saad Kamel
min 45 s 35
2011   David Rudisha
min 43 s 91
  Abubaker Kaki
min 44 s 41
  Yuriy Borzakovskiy
min 44 s 49
2013   Mohammed Aman
min 43 s 31
  Nicholas Symmonds
min 43 s 55
  Ayanleh Souleiman
min 43 s 76
2015   David Rudisha
min 45 s 84
  Adam Kszczot
min 46 s 08
  Amel Tuka
min 46 s 30
2017   Pierre-Ambroise Bosse
min 44 s 67
  Adam Kszczot
min 44 s 95
  Kipyegon Bett
min 45 s 21

Multiples médaillésModifier

Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Wilson Kipketer   Danemark 1995–1999 3 0 0 3
2 Billy Konchellah   Kenya 1987–1993 2 0 1 3
3 David Rudisha   Kenya 2011-2015 2 0 0 2
4 Alfred Kirwa Yego   Kenya 2007–2009 1 1 0 2
5= Djabir Saïd-Guerni   Algérie 1999–2003 1 0 1 2
5= Mbulaeni Mulaudzi   Afrique du Sud 2003–2009 1 0 1 2
7 Yuriy Borzakovskiy   Russie 2003–2011 0 2 2 4
8 Adam Kszczot   Pologne 2011–2017 0 2 0 2
9 José Luiz Barbosa   Brésil 1987–1991 0 1 1 2

Records des championnatsModifier

Évolution du record des championnats[24]
Temps Athlète Lieu Date
1 min 46 s 32   James Robinson Helsinki 7 août 1983
1 min 45 s 84   David Mack Helsinki 7 août 1983
1 min 45 s 62   Joaquim Cruz Helsinki 8 août 1983
1 min 45 s 24   Hans-Peter Ferner Helsinki 8 août 1983
1 min 43 s 65   Willi Wülbeck Helsinki 9 août 1983
1 min 43 s 06   Billy Konchellah Rome 1er septembre 1987

FemmesModifier

HistoriqueModifier

1983-1995Modifier

Lors des premiers championnats du monde d'athlétisme, en 1983 à Helsinki, la Tchécoslovaque Jarmila Kratochvílová, déjà titrée sur 400 m quelques jours plus tôt, remporte l'épreuve du 800 m dans le temps de min 54 s 68, échouant à 4/10e de seconde seulement de son propre record du monde établi quelques jours plus tôt. Les Soviétiques Lyubov Gurina (min 56 s 11) et Yekaterina Podkopayeva (min 57 s 58) complètent le podium[25].

Quatre ans plus tard, aux championnats du monde 1987 à Rome, la victoire revient à l'Est-allemande Sigrun Wodars-Grau qui établit en finale un nouveau record national en min 55 s 26. Elle devance sa compatriote Christine Wachtel (min 55 s 32) et Lyubov Gurina (min 55 s 56), déjà médaillée en 1983[26].

La Soviétique Liliya Nurutdinova remporte les championnats du monde 1991 à Tokyo, dans le temps de min 57 s 50, juste devant la Cubaine Ana Fidelia Quirot (min 57 s 55) et la Roumaine Ella Kovacs (min 57 s 58). En quatrième position, la Mozambicaine Maria Mutola établit un nouveau record du monde junior (min 57 s 63)[27].

 
Maria Mutola remporte trois médailles d'or sur 800 m, en 1993, 2001 et 2003.

Maria Mutola décroche son premier titre mondial en plein air à l'occasion des championnats du monde 1993 de Stuttgart. Elle réalise un nouveau record d'Afrique en finale en min 55 s 43, précédant la Russe Lyubov Gurina (min 57 s 10) et la Roumaine Ella Kovacs (min 57 s 92) qui obtient un deuxième podium consécutif dans cette épreuve[28].

En 1995, lors des championnats du monde de Göteborg, la médaille d'or est remportée par la Cubaine Ana Fidelia Quirot qui s'impose dans le temps de min 56 s 11, devant la Surinamienne Letitia Vriesde qui établit un nouveau record d'Amérique du Sud en min 56 s 68, et la Britannique Kelly Holmes qui établit un nouveau records du Royaume-Uni en min 56 s 95[29]. La Française Patricia Djaté-Taillard termine au pied du podium.

1997-2005Modifier

Ana Fidelia Quirot remporte son deuxième titre mondial consécutif lors des championnats du monde 1997, à Athènes. Elle s'impose en min 57 s 14, devant la Russe Yelena Afanasyeva (min 57 s 56) et Maria Mutola (min 57 s 59)[30].

Deux ans plus tard, aux championnats du monde 1999 à Séville, la Tchèque Ludmila Formanová décroche son premier titre de championne du monde en réalisant le temps de min 56 s 68 en finale. Maria Mutola est médaillée d'argent en min 56 s 92 alors que la Russe Svetlana Masterkova, championne olympique en 1996, est médaillée de bronze en min 56 s 93[31].

Lors des championnats du monde 2001, à Edmonton, Maria Mutola remporte son deuxième titre mondial après avoir également remporté l'or olympique en 2000 à Sydney. Elle s'impose dans le temps de min 57 s 17 et devance l'Autrichienne Stephanie Graf (min 57 s 20) et Letitia Vriesde (min 57 s 35)[32].

Maria Mutola remporte sa troisième médaille d'or mondiale sur 800 m, sa deuxième consécutive et sa sixième au total, lors des championnats du monde 2003. Au Stade de France de Saint-Denis, elle réalise le temps de min 59 s 89 et devance la Britannique Kelly Holmes (min 0 s 18) et la Russe Natalya Khrushcheleva (min 0 s 29)[33].

En 2005, lors des championnats du monde d'Helsinki, la Cubaine Zulia Calatayud s'impose en finale en min 58 s 92, devant la Marocaine Hasna Benhassi (min 59 s 42) et la Russe Tatyana Andrianova (min 59 s 60). Maria Mutola échoue au pied du podium[34].

2007-2015Modifier

Lors des championnats du monde 2007 se déroulant à Osaka, au Japon, Janeth Jepkosgei devient la première Kényane championne du monde du 800 m. En finale, elle mene la course de bout en bout dans un rythme très élevé et réalise le temps de min 56 s 04, meilleure performance mondiale de l'année. Hasna Benhassi obtient comme en 2005 la médaille d'argent (min 56 s 99) et l'Espagnole Mayte Martínez la médaille de bronze (min 57 s 62, record personnel)[35]. Maria Mutola, qui dispute sa huitième finale mondiale du 800 m en neuf participations, ne termine pas la course.

 
Caster Semenya, championne du monde du 800 m en 2009, 2011 et 2017.

Âgée de dix-huit ans seulement, la Sud-africaine Caster Semenya remporte la médaille d'or des championnats du monde 2009, à Berlin. Elle réalise à cette occasion la meilleure performance mondiale de l'année en min 55 s 45, abaissant de plus d'une seconde son record personnel. Elle devance la tenante du titre Janeth Jepkosgei (min 57 s 90) et la Britannique Jennifer Meadows (min 57 s 93)[36].

Deux ans plus tard, aux championnats du monde 2011, la victoire revient à la Russe Mariya Savinova qui s'impose en min 55 s 87, devant Caster Semenya (min 56 s 35) et Janeth Jepkosgei (min 57 s 42)[37]. Mariya Savinova étant déchue de sa médaille en 2017 après avoir été convaincue de dopage, Caster Semenya récupère la médaille d'or et Janeth Jepkosgei la médaille d'argent, la médaille de bronze revenant à l'Américaine Alysia Johnson-Montaño[38].

En août 2013, lors des championnats du monde de Moscou, la Kényane Eunice Sum crée la surprise en parvenant à devancer toutes les favorites. Elle s'impose en finale dans le temps de min 57 s 38, devant Mariya Savinova (min 57 s 80) et l'Américaine Brenda Martinez (min 57 s 91)[39]. Elle devient à cette occasion la deuxième athlète kényane après Janeth Jepkosgei en 2007 à remporter le titre mondial sur la distance[40]. La disqualification pour dopage de Mariya Savinova en 2017 entraîne un changement de médaillées : Brenda Martinez récupère l'argent et Alysia Johnson-Montaño le bronze.

La Biélorusse Maryna Arzamasava remporte le titre des championnats du monde 2015, à Pékin en min 58 s 03. La Canadienne Melissa Bishop, deuxième en min 58 s 12 et la championne en titre Eunice Sum, troisième en min 58 s 18, complètent le podium[41].

Depuis 2017Modifier

Aux championnats du monde 2017, à Londres, Caster Semenya décroche son troisième titre mondial après 2009 et 2011 et égale à cette occasion la performance de Maria Mutola, médaillée d'or à trois reprises sur 800 m lors des championnats du monde en plein air. Semenya s'impose dans le temps de min 55 s 16, meilleure performance mondiale de l'année, et devance la Burundaise Francine Niyonsaba (min 55 s 92) et l'Américaine Ajeé Wilson (min 56 s 65)[42].

PalmarèsModifier

Édition Or Argent Bronze
1983   Jarmila Kratochvílová
min 54 s 68
  Lyubov Gurina
min 56 s 11
  Yekaterina Podkopayeva
min 57 s 58
1987   Sigrun Wodars
min 55 s 26
  Christine Wachtel
min 55 s 32
  Lyubov Gurina
min 55 s 56
1991   Liliya Nurutdinova
min 57 s 50
  Ana Fidelia Quirot
min 57 s 55
  Ella Kovacs
min 57 s 58
1993   Maria Mutola
min 55 s 43
  Lyubov Gurina
min 57 s 10
  Ella Kovacs
min 57 s 92
1995   Ana Fidelia Quirot
min 56 s 11
  Letitia Vriesde
min 56 s 68
  Kelly Holmes
min 56 s 95
1997   Ana Fidelia Quirot
min 57 s 14
  Yelena Afanasyeva
min 57 s 56
  Maria Mutola
min 57 s 59
1999   Ludmila Formanová
min 56 s 68
  Maria Mutola
min 56 s 72
  Svetlana Masterkova
min 56 s 93
2001   Maria Mutola
min 57 s 17
  Stephanie Graf
min 57 s 20
  Letitia Vriesde
min 57 s 35
2003   Maria Mutola
min 59 s 89
  Kelly Holmes
min 0 s 18
  Natalya Khrushchelyova
min 0 s 29
2005   Zulia Calatayud
min 58 s 82
  Hasna Benhassi
min 59 s 42
  Tatyana Andrianova
min 59 s 60
2007   Janeth Jepkosgei
min 56 s 04
  Hasna Benhassi
min 56 s 99
  Mayte Martínez
min 57 s 62
2009   Caster Semenya
min 55 s 45
  Janeth Jepkosgei
min 57 s 90
  Jennifer Meadows
min 57 s 93
2011   Caster Semenya
min 56 s 35
  Janeth Jepkosgei
min 57 s 42
  Alysia Montaño
min 57 s 48
2013   Eunice Sum
min 57 s 38
  Brenda Martinez
min 57 s 91
  Alysia Montaño
min 57 s 95
2015   Maryna Arzamasava
min 58 s 03
  Melissa Bishop
min 58 s 12
  Eunice Sum
min 58 s 18
2017   Caster Semenya
min 55 s 16
  Francine Niyonsaba
min 55 s 92
  Ajeé Wilson
min 56 s 65

Multiples médailléesModifier

Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Maria Mutola   Mozambique 1993–2003 3 1 1 5
2 Caster Semenya   Afrique du Sud 2009–2017 3 0 0 3
2 Ana Fidelia Quirot   Cuba 1991–1997 2 1 0 3
4 Janeth Jepkosgei   Kenya 2007–2011 1 2 0 3
5 Eunice Sum   Kenya 2013-2015 1 0 1 2
6 Lyubov Gurina   Union soviétique
  Russie
1983–1993 0 2 1 3
7= Letitia Vriesde   Suriname 1995–2001 0 1 1 2
7= Kelly Holmes   Royaume-Uni 1995–2003 0 1 1 2
9 Hasna Benhassi   Maroc 2005–2007 0 2 0 2
10= Ella Kovacs   Roumanie 1991–1993 0 0 2 2
10= Alysia Johnson-Montaño   États-Unis 2011-2013 0 0 2 2

Records des championnatsModifier

Évolution du record des championnats[43]
Temps Athlète Lieu Date
2 min 0 s 08   Margit Klinger Helsinki 7 août 1983
1 min 59 s 55   Yekaterina Podkopayeva Helsinki 8 août 1983
1 min 59 s 33   Lyubov Gurina Helsinki 8 août 1983
1 min 54 s 68   Jarmila Kratochvílová Helsinki 9 août 1983

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 1983 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  2. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 1987 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  3. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 1991 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  4. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 1993 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  5. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 1995 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  6. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 1997 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  7. (en) « Wilson Kipketer hospitalised with Malaria », IAAF,
  8. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 1999 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  9. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2001 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  10. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2003 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  11. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2005 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  12. (en) « Osaka 2007 - Event report : Men’s 800m Final », sur iaaf.org
  13. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2007 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  14. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2009 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  15. (fr) Thomas Pitrel, « David Rudisha ne tremble pas et devient champion du monde du 800 m », sur rfi.fr,
  16. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2011 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  17. (en) Phil Minshull, « Report: Men's 800m final – Moscow 2013 », sur iaaf.org,
  18. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2013 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  19. (fr) « Mondiaux: Rudisha officiellement forfait », sur sports.fr
  20. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2015 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  21. (en) « Report: men's 800m final – IAAF World Championships, Beijing 2015 », sur iaaf.org,
  22. (en) « Résultats du 800 m masculin aux championnats du monde 2017 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  23. « Le Français Pierre-Ambroise Bosse champion du monde du 800 m », sur L'Équipe, .
  24. (en)« Progression du record des championnats du monde - Hommes », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 21 juillet 2013)
  25. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 1983 », sur iaaf.org (consulté le 3 mai 2019)
  26. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 1987 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  27. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 1991 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  28. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 1993 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  29. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 1995 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  30. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 1997 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  31. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 1999 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  32. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2001 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  33. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2003 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  34. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2005 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  35. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2007 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  36. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2009 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  37. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2011 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  38. Rédaction, « Suspendue quatre ans pour dopage, la Russe Mariya Savinova-Farnosova perd sa médaille d'or olympique (JO 2012) sur 800m », L'Equipe.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2017)
  39. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2013 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  40. (en) Steve Landells, « Report: Women’s 800m final – Moscow 2013 », sur iaaf.org, (consulté le 10 mai 2014)
  41. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2015 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  42. (en) « Résultats du 800 m féminin aux championnats du monde 2017 », sur iaaf.org (consulté le 5 mai 2019)
  43. (en)« Progression du record des championnats du monde - Femmes », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 21 juillet 2013)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externesModifier