Ouvrir le menu principal

Francine Niyonsaba
Image illustrative de l’article Francine Niyonsaba
Francine Niyonsaba en 2016.
Informations
Disciplines 800 m
Période d'activité 2012-
Nationalité Drapeau : Burundi Burundaise
Naissance (25 ans)
Lieu Nyenkanda, Bweru
Taille 1,66 m
Poids 56 kg
Entraîneur Mark Rowland
Records
800 m : 1 min 56 s 24 (2016, record national)
Palmarès
Jeux olympiques - 1 -
Championnats du monde - 1 -
Champ. du monde en salle 2 - -
Championnats d'Afrique 1 1 -

Francine Niyonsaba (née le à Nyenkanda, Bweru, Province de Ruyigi) est une athlète burundaise, spécialiste du 800 mètres.

Sommaire

BiographieModifier

Révélation en 2012Modifier

Francine Niyonsaba fait ses débuts sur la scène internationale à l'occasion des championnats d'Afrique 2012, à Porto-Novo au Bénin. Elle remporte le titre continental alors qu'elle est totalement inconnue du grand public, en min 59 s 1, devant la Kényane Eunice Sum et la Marocaine Malika Akkaoui[1]. Elle améliore le record national qu'elle avait déjà battu une première fois en séries, et devient la première athlète burundaise médaillée d'or dans des championnats d’Afrique d’athlétisme, à quelques jours des JO de Londres elle devient une prétendante sérieuse[2]. Fin juillet, elle porte le record national à min 58 s 68 lors du meeting Herculis de Monaco, où elle s'incline devant la Russe Elena Kofanova.

Sélectionnée dans l'équipe du Burundi lors des Jeux olympiques de 2012, à Londres, elle termine septième de la finale du 800 m, dans le temps de min 59 s 63alors qu'elle s'était blessée à la cuisse[3] (ultérieurement reclassée sixième[4]). Malgré sa déception aux Jeux où elle s'était fixé l'objectif d'obtenir une médaille, elle s'illustre le 7 septembre, en finale de la ligue de diamant, au Mémorial Van Damme de Bruxelles, en remportant la course en min 56 s 59, nouveau record du Burundi, devant la Kényane Pamela Jelimo et la championne olympique en titre russe Mariya Savinova[5]. Elle se classe deuxième du classement général de la compétition (10 pts), derrière Pamela Jelimo (16 pts)[6].

Son ascension au niveau mondial suscite un véritable enthousiasme populaire au Burundi qui n'avait plus eu de champion de renommée mondiale depuis Venuste Niyongabo, vainqueur des Jeux olympiques d'Atlanta en 1996 sur 5 000 m.

Saison 2013Modifier

Elle revient en force lors de la saison 2013 en s'imposant d'entrée lors du deuxième meeting de la ligue de diamant, à Shanghai, devant la Kényane Janeth Jepkosgei et la Marocaine Malika Akkaoui dans le temps de min 0 s 33, meilleure performance mondiale de l'année. Deux semaines plus tard, elle récidive au meeting d'Eugene où elle améliore la meilleure performance mondiale de l'année en min 56 s 72, à seulement 13 centièmes de son record personnel, devançant finalement l'Américaine Brenda Martinez et la Kényane Janeth Jepkosgei[7]. A un mois des mondiaux de Moscou Francine Niyonsaba s'impose à nouveau en diamond league au meeting Areva à Paris en 1 min 57 s 26 et confirme sa grande forme et son rang de favorite pour le titre mondiale.

Malgré sa très grande forme, Francine Niyonsaba doit déclarer forfait aux mondiaux de Moscou à quelques semaines seulement du début de ceux-ci à cause d'une nouvelle blessure qu'elle s'est faite à l'entraînement,une succession de mauvais concours de circonstances qui privent jusqu'à l'heure de titre ou de quelconque médaille dans une compétition internationale celle que plusieurs considèrent comme la nouvelle perle du 800m mondial féminin[8].

RetourModifier

 
Francine Niyonsaba remporte les championnats du monde en salle de 2016.

De retour sur les pistes en 2015, Francine Niyonsaba remporte le 800 mètres de la réunion de Padoue en 1 min 59 s 62, ce qui lui permet de réaliser les minima pour les Jeux olympiques d'été de 2016. Elle récidive à Rieti dans le temps d' 1 min 57 s 62 et devance la Kényane Faith Chepngetich Kipyegon[9], pendant que se déroulent les Jeux africains, auxquels elle a dû déclarer forfait faute de moyens accordés par son pays[10].

Le 20 mars 2016, Niyonsaba est sacrée championne du monde en salle lors des championnats du monde en salle de Portland en 2 min 00 s 01, meilleure performance mondiale de l'année[11]. Le 22 mai suivant, lors du Meeting international Mohammed-VI de Rabat, la Burundaise est battue par Caster Semenya, 1 min 57 s 74 contre 1 min 56 s 64 pour la Sud-Africaine[12]. Elle est désignée porte-drapeau de la délégation sportive burundaise aux jeux olympiques d'été de 2016[13].

Le 13 août 2017, Francine Niyonsaba décroche la médaille d'argent des championnats du monde de Londres en 1 min 55 s 92, devancée par Caster Semenya[14].

Le 3 mars 2018, Francine Niyonsaba conserve son titre du 800 m aux championnats du monde en salle de Birmingham : auteure de la meilleure performance mondiale de l'année en 1 min 58 s 31, également record du Burundi, elle devance au terme d'un sprint de 200 m l'Américaine Ajeé Wilson, 2e en 1 min 58 s 99. La Britannique Shelayna Oskan-Clarke complète le podium avec 1 min 59 s 81[15].

PalmarèsModifier

 
France Niyonsaba lors de son titre mondial en salle en 2018.
Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Performance
2012 Championnats d'Afrique Porto-Novo 1re 1 min 59 s 11
Jeux olympiques Londres 5e 1 min 59 s 63[16]
Ligue de diamant 2e détails
2016 Championnats du monde en salle Portland 1re 2 min 00 s 01
Jeux olympiques Rio de Janeiro 2e 1 min 56 s 49
Ligue de diamant 2e détails
2017 Championnats du monde Londres 2e 1 min 55 s 92
Ligue de diamant 2e 1 min 56 s 71
2018 Championnats du monde en salle Birmingham 1re 1 min 58 s 31
Championnats d'Afrique Asaba 2e 1 min 57 s 97
Ligue de diamant 6e 1 min 59 s 11

RecordsModifier

Records personnels
Épreuve Temps Lieu Date
800 mètres Plein air 1 min 55 s 47 (NR)   Monaco 21 juillet 2017
En salle 1 min 58 s 31 (NR)   Birmingham 4 mars 2018

Notes et référencesModifier

  1. (en) Evelyn Watta, « Burundian teen Niyonsaba takes dramatic 800m title as Nigeria top medal table in Porto-Novo – African champs, Day 5 », sur iaaf.org, (consulté le 19 mai 2013)
  2. (en) Christophe Jousset, « Francine Niyonsaba, la perle burundaise du 800 mètres », sur rfi.fr, (consulté le 19 mai 2013)
  3. (fr) « L’athlète Francine Niyonsaba rentre des jeux olympiques de Londres avec une place honorable au niveau mondial », sur Radio Télévision nationale du Burundi, (consulté le 19 mai 2013)
  4. (en) Eurosport, « Sharp to be handed European gold after Arzhakova ban », sur eurosport.com, (consulté le 30 avril 2013)
  5. (en) « Résultats du Mémorial Van Damme 2012 », sur iaaf.org, (consulté le 19 mai 2013)
  6. (en) « Classements de la ligue de diamant 2012 », sur iaaf.org (consulté le 19 mai 2013)
  7. (en) Paul Gains, « Barshim scales 2.40m in Eugene,10 world leads - IAAF Diamond League », sur iaaf.org, (consulté le 2 juin 2013)
  8. (fr) « Francine Niyonsaba forfait pour les mondiaux 2013 »
  9. « Francine NIYONSABA remporte le 800 mètres Femme du meeting de Rieti en Italie », sur rpa.bi, (consulté le 26 septembre 2015)
  10. Abbas Mbazumutima, « Faute de moyens, Francine Niyonsaba n’a pas pris part aux 11èmes Jeux africains », sur iwacu-burundi.org, (consulté le 26 septembre 2015)
  11. [1] Women's 800 m final
  12. « Les minima pour Renelle Lamote sur 800m », sur L'Equipe.fr (consulté le 22 mai 2016)
  13. David Kalfa, « JO 2016 : les porte-drapeaux africains à Rio », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  14. Rédaction, « Caster Semenya intouchable en finale mondiale du 800m », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  15. « IAAF: 800 Metres Result | IAAF World Indoor Championships | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 4 mars 2018)
  16. Suite à la disqualification de la Russe Mariya Savinova

Liens externesModifier